Crèche Baby-loup : l'ONU condamne le licenciement d'une salariée voilée

L'affaire avait fait la une de tous les médias en 2008. Une salariée de la crèche privée Baby-loup qui avait refusé d'enlever son voile avait été licenciée. Le comité des droits de l'Homme de l'Onu vient de critiquer cette décision considérant qu'il s'agit d'une « atteinte à la liberté de religion ».
Crèche Baby-Loup : le licenciement d'une salariée voilée critiqué par l'ONU
Crèche Baby-Loup : le licenciement d'une salariée voilée critiqué par l'ONU

Un licenciement pour faute grave

Nous sommes en 2008. Fatima Afif, salariée d'une crèche privée des Yvelines (78), en région parisienne est licenciée pour faute grave. Le motif de son licenciement ? Revenant de congé parental, elle refuse désormais d'enlever son voile pendant ses heures de travail. 

La crèche Baby-Loup lance une procédure de licenciement, considérant la loi sur l'interdiction des signes religieux ostentatoires.

Fatima Afif conteste son licenciement. Les médias en font leurs choux gras, cette histoire étant largement repris par la classe politique. 

Côté justice, les jugements s'enchaînent, parfois contradictoires. Le licenciement de la jeune femme est d'abord validé deux fois par les tribunaux. 

Puis, en 2013, la chambre sociale de la Cour de cassation revient sur cette décision, considérant qu'il s'agit d'une crèche privée, pour laquelle, la loi sur les signes religieux ostentatoires ne s'applique pas. 

La chambre sociale de la Cour de cassation estime, par ailleurs, que ce licenciement est « une discrimination en raison des convictions religieuses ».

Puis, nouveau rebondissement, en 2014, la Cour de cassation, confirme finalement malgré l'avis de sa chambre sociale, le licenciement de Fatima Afif. 

Une violation des droits civils

Pourtant, la discrimination est également l'argument retenue par le Comité des droits de l'Homme de l'ONU, devant qui a été porté l'affaire. 

Celui-ci considère en effet que le licenciement de la jeune femme est une « discrimination (...) basée sur le genre et la religion » et que « l'interdiction qui lui a été faite de porter son foulard sur son lieu de travail constitue une ingérence dans l'exercice de son droit à la liberté de manifester sa religion ». 

De plus, l'ONU considère également que la France « n'a pas apporté de justification suffisante »  qui montrerait que « le port d'un foulard par une éducatrice de la crèche porte atteinte aux libertés et droits fondamentaux des enfants et des parents la fréquentant ».

Pas de pouvoir contraignant

Le Comité des droits de l'Homme n'a pas le pouvoir de contraindre la France et celle-ci ne peut pas être condamnée. 

Cependant dans son avis, ce Comité demande à ce que la France indemnise Fatima Afif « de manière adéquate et de prendre des mesures de satisfaction appropriées, incluant une compensation pour la perte d'emploi sans indemnités et le remboursement de tout coût légal ».

Interrogé par le Nouvel Obs, Richard Malka, l'avocat qui défend la crèche Baby-Loup a considéré qu'il s'agissant d'un « non-événement, les décisions du Comité (...) n'ont aucune valeur juridique contraignante ». 

Publié le 29-08-2018 à 10:59 | Mis à jour le 29-08-2018 à 11:04 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #creche

Vous aimerez aussi

Les premières séparations : Crèche, nounou, ce qu'il va acquérir…

Les premières séparations : Crèche, nounou, ce qu'il va acquérir...

Vous reprenez le travail et votre bébé doit aller en crèche ou chez la nounou ? Ce moment difficile à...
Lire la suite

Plan pauvreté : quel impact sur les familles ?

Petite enfance, écoles, cantines : les promesses du « plan pauvreté » pour les familles

C'est mi-juillet que le plan pauvreté promis par Emmanuel Macron devrait être officiellement présenté et...
Lire la suite

30 000 places en crèches supplémentaires

30 000 places supplémentaires en crèches d'ici 2022

Bonne nouvelle pour les parents : la Cnaf et l'État viennent de mettre en place une nouvelle...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus