Petite enfance, écoles, cantines : les promesses du « plan pauvreté » pour les familles

C'est mi-juillet que le plan pauvreté promis par Emmanuel Macron devrait être officiellement présenté et voté. En attendant, ce dimanche, de nombreuses mesures ont déjà fuitées. On fait le point sur celles qui impacteraient les familles.
Plan pauvreté : quel impact sur les familles ?
Plan pauvreté : quel impact sur les familles ?

Un accès universel aux crèches

Bonne nouvelle pour les parents de jeunes enfants, le plan pauvreté devrait garantir l'accès aux modes d'accueil (crèches, halte-garderie, etc.) à tous les enfants de la naissance à leurs 3 ans. 

La ministre de la santé avait déjà annoncé qu'un système de tiers-payant serait mis en place pour permettre aux familles les plus pauvres de ne plus avancer les frais de garde. 

En plus de cette aide, les crèches pourraient obtenir un système de bonus-malus, selon le « nombre d'enfants pauvres accueillis ».

Un petit déjeuner gratuit à l'école

Un rapport remis à Agnès Buzyn, la ministre de la santé, en mars dernier préconisait qu'un petit déjeuner soit proposé gratuitement dans les écoles aux enfants. Ce rapport partait du constat qu'en moyenne 3 élèves par classes arrivaient à l'école le ventre vide. 

Le rapport demandait qu'un petit déjeuner soit proposé dans les zones où la pauvreté est la plus importante, les zones rurales et les zones d'éducation prioritaires. 

Cette limite territoriale devrait être maintenue dans la loi. Reste visiblement à trancher côté gouvernement pour savoir si ces petits-déjeuners gratuits seraient proposés uniquement aux élèves des écoles de primaire ou si cette mesure sera étendue aux collèges. 

Une tarification progressive dans les cantines

C'est une idée qui devrait être retenu par le plan pauvreté. "Avec la santé à l'école, c'est une question prioritaire", selon Véronique Fayet, la présidente du Secours catholique citée dans le JDD. 

Concrètement, la loi pourrait donc ajuster le prix de la cantine scolaire en fonction de quotient familial des familles. Ira-t-elle jusqu'à la gratuité pour les familles les plus pauvres, celles pour lequel le revenu fiscal de référencement est égal ou inférieur à 7800 euros par an, le seuil de pauvreté. 

Le versement social unique

C'était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. A partir de 2019 toutes les prestations sociales seront versées en une seule fois, des « minimas sociaux aux allocations familiales ». Pour le moment cette mesure ne 

Première étape de ce versement unique, confirmé par la ministre de la santé : le calcul des aides sociales sera basé sur les revenus de l'année en cours et plus sur celles des années précédentes, comme c'est le cas aujourd‘hui. 

Vous aimerez aussi

natalité : de moins en moins d'enfants en France

Natalité : les Français font de moins en moins d'enfants

1,87 enfants par femme. Pour la 3e année consécutive le nombre de naissances en France baisse. Explications.
Lire la suite

Une maman défend son choix de n'avoir qu'un seul enfant

Enfant unique : une maman réclame le droit de n'avoir qu'un seul enfant

[HUMEUR] Avoir un enfant peut rendre très heureux. Ne pas en avoir également. Et ce n'est pas parce qu'on...
Lire la suite

La président MAcron a-t-il insulté les mères de familles nombreuses ?

Quand des mamans de familles nombreuses se révoltent contre Emmanuel Macron

Le 26 septembre dernier, lors d'un discours en anglais, le président de la République française, Emmanuel...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.