Choisir une crèche collective : les bonnes questions à se poser

En France, environ 10 % des enfants de moins de 3 ans fréquentent la crèche collective publique. Ce mode de garde, très recherché par les parents, n'est pourtant pas toujours le choix le plus approprié. Avant d'opter pour cette solution, il faut avoir fait le point sur ses besoins et ses attentes.
Choisir une crèche collective : les bonnes questions à se poser
Choisir une crèche collective : les bonnes questions à se poser

La vie en collectivité

Une crèche collective accueille généralement 30 à 60 enfants, âgés de 2 mois à 3 ans, dans un cadre spécialement conçu pour les tout-petits. Répartis par tranche d'âge, des professionnels de la petite enfance (auxiliaires de puériculture, éducatrices de jeunes enfants et puéricultrices) s'en occupent avec la pédagogie et les soins appropriés.

Un pédiatre et un psychologue interviennent régulièrement. Votre enfant évolue donc dans un environnement sécurisé, attentionné et chaleureux. La crèche est un formidable lieu de sociabilisation et encourage son éveil. Elle le prépare petit à petit à l'école.

Pour les nourrissons, les rapports moins personnalisés induits par la collectivité peuvent être plus pénalisants.

Une place en crèche, est-ce pour vous ?

Avant de vous lancer à la recherche d'une place, il faut savoir que ce mode de garde n'a pas que des avantages. En premier lieu, vous devrez être capable de respecter des horaires stricts : donc dites adieu aux réunions tardives et aux déplacements imprévus, sauf à bénéficier d'un entourage très disponible ! Si vous avez des horaires atypiques (travail de nuit, 2X8, le samedi) ce mode de garde n'est pas pour vous.

Votre temps de transport journalier et donc l'emplacement de la crèche sont stratégiques, sachant que vous n'aurez pas forcément le choix en la matière.

Les premières années, votre enfant s'immunise contre toutes les maladies communes de cet âge : grippe, gastroentérite, rhinite, bronchite, varicelle ... C'est un souci car un enfant malade ou simplement fiévreux n'est généralement pas accepté en crèche. Encore une fois, même si vous vous partagez les absences avec votre conjoint, ou avec des proches disponibles, une solution d'urgence ou une organisation professionnelle acceptant vos absences impromptues est indispensable.

Vous aimerez aussi

Adoption : les aspects psychologiques

Adoption : les aspects psychologiques

L'adoption est une démarche qui bouleverse l'existence de toute une famille. Les aspects psychologiques et...
Lire la suite

Adoption : adopter un enfant à l’étranger

Adoption : adopter un enfant à l'étranger, les différents pays

Sur cinq mille enfants adoptés en France chaque année, seul huit cent y sont nés. Avec plus de 70 pays...
Lire la suite

Votre budget puériculture 18-36 mois

Votre budget puériculture 18-36 mois

Et voilà, votre petit bout est désormais un « grand bébé » ! Il marche, joue dans sa chambre et veut...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus