Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

États-unis : l’incroyable erreur de la banque de sperme

Publié le
  • 3
  • I
insémination artificielle avec donneur banque de sperme
Jennifer et sa fille Payton

Quand Jennifer Cramblett est tombée enceinte suite à une insémination artificielle avec donneur, elle n’imaginait pas devoir traîner la banque de sperme en justice…

 

 

Mariée depuis quelques jours avec sa compagne Amanda, Jennifer n’a presque pas eu le temps de profiter de sa lune de miel : elle apprenait presque tout de suite qu’elle était enceinte, suite à une insémination artificielle avec donneur !

 

Ravie, la future maman, qui avait choisi le donneur anonyme grâce aux quelques critères communiqué par la banque de sperme Midwest, avait même vu loin : à 5 mois de grossesse, elle recontacte l’établissement pour lui demander de mettre de côté un autre échantillon de sperme du donneur 380, le sien, afin que d’ici quelques temps, Amanda puisse à son tour porter un enfant. Bref, tout s’annonçait parfait…

 

Sauf que quand sa petite Payton vient au monde, il y a deux ans, Jennifer réalise tout de suite qu’il y a un problème : la petite fille a la peau noire… Une erreur de la part de la banque de sperme, qui, au lieu de procéder à l’insémination avec le sperme du donneur 380, blanc comme l’avaient expressément demandé les deux jeunes femmes, a utilisé celui du donneur 330…

 

Une erreur humaine apparemment, puisque l’enquête lancée par les autorités a prouvé que la banque Midwest n’avait aucun système de suivi informatisé des dossiers ! A Uniontown, la petite ville de l’Ohio où vivent Jennifer et Amanda, les mentalités sont encore très rigides : leur couple lesbien est déjà vu d’un œil soupçonneux… Les deux femmes s’inquiètent donc pour l’avenir de leur fillette métisse, dans une communauté composée à 98% de blancs !

 

C’est en partie la raison pour laquelle la maman a décidé de porter plainte contre cette banque du sperme. Elle et son épouse aiment leur fille "sans condition", mais souhaitent qu’une telle erreur ne puisse plus jamais se reproduire. En attendant, elles envisagent de déménager dans une ville où la population serait plus mélangée et leur famille, mieux acceptée.

 

 

Source : quebec.huffingtonpost.ca

Isabelle Damiron
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
  • Invité
    Le 09/10/2014 à 21h34 par Invité
    Elles sont lesbiennes et ne veulent pas dun bébé métisse... J'y comprends plus rien la....
  • Invité
    Le 08/10/2014 à 20h01 par Invité
    Acting as if race is a disability. When this child grows up, she will know she was not wanted.
  • Invité
    Le 08/10/2014 à 20h01 par Invité
    They need to get over it. So racist.
 

Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

Je m'identifie

Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

Mot de passe oublié ?

Connectez-vous avec votre compte Facebook

Se connecter
Je m'inscris

Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

Je m'inscris