Méningite B : bientôt un vaccin ?

La méningite B est l’une des plus dangereuses, tuant un malade sur dix, et responsable de séquelles graves chez une personne sur 5. Un vaccin pourrait permettre d’éviter la contamination…
Image d'illustration



Perte auditive, séquelles neurologiques, décès : la méningite B, qui touche essentiellement les jeunes enfants, les ados et les jeunes adultes, est la forme la plus meurtrière de ces maladies. Foudroyante, peu simple à diagnostiquer (ses symptômes s’apparentent à ceux d’une banale grippe), elle est donc difficile à prendre en charge à temps. Pour couronner le tout, si des vaccins contre la méningite de type C ou la méningite à pneumocoques existent, aucun moyen de prévenir la méningite B n’existait jusqu’à présent !

Cela pourrait changer avec l’autorisation de mise sur le marché européen accordée à un vaccin du laboratoire suisse Novartis. Baptisé Bexsero, il pourra être injecté dès l’âge de 2 mois et jusqu’à 24 ans. Après une période probatoire d’observation, les pays européens décideront s’il y a lieu ou non d’inclure Bexsero dans les calendriers vaccinaux et de l’ouvrir au remboursement par la Sécurité sociale. Chaque année, 500 personnes sont atteintes par la méningite B, et environ 30 en meurent.

Publié le 24-01-2013 à 11:21 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

La puberté précoce, un phénomène qui inquiète

La puberté précoce, un phénomène qui inquiète

De plus en plus de cas de puberté précoce sont constatés. Des petites filles qui ont leurs règles à 7 ans,...
Lire la suite

Vaccin contre la rougeole : le plus tôt est le mieux !

Faire vacciner son bébé contre la rougeole à 1 an permettrait de réduire certains effets secondaires de...
Lire la suite

Enfants : laissez-les jouer dehors !

Jouer dehors : plus de bien que de mal pour l'enfant

Laisser l'enfant jouer dehors signifie l'exposer aux risques de se salir ou de se blesser. Une étude...
Lire la suite