Pré-éclampsie : réduire le risque grâce à l'aspirine

Pré-éclampsie : réduire le risque grâce à l'aspirine
Pré-éclampsie : réduire le risque grâce à l’aspirine
Pré-éclampsie : réduire le risque grâce à l’aspirine

L'aspirine, à l'action positive déjà prouvée dans le cadre de troubles de la circulation sanguine, pourrait aider à prévenir la pré-éclampsie.

L'étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, a été menée par 14 centres hospitaliers européens auprès de femmes enceintes présentant un risque avéré de présenter une pré-éclampsie. Ce problème potentiellement grave est lié à un fonctionnement anomal du placenta. La présence de protéines dans les urines augmente et la tension artérielle devient élevée ; la conjonction des symptômes est potentiellement très grave. On estime que 2 à 5% de femmes enceintes sont ou seront touchées par l'affection.

L'étude s'est focalisée sur les cas de pré-éclampsie sévère survenant avant terme (avant 37 semaines de grossesse), qui représentent 30 à 40% des cas au total et apporte le plus de complications. Après avoir pratiqué des tests sur les participantes à l'étude au cours du premier trimestre de grossesse, les chercheurs leur ont proposé la prise de 150 mg quotidiens d'aspirine. Ils ont constaté que le médicament permettait une réduction de 82% des risques de survenue d'une pré-éclampsie avant 34 semaines de grossesse et de 62% l'apparition du problème avant 37 semaines.

Une découverte importante, alors que la pré-éclampsie est toujours responsable aujourd'hui de 76 000 décès maternel et de 500 000 décès infantiles chaque année dans le monde. 

Publié le 03-07-2017 à 15:01 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Chine : un bébé naît avec trois jambes

La petite fille, baptisée Wang Jiaqian, avait tout d’abord été abandonnée par ses parents. Ces derniers...
Lire la suite

Les maladies infantiles : la gastro-entérite

Les maladies infantiles : la gastro-entérite

Maladie très fréquente chez le nourrisson, due à des virus qui se transmettent facilement (les rotavirus),...
Lire la suite

26 semaines, un cap important pour les grands prématurés

26 semaines, un cap important pour les grands prématurés

Selon une étude espagnole, c'est à partir de 26 semaines que les bébés prématurés auraient les meilleures...
Lire la suite