Que vont faire les enfants qui n'ont pas école le mercredi ? Le ministre de l'éducation y répond

80% des villes en France vont appliquer la semaine de 4 jours. Pour occuper les enfants le mercredi, le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a dévoilé, mercredi 20 juin, son « plan mercredi ». Résumé.
Des subventions pour que plus d'enfants aillent en centre de loisirs
Des subventions pour que plus d'enfants aillent en centre de loisirs

« Trop souvent les enfants restent le mercredi chez eux ». C'est le constat que fait le ministère de l'éducation. 

Mercredi 20 juin 2018, Jean-Michel Blanquer accompagné de la ministre de la culture, Françoise Nyssen et de la ministre des sports Laura Flessel s'est rendus à Courcouronnes dans l'Essonne pour annoncer son « plan mercredi », qui vise à proposer aux communes volontaires une sélection d'activités périscolaires dans les centres de loisirs

C'est quoi le plan mercredi ? 

Jean-Michel Blanquer constate que « trop souvent, les enfants sont chez eux avec des jeux électroniques, ou confinés, Nous avons envie de leur ouvrir des possibilités, aussi bien sur le plan des lieux où ils vont, que sur le plan des activités qu'ils font. Cette dimension d'ouverture est au cœur du plan mercredi ». 

Ce plan concernera tous les enfants de la maternelle au CM2. Les villes qui le souhaitent pourront ainsi proposer aux enfants des activités en centres de loisir tous les mercredis, à partir de septembre 2018, hors vacances scolaires. 

Le plan mercredi permettra aux communes de nouer des partenariats privilégiés avec les associations, les clubs sportifs, les établissements culturels, etc. 

Qui va payer ? 

L'état s'engage, pour les communes éligibles à augmenter les subventions données par la Caisse nationale d'allocations familiales (CNAF). Celles-ci passeront de 0.54 centimes d'euros à 1 euro par enfant. 

Cependant, pour bénéficier de cette augmentation, les villes devront proposer des projets éducatifs qui tiennent la route et qui seront validés par la CNAF.

La semaine de 4 jours accusée de creuser les inégalités sociales

La semaine de 4 jours est parfois accusée d'accroître les inégalités entre les enfants, selon leurs niveaux sociaux. Là ou les classes privilégiées peuvent inscrire leurs enfants à des activités périscolaires, les classes populaires n'en ont pas les moyens, les enfants passent donc des journées entières chez eux. 

Aujourd'hui seulement moins d'un enfant sur 10 font des activités le mercredi. 

Vous aimerez aussi

Accidents domestiques : des parents pas assez attentifs

Accidents domestiques : 9 parents sur 10 reconnaissent avoir eu un comportement à risque

Une étude montre que 90% des parents ont déjà eu un comportement à risque devant leurs enfants. Retour sur...
Lire la suite

éducation sexuelle

L'éducation sexuelle à l'école

Si l'éducation sexuelle concerne en premier lieu les parents, elle a intégré le milieu scolaire. Objectif...
Lire la suite

30 000 places en crèches supplémentaires

30 000 places supplémentaires en crèches d'ici 2022

Bonne nouvelle pour les parents : la Cnaf et l'État viennent de mettre en place une nouvelle...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus