Grossesse et alcool

D'après les professionnels de santé et selon les dernières études, l'alcool est de loin le produit le plus néfaste pour le fœtus ! 
Image d'illustration
Publicité

D'après les professionnels de santé et selon les dernières études, l'alcool est de loin le produit le plus néfaste pour le fœtus ! 

Zéro alcool pendant la grossesse

Un pictogramme avec une femme enceinte un verre à la main dans un cercle rouge barré sur les bouteilles d'alcool : voilà ce que L'INPES a imposé pour sensibiliser les femmes enceintes au danger de l'alcoolisation du fœtus pendant la grossesse. Consommer même ponctuellement ou modérément de l'alcool peut entraîner des risques très importants pour le futur bébé. Boire un verre, c'est mettre autant d'alcool dans le sang du bébé que dans son propre sang, voire plus compte tenu du rapport poids/taille. L'alcool, non éliminé par le foie en cours de développement, peut avoir des conséquences néfastes sur le cerveau et le système nerveux du bébé. On parle alors de Syndrome d'Alcoolisation Fœtale (SAF).

Le SAF : des conséquences irréversibles

Il s'agit de l'atteinte la plus grave de l'exposition prénatale à l'alcool.
Il peut entraîner des anomalies de la face, des troubles de la croissance, des malformations de la boîte crânienne, des troubles nerveux, des dommages irrémédiables du système nerveux central et un retard de développement. On parle alors d'Effets de l'Alcoolisation Fœtale.

La prévention

Chaque année en France, 800 000 bébés naissent et 8000 d'entre eux sont atteints de SAF. Pour lutter contre ce fléau, l'association Alcool Assistance pour la prévention et le traitement de l'alcoolisme vient de créer des Journées d'information et de sensibilisation au SAF destinées aux professionnels de santé.

Un risque élevé de naissance prématurée

La prise d'alcool pendant la grossesse augmente aussi les risques de naissance prématurée. Il n'est pas rare que ces naissances de grands prématurés entraînent une mortalité de l'enfant.

L'abstinence passe mal

Selon une étude publiée par le CNRS, l'abstinence passe mal auprès des Françaises. En effet, après une étude sur divers forums internet, de nombreuses futures mamans refusent d'arrêter de boire pendant leur grossesse. Dans cette étude, sur 42 femmes interrogées, seules 6% connaissent les risques pour le fœtus.

Plus d'articles sur : #sante
Isabelle DAMIRON
Publié le 17-02-2014 à 00:00
Mis à jour le 25-10-2017 à 17:10
Auteur : Isabelle DAMIRON
2747 articles

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus