Une institutrice jugée coupable de violences sur ses élèves : 3 mois de prison avec sursis

Une institutrice a été condamnée à 3 mois de prison avec sursis. Elle a été jugée coupable d'actes de violence sur certains de ses élèves à qui elle a tiré les cheveux, tiré les oreilles, frappé derrière la tête, donné des claques et des coups de pieds.
Une institutrice jugée coupable de violences sur ses élèves : 3 mois de prison a
Une institutrice jugée coupable de violences sur ses élèves : 3 mois de prison a

Les faits se sont passés entre 2013 et 2016. 5 petites filles et 7 petits garçons de maternelle et de primaire à Vieille-Brioude en Haute-Loire ont accusés 2 professeures des écoles de violences. En première instance les deux maîtresses avaient été relaxées. Une d'entre elle vient d'être condamnée à 3 mois de prison avec sursis pour « violence ». 

Interrogés les enfants ont décrit les mêmes choses. La maîtresse leur tirait les cheveux, leur tirait les oreilles, les frappaient à l'arrière de la tête. Ils ont également raconté les claques et les coups de pieds au derrière. En plus de ces violences, les enfants ont parlé de propos humiliants « limaces » par exemple, et de mise à l'écart dans le couloir notamment. 

L'institutrice juge « disproportionné » le terme de violences

L'institutrice âgée de 54 ans, a, au tribunal, réfuté le terme de « violences » dont elle était accusée, le jugeant « disproportionné ». Elle a également minimisé les accusations de propos humiliants « Quand je traitais des enfants de "limaces" c'était pas une injure ». Quant aux punitions physiques « ça venait quand on s'agace, pour faire revenir la classe dans le bon sens, c'était pas pour faire mal ».

Sa collègue, qui elle a été relaxée a reconnue des gestes « inappropriés » et une réaction « malvenue, impulsive » lorsqu'elle était confrontée à l'indiscipline des élèves. Elle s'est excusée auprès des parents et des élèves. 

Avant de porter plainte, les parents avaient épuisé tous les recours internes. Les 2 institutrices enseignent depuis 30 ans, et n'avaient jamais reçu aucune sanction. 

Une décision importante

Selon l'avocat des familles qui poursuivaient l'institutrice, Jean-Louis Terriou, « C'est une décision remarquable car il y a une condamnation et non une amende, ce qui est très rare ». 

 « Cela veut dire que l'on n'a plus le droit d'outrepasser certaines règles. Pour les parents, un tel comportement vis-à-vis de leurs enfants était condamnable devant la justice. Mais très curieusement, dans le milieu éducatif, cela ne l'était pas jusqu'à présent. On avance », a-t-il estimé.


Publié le 19-01-2018 à 11:48 | Mis à jour le 18-05-2018 à 22:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #violence#ecole

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Loi contre la fessée bientôt votée ?

Une loi contre la fessée débattue le 29 novembre

Le 29 novembre prochain, les députés vont débattre d'une loi contre la fessée. Ce n'est pas la première...
Lire la suite

Eviter la fessée : nos solutions

Eviter la fessée : nos solutions

La fessée n'est pas le seul moyen de montrer votre désapprobation à votre enfant lorsqu'il franchit les...
Lire la suite

Des parents accusés de maltraiter leur nourrisson d'1 mois et demi

Des parents accusés de violences sur le nourrisson d'un mois et demi

A Nîmes, un homme et une femme, parents d'un bébé d'un mois et demi viennent d'être placés en garde-à-vue....
Lire la suite