Un prénom breton rejeté par l'état civil

Pour la deuxième fois en quelques mois, un prénom breton est refusé par l'état civil, parce qu'il comprend un signe orthographique non accepté par l'état
Un prénom breton rejeté par l’état civil
Un prénom breton rejeté par l’état civil

Le bébé est né en août dernier. Ses parents, rennais, ont choisi son prénom depuis 6 ans déjà, c'est dire s'ils y tenaient. Ce sera Derch'en. Cependant, à la mairie de Rennes, au moment d'enregistrer le prénom, l'officier d'état civil le refuse, à cause de l'apostrophe. Ils ont fait appel de la cécision auprès du procureur de la République, qui a également refusé l'apostrophe. Les parents racontent alors à Ouest-France : 

« Nous avions le choix entre changer de prénom (impensable pour nous) ou l'orthographier Derchen. La mairie nous avait spécifié qu'il serait possible d'avoir recours par la suite. Nous avons donc décidé d'appeler notre fils Derchen ». Or, il est désormais impossible pour eux d'entamer d'autres recours

La famille, soutenue par une association

Les parents du petit Derch'en ont alors fait appel à l'association Skoazell Vreizh (Secours breton) pour les aider. Celle-ci donc contacté la mairie de Rennes. Skoazell Vreizh raconte : « Une personne élue de la majorité municipale nous a bien confirmé les faits et devrait nous communiquer l'argumentation juridique du procureur pour expliquer son refus du “c'h”, pourtant très répandu en breton ». Pour le président de l'association le refus de l'apostrophe pose un vrai problème « car de nombreux prénoms bretons ainsi que des noms de famille s'écrivent avec un c'h et n'ont pas, à notre connaissance, posé de problème ces dernières années. »

Un appel au ministère de la Justice

Le procureur de Rennes a refusé le prénom en se basant sur une circulaire de 2014, rédigé avec le soutien de l'Académie française, qui liste les signes autorisés. L'association a donc pris contact auprès de la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, pour demander la modification de cette circulaire. 

« En attendant, deux familles qui ont librement choisi des prénoms bretons pour leurs enfants sont dans l'embarras, font face à des tracasseries et subissent une discrimination linguistique intolérable », ajoute l'association.

Une autre famille bretonne dans le même cas

En mai dernier, un autre prénom breton, Fañch, a été refusé par le tribunal de Quimper (Finistère), la tilde n'étant pas non plus autorisée par l'état. 

Publié le 26-01-2018 à 15:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #bebe#prenom

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Pilules de dernière génération : s’y retrouver

Pilules de dernière génération : s'y retrouver

Le vent de panique qui a soufflé suite aux différentes affaires impliquant les pilules de dernières...
Lire la suite

L’hypnose au secours de la fertilité ?

L'hypnose au secours de la fertilité ?

Une anglaise de 36 ans serait parvenue à tomber enceinte grâce à une séance d'hypnose. Une nouvelle arme...
Lire la suite

le don d’ovocytes

le don d'ovocytes

Le don d'ovocytes permet aux couples stériles de concevoir un enfant par FIV où l'ovule d'une donneuse est...
Lire la suite