Alcool et grossesse, le message ne passe pas !

Alors que les campagnes de sensibilisation se multiplient pour informer les femmes des dangers de l'alcool sur le fœtus, la plupart des femmes enceintes continuent de boire pendant leur grossesse.
Image d'illustration



En dépit des campagnes d'informations sur les dangers de l'alcool sur le fœtus, 80 % des femmes enceintes reconnaissent boire pendant leur grossesse, particulièrement dans les pays anglo-saxons.

Les pays anglo-saxons sont les plus concernés

Malformation, retard mental, trouble de l’attention, difficulté de concentration, de mémorisation  et de l’apprentissage... Les méfaits de l'alcool sur le fœtus sont connus et les campagnes d'informations à destination des femmes enceintes ne cessent de se multiplier.
Pour autant, le message a du mal à passer, particulièrement dans les pays anglo-saxons, où, selon une enquête publiée par la revue médicale BMJ Open, la majorité des femmes continueraient de boire pendant leur grossesse.
Elles seraient même 9 sur 10 à le faire en Irlande en début de grossesse et 8 sur 10  jusqu’à l’accouchement. Des records qui concernent également la Nouvelle-Zélande, l'Australie et le Royaume-Uni.


Un risque à chaque stade du développement du fœtus

Le phénomène concerne toutes les classes sociale, bien qu'être issue d’une ethnie minoritaire, avoir moins de 39 ans ou être obèse modèrent le risque. Les fumeuses sont cependant plus exposées, avec 17 à 50 % de plus de femmes susceptibles de consommer de l’alcool.
Pourtant les campagnes préconisent une abstinence totale pendant la grossesse. Mais 15 à 70 % des femmes reconnaissent se laisser tenter par un ou deux verres par semaine pendant le premier trimestre de la grossesse, un nombre qui décroit toutefois au fil des mois.
Pourtant, les risques sur le fœtus sont présents et peuvent se révéler à n’importe quel stade de la grossesse, d'où la recommandation de cesser de boire dés la conception.
Chaque verre consommé représente un risque pour l’enfant à naître à un risque. En France, le syndrome d’alcoolisation fœtale est la première cause des retards mentaux non génétique et 7 500 à 8 000 enfants sont concernés par ces troubles chaque année.

Publié le 09-07-2015 à 15:36 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

La pharmacie de base 6-18 mois : accessoires

La pharmacie de base 6-18 mois : accessoires

Avoir les médicaments nécessaires dans sa pharmacie ne suffit pas. Il faut aussi pouvoir compter sur les...
Lire la suite

L’incroyable sauvetage d’un bébé !

Pamela Rauseo est parvenue à sauver la vie de son neveu de 5 mois au prix d’un stress intense !
Lire la suite

Les anomalies congénitales, toujours nombreuses mais mieux dépistées

3,3 enfants touchés par une anomalie congénitale pour 100 naissances : un chiffre qui peut paraître...
Lire la suite