Des parents appellent leur fils Ambre : ils sont poursuivis en justice

Un couple de femmes, parents d'un petit garçon né en janvier 2018 sont poursuivi depuis que l'officier d'état civil a fait un signalement à cause du prénom qu'elles ont choisi pour leur fils : Ambre. Explications.
Peut-on appeler un petit garçon Ambre ? La justice est divisée
Peut-on appeler un petit garçon Ambre ? La justice est divisée

Ambre est un petit garçon de 9 mois né en janvier 2018 à Étel, dans le Morbihan (Bretagne). Ses parents, un couple de femmes a choisi de l'appeler Ambre. Un prénom majoritairement porté par des filles mais qui a déjà été utilisé quelques fois pour les garçons. 

Cependant, au moment de déclarer la naissance du bébé, l'officier d'état civil refuse d'enregistrer le prénom et fait un signalement au procureure de la République de la ville de Lorient (56). 

Un risque de confusion de sexe

Celle-ci donne raison à l'officier d'état civil. Elle considère que ce prénom peut nuire au petit garçon en provoquant un risque de confusion de sexe. Le parquet demande donc aux mamans du bébé de changer de prénom et assigne la mère de l'enfant devant le Juge aux affaires familiales. 

Le Parquet fait appel, et l'affaire traîne

Le Juge aux affaires familiales donne raison aux mamans de l'enfant et les autorise à appeler leur fils Ambre. Mais le 30 juillet dernier, le parquet décide de faire appel de la décision. Mais cet appel, qui sera traité à Rennes, n'aura pas lieu avant...avril 2019 ! Le petit aura donc 18 mois lorsque la décision finale sera prise. 

Alice Gondelle, la maman d'Ambre, interrogée par France Bleu Breizh Izel raconte son désarroi : « la société est très injuste (...) puisqu'elle laisse passer des prénoms très très ridicules, qui, là, peuvent porter préjudice à l'enfant comme Clitorine (...). Je me dis qu'un prénom si classique, si ancien et qui est reconnu comme mixte ne passe pas, et c'est l'état qui nous attaque ? En attendant, nous on doit vivre avec ça pendant 2 ans. Moralement c'est difficile, financièrement c'est aussi difficile... ».

Le couple de femmes a contacté l'association Les Enfants d'Arc en Ciel, une association qui soutient les parents homosexuels, parce qu'elles ont fini par se demander si l'acharnement de la justice n'était pas une forme d'homophobie.

Publié le 12-09-2018 à 10:30 | Mis à jour le 12-09-2018 à 10:35 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #prenom#naissance

Vous aimerez aussi

Bébés : choisir son nom et son prénom

Enfant : le choix d'un nom et d'un prénom

Le choix du prénom et du nom appartient aux parents. Inscrits dans l'acte de naissance, c'est l'identité de...
Lire la suite

Le tilde interdit sur un prénom d'enfant

Des parents au tribunal pour que le prénom de leur enfant soit reconnu

C'est une histoire qui a déjà fait la une des journaux il y a quelques mois. Les parents du petit Fañch se...
Lire la suite

La justice refuse Jihad, le petit garçon s'appelera Jahid

Des parents voulaient appeler leur bébé Jihad, le juge choisit Jahid

A Toulouse, un couple dont le bébé est né le 2 août 2017, avait voulu l'appeler Jihad. Le tribunal de...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus