A Nice des policiers dans les écoles primaires

C'est une expérimentation menée par le maire de Nice, Christian Estrosi. Depuis lundi, un policier municipal non armé est posté dans 3 écoles primaires. Cette expérimentation a été validée par le ministère de l'Éducation nationale.
Bientôt un policier dans chaque école primaire ?
Bientôt un policier dans chaque école primaire ?

3 écoles primaires de Nice tentent une expérimentation depuis lundi. Des policiers municipaux, non armés, seront présents dans les écoles primaires. Le but de leur présence : surveiller et « sécuriser » les écoles. 

Une première en France

Christian Estrosi, le maire de Nice a voulu cette mesure à la suite des attentats de Nice, le 14 juillet 2016. Sa proposition avait été rejetée par la ministre de l'éducation nationale de l'époque, Najat Vallaud-Belkacem. A l'époque, le maire de Nice souhaitait que les policiers présents dans les écoles primaires soient armés. 

Il aura donc fallu un changement de présidence pour que la proposition de Christian Estrosi soit finalement autorisée et soutenue par Jean-Michel Blanquer, l'actuel ministre de l'éducation nationale qui a déclaré, en janvier dernier, que « cela permet de tester des choses à petite échelle et de voir ce que cela donne ». 

Une expérimentation

Les 3 écoles primaires de Nice expérimentent donc ce dispositif jusqu'à la fin de l'année scolaire.

A partir de la rentrée 2018, si le test s'avère positif, toutes les écoles primaires qui le souhaitent, pourront accueillir un policier municipal dans l'établissement. 

Que vont faire les policiers municipaux présents dans les écoles ? 

Les policiers vont surveiller les abords de l'école, en faisant des rondes et en s'appuyant sur un système de vidéo-surveillance. Ils sont également chargés de contrôler les accès dans, et aux abords de l'école. 

« Ils auront des tâches jusqu'ici dévolues au directeur. Ils arriveront dans l'école avant le début des cours, pour s'assurer que tout va bien et pourront contrôler le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité déjà déployés », explique le maire de Nice. 

De nombreuses critiques

La mesure est loin de faire l'unanimité du côté des syndicats et des enseignants. Le syndicat enseignant CGT Educ'action critique fortement cette mesure et soutient que « ce qu'il faut à la prévention, ce n'est pas un-e policier-e dans les écoles, mais du budget pour les services sociaux ». La FCPE, la fédération des parents d'élèves parle quant à elle de « surenchère sécuritaire ».  

Pour autant, malgré les critiques, Christian Estrosi est persuadé que sa mesure est la bonne, les écoles étant des cibles prioritaires de Daech : « Nous appelons chacun à prendre en compte le risque qui pèse aujourd'hui sur les écoles, qui sont désormais aussi des cibles pour Daech et à attendre le résultat de cette expérimentation unique en France plutôt que de chercher à la rejeter d'emblée pour de simples raisons idéologiques ».

Vous aimerez aussi

peut-on redoubler le CP ?

Le redoublement en CP

Le redoublement est toujours une décision difficile à prendre en tant que parent et le redoublement du CP...
Lire la suite

Préparer la 1ere rentrée, une véritable organisation

Préparer la rentrée : comment cela se passe ?

Votre tout-petit a grandi ; le voilà bientôt en maternelle ! Voilà quelques étapes...
Lire la suite

Professeur des écoles

Devenir enseignant

A côtoyer les enseignants de maternelle, vous vous êtes découvert une vocation tardive ! Comment...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus