Comportement, nos solutions : la crise des 2 ans (« terrible two »)

La crise des 2 ans pourrait aussi s'appeler la crise du « non ». C'est l'âge auquel votre enfant n'est déjà plus si petit que ça et découvre comment s'opposer à vous. Il grandit et il comprend qu'il dispose d'une option intéressante pour exister : vous faire tourner en bourrique !
Comportement, nos solutions : la crise des 2 ans (« terrible two »)
Comportement, nos solutions : la crise des 2 ans (« terrible two »)

Trois questions à se poser

Votre enfant s'exprime-t-il correctement ?
Son comportement empire-t-il en public ?
Comment se tient-il à l'école ?

Posez-vous ces questions pour comprendre ce qu'il cherche à exprimer et envisager les stratégies appropriées pour désamorcer les crises. Par exemple, un enfant qui aime se donner en représentation aura besoin d'un peu d'isolement.

Réfléchir une seconde avant de refuser

L'envie d'être de bons parents, soucieux de l'éducation de leur rejeton, vous pousse souvent à dire ''non''.

Quand il y a moyen de le contourner, ne vous en privez pas.

Mieux vaut installer cette forme de complicité plutôt que d'ériger un univers de l'interdit. Par exemple, s'il demande un bonbon, vous introduisez une condition (« OK, mais après le dîner ») ou vous trouvez un moyen de l'occuper dans l'immédiat (« Montre-moi ton nouveau jouet »).

Que faire quand la crise démarre ?

Il faut autant que possible l'ignorer. Étant alors dans l'ultra-émotivité, il est parfaitement sourd à toute discussion raisonnée !

Élever la voix ou lui administrer une fessée risque d'amplifier ses hurlements.

La seule chose à dire, c'est : « Viens me voir quand tu as fini. » : moins vous intervenez dans sa crise et moins elle durera. Une fois ses gesticulations terminées, à froid, il devient envisageable de lui parler et de lui dire qu'il se trompe de comportement.

Terrible two, terrible three, terrible four ?

La crise ne consiste pas systématiquement à se rouler par terre en hurlant.

Il peut refuser de manger et rester silencieux, enchaîner les bêtises les unes après les autres, poser 145 fois la même question en l'espace de cinq minutes... En revanche, le résultat est toujours identique, vous êtes exaspérés.

Le « terrible two » est un cap à passer mais qui, chez certains enfants, se prolonge jusqu'à 4 ou 5 ans. Tout dépend du temps dont il a besoin pour apprendre à vivre avec ses frustrations.

Vous aimerez aussi

Le top 10 des prénoms de bébé pour 2019

Quels seront les 10 prénoms les plus donnés en 2019 ?

Comme chaque année l'Officiel des prénoms parait. Et comme chaque année, il nous donne les prénoms qui...
Lire la suite

Atteinte d'un cancer, la petite Wonder Augustine est morte

Wonder Augustine : un immense mouvement de solidarité suite à la mort d'une petite fille

Elle s'appelait Augustine. Il y a quelques mois seulement les médecins lui avait diagnostiqué un cancer...
Lire la suite

Le tilde interdit sur un prénom d'enfant

Des parents au tribunal pour que le prénom de leur enfant soit reconnu

C'est une histoire qui a déjà fait la une des journaux il y a quelques mois. Les parents du petit Fañch se...
Lire la suite

2 commentaires

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

  • mamaneloetgabi
    mamaneloetgabi - Il y a 6 ans

    Merci Françoise Dolto!

  • monia06
    monia06 - Il y a 4 ans

    Slt a toutes les mamans en période de crise, bon rien de spécial à vous annoncer sauf que c'est la même chose pour moi, mon petit garçon de 26 mois me fait sa crise à chaque refus mais je ne cède pas face à ça , je pète les plombs de temps en temps mais bon j'essaie de me calmer à chaque fois il me réclame le sein car cela fait deux mois que g arrête à lui donner mais depuis il a vraiment changé de caractère, j'espère que c juste l'étape des deux ans sinon c la galère et bb numéro deux est en route ...... Bon courage à toutes les mamans et ne découragez pas ;)