École : la non-mixité ne sert à rien

Séparer filles et garçons au primaire et au secondaire n'a aucun impact sur les résultats scolaires, selon cette analyse américaine.
École : la non-mixité ne sert à rien
École : la non-mixité ne sert à rien

Pourquoi séparer les filles des garçons ?

Cette tendance s'observe particulièrement aux Etats-Unis où les établissements non-mixtes font un retour en force ! L'argument le plus fréquemment avancé est que les filles pourraient ainsi s'épanouir davantage dans des disciplines considérées comme "masculines", comme les sciences et les mathématiques.

Nombre de professionnels pensent que les filles ont tendance à s'auto-censurer dans ces matières, laissant le champ libre aux garçons ! Sans parler d'arguments plus discutables, comme la crainte des agressions... Cette méta-analyse s'est focalisée sur les résultats scolaires et eux seuls. Près de 185 études ont ainsi été comparées, concernant 1,6 millions d'élèves.

Il en ressort que la non-mixité n'apporte aucun avantage significatif de ce point de vue ! Tout au plus un très léger avantage peut être donné pour les filles qui envisageraient avec plus d'aisance des études supérieures et des carrières dans des domaines dit "masculins" lorsqu'elles ont été scolarisées dans des établissement féminins, mais cette tendance est vraiment légère.

Pour le reste, les résultats scolaires obtenus lors de scolarités mixtes ou non-mixtes sont équivalents ! Pas de recettes miracles...

Source : santelog.com

Publié le 11-02-2014 à 08:41 | Mis à jour le 24-10-2018 à 12:28 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #ecole

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Rentrée 2015 : de nouveaux objectifs pour l’école maternelle !

Rentrée 2015 : de nouveaux objectifs pour l'école maternelle !

Le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) a rendu publics les prochains axes autour desquels s'organisera,...
Lire la suite

La prise en charge des enfants précoces

La prise en charge des enfants précoces

D'après les spécialistes, il y aurait 5% d'enfants intellectuellement précoces en France. S'il est...
Lire la suite