Ma grossesse et mon combat pour redevenir maman

Christelle est la maman de Tatiana, née en 2004. Après un premier accouchement compliqué, qu’elle nous raconte, elle connaît des difficultés à mettre en route bébé n°2. Un récit très émouvant !
Image d'illustration



Ma grossesse a débuté en janvier 2004, quand je l’ai appris en mars j’étais déjà enceinte de 2 mois. Peut-être un déni de grossesse ? Pour moi ça reste encore flou. J’avais pourtant fait plusieurs tests de grossesse, tous négatifs….

Ma grossesse se passe super bien, mais arrivée au début du 8e mois, j’ai des douleurs horribles au niveau du dos, donc je me rends à l’hôpital. Là, on m’examine et le bouchon muqueux part, du coup je doit rester en observation à la maternité. Dans la nuit rien ne se passe, toujours un peu mal mais pour eux ce n’est pas pour aujourd’hui, donc on me renvoie a la maison avec un antispasmodique. Les douleur reviennent une semaine plus tard dans la nuit : rebelote, on repart a l’hôpital, séance de monitoring… Au bout de 2 heures j’apprends que l’accouchement n’est toujours pas pour aujourd’hui ! Bébé va bien, donc : "Prenez un bain et de l’antispasmodique.". J’en avais marre d’entendre toujours le même refrain !

Je rentre de nouveau chez moi, je fais ce que l’on ma dit. J’essaie de dormir mais impossible, toujours de fortes douleurs au dos. Mon mari me demande s'il peu aller bosser, je lui réponds que oui, bien sûr, et que je l’appellerai si ça ne va pas. A midi, je l’appelle car là, ça ne va plus du tout ! Je vomis, les douleurs sont de plus en plus fortes, je n’arrive même plus a tenir debout ! Arrivée à l’hôpital, on me dit : "Madame, ce n’est pas la première fois que vous venez et vu votre situation vous auriez déjà du accoucher ! Donc on va mous mettre un tampon pour accélérer les contractions et la dilatation.". C’était horrible, j‘étais seulement à 4, et les douleurs étaient de plus en plus fortes ! Ma sage-femme vient me voir et regarde le monitoring : ma fille commence à mal supporter les contractions, elle fait de la tachycardie, et moi je commence a m’endormir ; j’avais 40° de fièvre, j’étais en hyperthermie. Du coup on me prépare pour une césarienne en urgence et on me donne un médicament pour arrêter ma fièvre.

Arrivée au bloc, la césarienne se déroule. Je ne peux rien voir, je n’arrive toujours pas à comprendre, peut-être que ma fille n’était pas jolie à regarder? Je ne l’entends pas pleurer ! J’entends finalement un cri a 22 h 45 le 30 septembre 2004 qui me fait pleurer, moi… On me rassure, on me la ramène, elle était tellement belle ! Et on me dit : "Heureusement qu’on a agi vite, sinon vous et votre petite c’était fini !". Ma fille avait fait ses besoins a l’intérieur de moi et étouffait, voila pourquoi moi j’étais montée a 40° de fièvre !

On me ramène ma fille seulement à 4 heures du matin. Elle dort, tout va bien, enfin c’est-ce que je pensais ! A 10 heures on m’annonce qu'elle a peut-être une méningite, on doit lui faire des examens. A ce moment-là, vous avez le ciel qui vous tombe sur la tête ! Ma fille âgée de quelques heures seulement a subi une ponction lombaire, qui s’est avérée négative, ouf ! Mais elle avait attrapé un streptocoque du groupe B, du coup, hospitalisation 7 jours en néonatologie…

Maintenant ma fille Tatiana, âgée de 8 ans, va très bien. Mais pour moi, c’est la galère pour être de nouveau enceinte.

Tatiana avait 2 ans quand on a décidé avec mon mari de lui faire une sœur ou un frère. Mais rien ne se passe. Je ne m’inquiète pas, je me dis que c’est peut-être du à la pilule et que ça viendra. Enfin c’est-ce que me disait ma gynécologue !

Mais quand elle a eu 7 ans, toujours rien ! Je décide de prendre rendez vous avec un nouveau gynécologue, un professeur. Il me fait faire plusieurs examens (traitement inducteur d’ovulation, hormonal…). Je tombe enceinte peu après mais je fais une fausse couche. Je suis de nouveau sous traitement et le gynécologue décide de programmer une coelioscopie. Je suis sous le choc : on m’apprend que lors de ma césarienne, on m’avait fait n’importe quoi, mon utérus était collé à la paroi de mon abdomen, mes ovaires et ma vessie aussi. Mon nouveau gynécologue m’a donc réopérée sur ma cicatrice de césarienne. Nous avons attendu 1 ans et là nous avons eu le feu vert pour reprendre les essais pour bébé 2, en espèrent que tout ça va bientôt marcher !

Envie de nous raconter votre accouchement ? Témoignez vous aussi sur Etreenceinte.com ! Envoyez-nous un email avec votre récit, accompagné d’une photo, à l’adresse webmaster@etreenceinte.com. Retrouvez aussi nos appels à témoignages sur notre page Facebook !

Publié le 10-01-2013 à 11:47 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Une femme accouche dans le RER A

Une femme accouche dans le RER A à Paris

Ce lundi 18 juin 2018, la circulation du RER A a été interrompue dans les 2 sens entre 11h15 et 12h....
Lire la suite

Votre corps apres la grossesse

Votre corps apres la grossesse

L'accouchement s'est bien passé, bébé est là, c'est le bonheur! Mais en vous regardant dans la glace, vous...
Lire la suite