Gros plan sur : la protéinurie

Protéinurie : kézaco ? Voici un terme que toute future maman va rapidement rencontrer, mais, en dehors de problèmes particulier, on ne sait pas toujours très bien ce qu’il désigne. On vous explique tout !
Gros plan sur : la protéinurie
Gros plan sur : la protéinurie
Publicité

Des protéines dans les urines

La protéinurie, c’est le taux de protéines dans les urines. En temps normal, les protéines présentes dans notre sang sont filtrées par les reins et utilisées par l’organisme ; toutefois, il arrive que les reins ne remplissent pas très bien leur tâche et certaines protéines, dont l’albumine, se retrouvent sous forme de traces dans les urines. Pas de panique : ces petites fuites sont très fréquentes, surtout pendant la grossesse, et constituent ce qu’on appelle la protéinurie physiologique (c’est-à-dire dans les normes). Elle peut être liée à un défaut d’hydratation : la concentration des protéines est plus élevée.

Des analyses d’urines vous sont prescrites très régulièrement pendant votre grossesse, dès le début : à chaque fois votre protéinurie est mesurée. A partir de 0,5 g/litre, elle attirera l’attention de votre médecin : c’est le signe que quelque chose ne va pas.

Ce qu’indique une protéinurie élevée

Un diagnostic de protéinurie va systématiquement entraîner des examens supplémentaires. En effet, un excès d’albumine peut signifier l’apparition de pathologies potentiellement graves :

  • Une infection urinaire : c’est généralement ce qu’indique une protéinurie qui augmente légèrement. Le taux n’est pas très élevé, et il peut s’accompagner d’autres signes comme une fièvre, des frissons, des douleurs au moment d’uriner… Des examens complémentaires d’urine (examen cytobactériologique des urines ou ECBU) confirmeront le diagnostic et vous serez placée sous traitement antibiotique. C’est un cas de figure très courant lors d’une grossesse !
  • Un dysfonctionnement rénal : une protéinurie élevée peut signaler un problème au niveau des reins. « Simple » déshydratation ou lésion, il faut en passer par des examens complémentaires pour le savoir et le traiter.
  • Une prééclampsie : c’est la pathologie la plus grave que l’on puisse détecter avec une protéinurie élevée. Cette affection qui apparaît plutôt en fin de grossesse, au cours du 3e trimestre, peut avoir des conséquences gravissimes sur la mère et l’enfant. Elle est liée à un problème d’hypertension artérielle et ses conséquences peuvent être multiples : décollement placentaire, perte de connaissance et convulsions, hémorragie cérébrale…

Si l’élévation de votre taux de protéine dans les urines s’accompagne de troubles de la vision, d’une sensation de malaise général (vomissements, maux de tête, maux de ventre) ou encore d’œdème brutal et important au niveau des extrémités et/ou du visage, il convient de consulter en urgence absolue !

La surveillance de la présence de protéines dans les urines pendant la grossesse constitue un examen très important, à ne pas négliger. Toutefois, pas de panique : les bouleversements multiples qu’entraîne la grossesse sur l’organisme peuvent être à l‘origine d’une protéinurie qui augmente. La prééclampsie ne concerne qu’approximativement 5% des grossesse ; bien que grave, ce trouble est connu et très bien pris en charge par les maternités. Bref, restez vigilante, mais zen !

Plus d'articles sur : #sante
Isabelle DAMIRON
Publié le 12-09-2017 à 00:00
Mis à jour le 25-10-2017 à 17:10
Auteur : Isabelle DAMIRON
2747 articles

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus