Grossesse : quels sont les risques liés à un rhésus négatif ?

Grossesse : quels sont les risques liés à un rhésus négatif ?
Grossesse : quels sont les risques liés à un rhésus négatif ?
Publicité

Le facteur Rhésus peut dans certains cas bien particuliers créer des complications chez la femme enceinte. Les plus grands risques concernent souvent l’incompatibilité sanguine entre la mère et son enfant, par exemple lorsque la maman est de rhésus négatif et que le fœtus présente un rhésus positif.

Quatre groupes sanguins, mais seulement deux facteurs rhésus

Le sang humain peut être classé suivant quatre groupes différents, à savoir A, B, AB et O. Par ailleurs, le facteur Rhésus est composé d’antigènes qui transportent l’oxygène dans le sang et qui sont placés à la surface des globules rouges. La présence de l’antigène D donne lieu à un Rhésus positif, qui concerne 85 % des individus. Au contraire, l’absence de cet antigène D fait apparaître un Rhésus négatif. Le problème survient quand une femme enceinte porte un Rhésus négatif et que son fœtus est de Rhésus positif. Dans ce cas, le système immunitaire de la mère risque de réagir face à cet antigène D et d’essayer de l’éliminer en détruisant les globules rouges du nourrisson.

Un risque important

Cette incompatibilité entre le facteur Rhésus négatif de la mère et le facteur Rhésus positif du bébé peut entraîner une anémie chez le fœtus, voire même une fausse couche. Lors du premier accouchement, une petite quantité de globules rouges va se propager dans la circulation sanguine de la mère, quand le placenta se rompt. Si la femme tombe de nouveau enceinte et que le fœtus est encore de Rhésus positif, les anticorps anti rhésus vont passer dans le placenta et faire éclater les globules rouges du fœtus.

Aujourd’hui, une mère de Rhésus négatif peut accoucher normalement grâce à l’injection d’anticorps antiD en intraveineuse. Ce traitement est destiné à détruire tous les globules rouges du bébé qui se seraient infiltrés dans son sang. Une prise de sang régulière et une injection à chaque fois qu’un risque de contact se présente entre le sang de la mère et de l’enfant permettent d’éviter les éventuelles complications. De même, aucun anticorps anti rhésus ne sera plus présent dans le corps de la maman lors de sa prochaine grossesse.

Plus d'articles sur : #sante
Publié le 07-04-2015 à 15:27

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus