Adieu ma princesse... (Page 9)

Discussions

Auteur
Message
Kezia14 1827 messages
Kezia14
Mamanaute
Experte
Posté le : 02-10-2007 à 18:22
Adeline, chaque jours je viens lire les tendres mots que tu écris à Charlotte, et chaque jours je me demande comment de tels drames peuvent arriver!!!! J'avoue me sentir coupable d'avoir mes fils auprès de moi, sachant que nous avons vécues nos grossesses ensemble, c'est pour cela que je n'ose pas trop te parler sur msn (j'ai peur de te faire encore plus de mal, surtout lorsque tu me demande comment vont Benjamin et Mathieu)!!! Mais surtout n'oublie jamais que même si je ne t'écris pas souvent, mon coeur t'accompagne chaque jour!!! Je pense trés fort a toi et ton mari et Charlotte bien entendu!!! gros bisous à toi ma chère Adeline!!!
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 02-10-2007 à 23:27
[color=darkblue:73680c2ad5][b:73680c2ad5]Ma Charlotte [/b:73680c2ad5] J'ai passé une très mauvaise journée ma princesse... Déjà, tout a commencé ce matin quand j'ai reçu le courrier du Conseil Général pour notre dossier adoption. Ils nous demandent de prendre RDV dans les 15 jours avec la psy du service (si ce délai n'est pas respecté, notre demande sera classée "sans suite" ) pour faire des investigations psychologiques complémentaires suite à ton décès avant de représenter notre dossier à la Commission d'agrément pour savoir s'ils nous le donneront ou pas... Cela ne fait même pas 2 mois que tu es décédée et nous devons nous expliquer devant un psy, sans pleurer, sans nous "écrouler" pour qu'ils "évaluent" notre droit à pouvoir être, à nouveau, parents un jour... Comment ne pas "craquer" en parlant de toi alors que tu es encore tellement présente dans nos vies et dans nos coeurs et que nous sommes encore très "fragiles"... Je suis très stressée par ce RDV... Aide-moi ma princesse à trouver les bons mots pour pouvoir, peut-être un jour, te donner un petit frère ou une petite soeur du bout du monde... Ensuite, cet après-midi, j'ai rappelé mon agence d'Intérim pour savoir si le CV que je leur avais renvoyé hier par mail avait été transmis à une société qui recherchait une assistante commerciale bilingue et qui correspondait à mon profil. La dame que j'ai eu en ligne m'a dit, un peu gênée... : "Eh bien non, nous n'avons pas transmis votre CV car la société en question a besoin d'une personne "solide" pour ce poste... Après ce que vous avez vécu... Vous n'êtes pas la candidate idéale..." Cette remarque m'a anéantie... Qui est-elle pour juger si je suis solide ou non ? Je suis encore en congé maternité et c'est moi qui demande à travailler car j'en ai besoin... Si je postule, c'est que je me sens capable de faire ce que l'on va me demander... J'ai l'impression que l'on me fait encore plus payer ton décès ma princesse... Je souffre déjà au quotidien du manque que tu as laissé dans ma vie, de ce vide immense avec lequel j'ai du mal à vivre tous les jours... Non pas que je voulais absolument ce job car, celui-là ou un autre, je m'en fiche mais c'est le principe qui ne m'a pas plu... Je me suis demandée quand j'arriverai enfin à voir le bout du tunnel... Déjà que ton décès de n'est pas évident à vivre mais, en plus, j'ai l'impression qu'on me le fait payer encore plus... J'ai pleuré tout l'après-midi en me demandant si j'allais finir par voir un petit rayon de soleil dans ma vie... J'ai besoin que tu m'aides ma chérie... Heureusement, ce soir, quand ton papa est rentré, il a été extraordinaire, comme d'habitude... Il m'a prise dans ses bras, il m'a serrée très fort et il n'a fait que me répéter qu'il m'aime et qu'il sera toujours là pour moi... En plus, je n'ai pas voulu l'appeler cet après-midi suite à tout cela car c'est difficile pour lui, au boulot, en ce moment... Ils lui mettent énormément la pression et il a un boulot de dingue donc je ne voulais pas qu'il s'inquiète en plus pour moi... Sinon, j'ai découvert cet après-midi le site d'Elora... Un autre petit ange qui ne doit pas être très loin de toi... Son histoire et celle de sa maman Yetty m'a fait beaucoup pleuré car elle est tellement similaire à la nôtre... D'ailleurs, j'ai parlé avec Yetty sur MSN ce soir et c'est ce que nous nous sommes dits... Il y a aussi Sandrine, toujours fidèle au poste pour me remonter le moral... Tu me manques tellement ma puce... J'aimerais tellement pouvoir te blottir dans mes bras et te serrer très fort pour te faire de gros câlins et te sentir tout prêt de moi... Je t'embrasse très tendrement... Ta maman qui t'aime[/color:73680c2ad5]
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 03-10-2007 à 00:28
[b:f9413bc2f7]Pati[/b:f9413bc2f7] :arrow: Merci beaucoup pour ce lien... L'histoire de cette famille, toutes ces photos, la venue tant attendue de cette petite Marie... Toute cette histoire et cette injustice m'ont fait pleurer... Nous nous reconnaissons toujours un peu dans les histoires des aurtres... En tout cas, merci beaucoup pour cette petite attention adorable. Je pense très fort à toi mais aussi à tes 3 anges Erika, Emmanuel et Damien... Je t'embrasse très fort ainsi que toute ta petite famille.... [b:f9413bc2f7]Chrystel [/b:f9413bc2f7]:arrow: Déjà, merci pour tous tes messages sur MSN mais je ne suis malheureusement jamais devant l'ordi quand tu m'envoies des petits mots... On ne fait que se croiser ! Merci pour ton message et pour ce sublime petit ange... Je t'embrasse très fort et je pense très fort à ton petit ange Anthony et à ton petit Aurélien qui est bien au chaud dans ton bidon... [b:f9413bc2f7]Sophie [/b:f9413bc2f7]:arrow: Je suis super touchée de te voir ici. C'est adorable d'avoir mis un petit mot à Charlotte... Je pense très souvent à toi et aux autres pipelettes et c'est vrai que ce n'est pas toujours facile d'aller vous mettre des petits mots... Tout dépend des jours... Il y a des jours où je suis plus "fragile" que d'autres comme aujourd'hui par exemple... En tout cas, n'hésite-pas à me faire des coucous sur MSN. Je répondrai si je suis là. Et surtout, ne te sens pas coupable d'avoir 2 petits garçons adorables ! Je suis très heureuse pour toi et c'est sincère... Profite juste de la chance que tu as... Je t'embrasse très fort ainsi que Mathieu et Benji. Adeline
legcat 181 messages
legcat
Mamanaute
Avancée
Posté le : 03-10-2007 à 20:49
J'ai tant pleuré en lisant ce qui tu as eu le courage d'écrire. Je pense fort à toi.
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 03-10-2007 à 22:11
[color=darkblue:5b23871bab][b:5b23871bab]Mon ange,[/b:5b23871bab] Cela fait 2 mois aujourd'hui que nous avons appris que ton petit coeur s'était arrêté... Je m'en souviens comme si c'était hier, cette journée d'angoisse, la pire journée de notre vie... Dès le matin, au réveil, je me suis mise sur le dos, les mains sur le ventre pour attendre ton petit bonjour du matin qui n'est jamais venu... J’étais étonnée car tu bougeais toujours beaucoup le matin, cette position te faisait toujours réagir et là, rien... Ton papa t'a d'ailleurs fait ses fameux "bisous qui claquent" et qui te faisaient toujours "sursauter"... D’habitude, tu lui donnais des petits coups pour lui montrer que tu étais là, ma princesse, que tu reconnaissais ton "papounet"... Il m'a aussi tapoté le ventre, tout en douceur, chose que tu adorais aussi et là, toujours rien, pas de réaction... Nous étions déjà inquiets car nous étions très à l'écoute de tout ce que tu faisais et nous étions étonnés de ton "silence"... Comme tu avais beaucoup bougé la veille, nous nous disions que tu devais avoir envie de te "reposer"... En partant travailler, vers 7h30, ton papa m’a à nouveau embrassé le ventre, comme tous les jours, pour te dire au revoir et il nous a semblé qu’il y avait eu une petite réaction de ta part mais nous en n’étions pas sûrs… Il nous a semblé que tu nous avais fait un petit signe en me donnant un coup ce qui commençait à nous rassurer un peu même si ce n’était pas franchement virulent… Après coup, avec le recul, je pense que tu étais déjà décédée à ce moment-là… En partant, ton papa m’a surtout demandé de surveiller que tu bougeais bien… Ma gynéco nous avait effectivement dit que si je ne te sentais pas bouger ½ journée, il fallait que j’aille faire un contrôle au bloc obstétrical. Elle avait même rajouté qu’il valait mieux un contrôle pour rien que de prendre des risques… J’ai pris mon petit-déjeuner comme tous les matins et tu n’as pas réagi alors que d’habitude, tu bougeais toujours quand je mangeais ! Ensuite, je suis allée sur l’ordinateur mettre un mot aux "pipelettes", les filles du forum avec qui j’ai partagé toute ma grossesse et j’ai fait un "skype" avec ta tata Anne pour tester la Webcam que je venais de brancher afin de pouvoir te montrer à tout le monde une fois que tu serais née... D’ailleurs, nous avons fait des essais avec Anne et elle m’a demandé de lui montrer mon "gros bidon" que je lui ai montré avec fierté puisqu’il y avait mon plus grand trésor à l’intérieur, à savoir toi, ma princesse… Ensuite, je suis partie en ville à pied car il faisait super beau et super chaud... Je me sentais en pleine forme, j'étais heureuse et épanouie ! J'avais le plus beau des trésors dans mon ventre et j'en étais très fière... J'arborais fièrement mon ventre tout rond... En plus, je me disais que tu pouvais sortir quand tu voulais car il n'y avait plus de risque, tu étais largement viable... D'ailleurs, j'espérais que tu arrives avant terme pour enfin te rencontrer et t'embrasser... J'étais super impatiente ! J'ai marché pendant plus de 2 heures et je suis allée acheter plein de petites choses pour préparer ton arrivée... Sur le chemin, j'ai appelé ton papa qui m'a demandé si tu bougeais et je lui ai dit que je ne savais pas trop... En marchant, j'avais du mal à me rendre compte si c'était toi qui bougeait ou si je me l'imaginais... Et maintenant, je sais que je me l’imaginais… Le midi, ton papa est rentré, et je me suis mise sur le canapé pour que tu sois plus au calme et que tu me fasses enfin ce petit signe que j'attendais depuis le réveil... Là encore, rien... Je commençais sérieusement à m'inquiéter et ton papa m'a dit d'aller à la Clinique pour qu'ils nous rassurent... Mais je crois que, dans ma tête, je refusais d'y aller car j'étais sûre que tu allais bouger... Je refusais la réalité... Le midi, ton papa est rentré et nous avons mangé dehors, sur la terrasse. J’ai bu pas mal d’eau en espérant te faire réagir et toujours rien… Je me suis ensuite posée sur le canapé pour essayer de te sentir bouger car, souvent, quand j’étais au repos, tu te mettais à bouger. J’ai mis ma main sur mon ventre, je l’ai secoué de façon assez virulente et toujours pas de réaction, tu ne bougeais toujours pas… Je me suis donc allongée sur le dos dans le canapé pour essayer de te faire réagir car, en général, cette position te fait toujours bouger et là… Rien… J’ai à nouveau secoué mon ventre et toujours rien… J’ai commencé à sérieusement m’inquiéter et là, ton papa m’a dit d’aller à la Clinique, l’après-midi, pour faire un contrôle. En même temps, je me suis dit que tu allais bien finir par rebouger... Nous nous sommes d’ailleurs un peu disputés à ce sujet avec ton papa (ce qu’il a regretté par la suite…) car je pense que nous devions tous les 2 être stressés et inquiets sans se l’avouer vraiment. Ton papa est donc reparti au travail vers 13h45. En début d'après-midi, Gaëlle est arrivée pour que nous allions à la piscine de la résidence ensemble. Avant de descendre, je lui ai montré ta chambre... Tout était prêt, il ne manquait plus que toi... Elle l'a trouvée magnifique... Je lui ai même montré tous tes petits habits pendus sur les cintres dans l'armoire et que j'avais lavés et repassés quelques jours avant... Elle m'a dit : "on dirait une "chambre témoin" tellement il y a de choses ! "… C’est vrai mais nous t'avons tellement attendu, ma puce, que nous avons fait des folies dans les achats pour que tu aies tout ce qu'il y avait de mieux... Nous sommes descendus à la piscine et je me suis dit que l'eau allait te faire réagir... Mais toujours rien... J'ai discuté avec Gaëlle et l'après-midi est passé. Malgré tout, j'étais stressée au fond de moi... J'essayais de me rassurer mais je n'y arrivais plus vraiment... A certains moments, dans l'eau, j'avais l'impression de te sentir bouger mais je réaliserai plus tard que ce n'était pas toi qui bougeait mais la masse de ton corps qui devait remonter avec l'eau... Ton papa m'a d'ailleurs appelée pour savoir si tu bougeais et, là encore, je lui ai répondu que je n'en étais pas sûre mais que je pensais que oui... Gaëlle est repartie en fin d'après-midi, je me suis douchée et je me suis assise sur le canapé en attendant le retour de ton papa. J'ai désespéramment attendu un signe de ta part mais il n'est jamais venu... Je faisais bouger mon ventre, je le tapotais, je te parlais, je me suis même mise à pleurer mais toujours rien... Ton papa est arrivé et je lui ai fait part de mon angoisse. Là, nous nous sommes disputés... Il m'a reproché de ne pas avoir été à la Clinique dans l'après-midi si j'étais angoissée... Nous sommes donc partis pour un contrôle au bloc obstétrical... Dans la voiture je pleurais... J'avais juste pris mon dossier médical car j'étais sûre qu'ils allaient me rassurer et que nous allions passer une bonne soirée en sachant que tout allait bien... D'ailleurs, ton papa avait pris les tickets resto car nous nous étions dis que nous nous ferions un resto après qu'ils nous aient rassurés... Comme il était 20h, sur la route, j’ai appelé le bloc obstétrical pour savoir s’ils étaient ouverts ou s’il fallait que nous passions par les Urgences. J’ai eu une dame très gentille (la sage-femme) qui m’a dit que je pouvais venir sans problème mais qu’il fallait que je passe par les Urgences pour rentrer car, à cette heure-là, toutes les portes étaient déjà fermées. J’étais persuadée de venir "pour rien", juste pour me rassurer… D’ailleurs, j’étais presque "gênée" d’y aller à cette heure-là alors qu’il n’y avait sûrement rien. En même temps, dans la voiture, je continuais à pleurer car j’étais persuadée que le trajet allait te réveiller, toi qui réagissais toujours sur la route et là… Rien… Nous sommes arrivés à la Clinique et nous sommes allés directement aux Urgences. C’était très calme, il n’y avait personne à part nous. La secrétaire nous a dit de monter au bloc et qu’elle les prévenait de notre arrivée. En arrivant, nous n’avons pas attendu, la sage-femme est directement venue à notre rencontre et nous a installés dans une salle pour me faire un monitoring. Elle m’a demandé si j’en avais déjà fait et je lui ai répondu que non. Elle nous a donc expliqué le principe et je me suis installée sur la table d'examen... Là, elle a commencé à passer le capteur sur mon ventre en me demandant comment tu étais placée, si tu avais la tête en bas et là, je lui ai dit que oui. Au bout d’un certain temps, elle nous a dit que ça y est, elle captait quelque-chose mais que ce n’était pas franc donc qu’elle allait essayer de mieux capter ton petit coeur... Nous commencions donc à être rassurés mais, en même temps, elle continuait à passer le capteur et il ne se passait rien…De temps en temps, elle disait qu’elle avait des battements de cœur mais en prenant mon pouls, elle se rendait compte que c’était le mien et non le tien ma princesse... Elle a donc appelé sa collègue pour lui demander d’essayer à son tour et, pareil, sa collègue a dit qu’elle captait un cœur à 157 mais, finalement, il s’est avéré que c’était le mien. Là, nous nous regardions avec ton papa et nous étions tous blancs tellement nous étions inquiets… On avait envie de pleurer tous les 2 mais on se disait que ce n’était pas possible, qu’ils allaient finir par entendre ton petit coeur… A ce moment-là, la sage-femme nous a dit que si elle ne captait rien, c’était soit parce que tu étais de dos, ce qui pouvait expliquer qu’elle n’entende pas ton cœur, soit que c’était plus grave… Avec ton papa, nous étions anéantis et je commençais à pleurer… Nous étions vidés et livides car nous ne nous y attendions pas du tout… La sage-femme nous a dit qu’elle avait appelé le radiologue de garde pour faire un contrôle échographique mais qu’il allait mettre un certain temps pour arriver car il était chez lui et il fallait qu’il revienne... L’attente semblait interminable… Nous avions perdu la notion du temps… Nous pleurions, nous prions mais j’étais persuadée que ce n’était pas possible, que tu allais très bien, que le radiologue allait nous rassurer et que nous allions entendre ton petit cœur grâce à l’échographie… Nous avons attendu au moins ½ heure, le temps que le radiologue arrive, et cela nous a semblé une éternité… Nous sommes rentrés dans la salle d’échographie, je me suis déshabillée et allongée et je ne cessais de regarder son appareil échographique qui était long à charger pour se mettre en route... En plus, il m’a posé des questions : nom, date de début de grossesse (je lui ai donné la date de transfert), etc. et a pris le temps de rentrer toutes les données avant de commencer... Je n’en pouvais plus, j’avais envie que d’une chose c’est qu’il se dépêche à me faire entendre ton cœur… Enfin… Je ne pouvais plus attendre… Il fallait que je l’entende…Là, il a commencé l’échographie, il a zoomé sur ton cœur et rien… Il a affiché ton électrocardiogramme pour voir les battements et la ligne était toute droite… Ton petit cœur s’était arrêté… Le verdict est donc tombé de suite et le radiologue nous a simplement dit " Le cœur s’est arrêté, la grossesse est interrompue… ". Quand il a prononcé ces mots, j’ai fait une sorte de crise de nerfs et je me suis mise à crier et à pleurer. Ton papa m’a prise dans ses bras et nous avons pleuré tous les 2… Nous ne pouvions pas y croire… C’était un cauchemar, nous allions nous réveiller, ce n’était pas possible… Le radiologue nous a laissé dans la salle 5 minutes tous les 2 le temps que nous nous calmions et, quand il est revenu, ma première question a été de lui demander : "Pourquoi ? ". Il a essayé de regarder en quelques minutes mais il nous a simplement dit qu’il ne savait pas… Que tu avais des mesures d’un bébé quasiment à terme et qu’il n’avait pas d’explications… Il a rajouté que des analyses allaient être faites pour essayer de comprendre… Il était très froid et très distant… Il a même pris un appel sur son portable d’un de ses copains qui lui posait des questions sur leur barbecue du WE !!!! J’avais l’impression d’être dans la 4ème dimension… Ce fut d’ailleurs la seule personne "inhumaine" que nous avons rencontré pendant tout notre séjour à la Clinique… Tout le reste de l’équipe a été exceptionnel… Nous sommes donc retournés en pleurs auprès des sages-femmes au bloc obstétrical qui nous ont placé dans une chambre pour me faire plein de prises de sang (entre 5 et 10 tubes) afin de procéder à des analyses pour essayer de comprendre ce qui a bien pu arriver. Elles m’ont également demandé si j’avais eu de la fièvre ou quelque-chose d’anormal ces derniers jours et je leur ai répondu que non. Bien au contraire, je me sentais en pleine forme… Elles m’ont également fait un prélèvement vaginal et m’ont demandé de faire pipi dans un flacon afin de procéder aux 1ères analyses et tenter de trouver une explication.... Elles nous ont tout de suite dit que nous aurions certains résultats dans plusieurs semaines mais pour moi, ce n’était pas grave, je voulais simplement une réponse à mes questions et savoir pourquoi ton cœur s’était arrêté et ce qui avait bien pu arriver. Je ne pouvais m’empêcher de culpabiliser car tu étais morte en moi. Qu’est-ce que j’avais bien pu faire de mal ???… Les sages femmes nous ont ensuite transférés dans une chambre d’un service de proximité (service pédiatrie) afin de nous éviter de rester au service maternité… Elles nous ont donné ½ comprimé assez fort pour nous "calmer", ton papa et moi, et nous aider à dormir mais nous n’arrêtions pas de pleurer… Nous ne pouvions pas y croire… Dans notre nouvelle chambre, il y avait un lit d’appoint pour ton papa et la sage-femme nous a apporté des draps pour pouvoir le faire mais nous avons préféré dormir ensemble dans le lit d’une place pour ne pas se quitter et essayer de se réconforter mutuellement… Nous avons parlé, nous avons pleuré, nous ne comprenions pas… Pourquoi nous ? Pourquoi maintenant à 3 semaines du terme ? Je ne cessais de culpabiliser mais ton papa a été formidable et m’a dit que ce n’était pas de ma faute. En plus, il s’en est voulu de m’avoir disputée plus tôt dans la journée... Je lui ai dit que ce n’était pas grave, qu’il était inquiet et que c’était normal. Nous sommes restés scotchés l’un à l’autre et très unis malgré notre chagrin. Nous essayions de nous soutenir comme nous le pouvions… Nous nous sommes serrés très fort, nous nous sommes embrassés, nous nous aimons tellement fort… J’ai envoyé quelques SMS pour prévenir la famille et les amis proches et, sur celui de ta tata Anne, je lui ai demandé de passer le message au reste de la famille…. Je lui ai demandé de ne pas nous rappeler car nous ne voulions parler à personne, nous n’en avions pas la force, comment allions-nous pouvoir vivre sans toi ???... J’ai fait de même pour la famille de ton papa en envoyant un SMS à ta tata Sandrine et en lui demandant de prévenir tes grands-parents. Ton papa a juste fait un aller-retour à l’appart pour aller chercher quelques affaires. Il m’a ramené ma valise de maternité dans laquelle il a pris soin d’enlever tout ce qui te concernait, ma chérie et tout ce qui concernait l’allaitement... Oui… J’avais rêvé de ces moments intimes que nous aurions dû partager… Il a aussi pris des affaires pour lui… Ce fut très dur pour ton papa d’être confronté seul et si violemment à ta chambre, ma princesse… Ta chambre que nous avions préparée avec tant d’amour et dont tu ne pourras jamais profiter… Pendant ce temps, ta tata Anne m’envoyé 2 SMS pour que je la rappelle mais je n’ai pas voulu car je n’avais pas la force de lui parler… Je ne pouvais parler à personne sauf à ton papa…. J’ai juste répondu à ta tata que je ne voulais pas parler et que, pour l’instant, nous ne savions pas ce qui s’était passé... Nous avons également reçu quelques SMS de soutien mais pas d’appel donc les gens ont respecté notre volonté d’isolement. Ce soir là, nous n’avons pas posé trop de questions sur la procédure et le protocole qui allaient suivre car nous étions trop anéantis… De toute façon, la sage-femme nous a dit que le lendemain matin, l’obstétricien de garde devait passer nous voir et nous expliquer comment tout allait se passer. Nous avons beaucoup parlé avec ton papa, nous étions dans l’incompréhension et nous le sommes toujours d’ailleurs… Nous voulions des réponses que nous n’avons toujours pas… Avec le ½ comprimé censé nous "calmer", nous avons réussi à dormir environ 2h… Aujourd’hui, ma puce, j’ai pleuré toute la journée… Déjà, avec le recul, je me dis que, la veille, tu avais énormément bougé… A ce moment-là, nous étions super contents avec ton papa… Nous nous disions que c’était bon signe… En fait, aujourd’hui, je me demande si tu n’étais pas en "souffrance fœtale" et cette idée m’insupporte… Je ne peux pas accepter le fait que tu aies pu souffrir… Je t’aime trop pour cela… Après, je me dis que si c’est vraiment une cholestase gravidique, comme le pense ma gynéco, nous aurions pu te "sauver"… Je n’arrête pas d’y penser, me dire que tu pourrais être dans nos bras en ce moment même… C’est trop dur de vivre sans toi ma princesse… Ce soir, avant que ton papa arrive, Fleur est venue me voir et je me suis écroulée dans ses bras… J’en avais besoin… Nous n’avons parlé que de toi, j’ai pleuré pendant toute notre conversation mais il fallait que cela sorte… Cette souffrance, ce vide que tu as laissé dans nos vies et que personne ne pourra jamais combler… Comment allons-nous réussir à vivre sans toi… Ton papa est arrivé au moment où Fleur est partie et, quand il m’a vu dans "cet état", il m’a prise dans ses bras et a pleuré avec moi… Nous avons pleuré toute la soirée… Nous n’avons même pas mangé, nous n’avons pas faim… Tu nous manques trop… Le 3 août dernier, ton petit cœur s’est arrêté et une partie du nôtre est blessé à jamais… Nous t’aimons plus que tout… Ton papa et ta maman pour l’éternité[/color:5b23871bab]
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 03-10-2007 à 22:12
[quote:376f8bc924="legcat"]J'ai tant pleuré en lisant ce qui tu as eu le courage d'écrire. Je pense fort à toi.[/quote:376f8bc924] Merci beaucoup à toi.
loulou50 6 messages
loulou50
Mamanaute
Débutante
Posté le : 04-10-2007 à 08:50
Petite Charlotte , je discute avec ta maman depuis quelques jours , elle m'a raconté votre histoire...hier ça faisait 2 mois que malheureusement tu es partie rejoindre les petits anges.. ta maman et ton papa sont donc tres malheureux de t'avoir perdue si vite et si brutalement ... je sais que de ton petit nuage là haut tu veilles sur eux ... continues de le faire comme tu le fais si bien et donne leur la force et le courage dont ils ont besoin , tu es une magnifique petite fille ... j'ai moi aussi un petit ange là haut...peut etre l'as tu déjà rencontré ! pleins de gros bisous à toi Petite Princesse et à mon ange.... [quote:52615dbc4a="Faustinrose"][color=darkblue:52615dbc4a][b:52615dbc4a]Mon ange,[/b:52615dbc4a] Cela fait 2 mois aujourd'hui que nous avons appris que ton petit coeur s'était arrêté... Je m'en souviens comme si c'était hier, cette journée d'angoisse, la pire journée de notre vie... Dès le matin, au réveil, je me suis mise sur le dos, les mains sur le ventre pour attendre ton petit bonjour du matin qui n'est jamais venu... J’étais étonnée car tu bougeais toujours beaucoup le matin, cette position te faisait toujours réagir et là, rien... Ton papa t'a d'ailleurs fait ses fameux "bisous qui claquent" et qui te faisaient toujours "sursauter"... D’habitude, tu lui donnais des petits coups pour lui montrer que tu étais là, ma princesse, que tu reconnaissais ton "papounet"... Il m'a aussi tapoté le ventre, tout en douceur, chose que tu adorais aussi et là, toujours rien, pas de réaction... Nous étions déjà inquiets car nous étions très à l'écoute de tout ce que tu faisais et nous étions étonnés de ton "silence"... Comme tu avais beaucoup bougé la veille, nous nous disions que tu devais avoir envie de te "reposer"... En partant travailler, vers 7h30, ton papa m’a à nouveau embrassé le ventre, comme tous les jours, pour te dire au revoir et il nous a semblé qu’il y avait eu une petite réaction de ta part mais nous en n’étions pas sûrs… Il nous a semblé que tu nous avais fait un petit signe en me donnant un coup ce qui commençait à nous rassurer un peu même si ce n’était pas franchement virulent… Après coup, avec le recul, je pense que tu étais déjà décédée à ce moment-là… En partant, ton papa m’a surtout demandé de surveiller que tu bougeais bien… Ma gynéco nous avait effectivement dit que si je ne te sentais pas bouger ½ journée, il fallait que j’aille faire un contrôle au bloc obstétrical. Elle avait même rajouté qu’il valait mieux un contrôle pour rien que de prendre des risques… J’ai pris mon petit-déjeuner comme tous les matins et tu n’as pas réagi alors que d’habitude, tu bougeais toujours quand je mangeais ! Ensuite, je suis allée sur l’ordinateur mettre un mot aux "pipelettes", les filles du forum avec qui j’ai partagé toute ma grossesse et j’ai fait un "skype" avec ta tata Anne pour tester la Webcam que je venais de brancher afin de pouvoir te montrer à tout le monde une fois que tu serais née... D’ailleurs, nous avons fait des essais avec Anne et elle m’a demandé de lui montrer mon "gros bidon" que je lui ai montré avec fierté puisqu’il y avait mon plus grand trésor à l’intérieur, à savoir toi, ma princesse… Ensuite, je suis partie en ville à pied car il faisait super beau et super chaud... Je me sentais en pleine forme, j'étais heureuse et épanouie ! J'avais le plus beau des trésors dans mon ventre et j'en étais très fière... J'arborais fièrement mon ventre tout rond... En plus, je me disais que tu pouvais sortir quand tu voulais car il n'y avait plus de risque, tu étais largement viable... D'ailleurs, j'espérais que tu arrives avant terme pour enfin te rencontrer et t'embrasser... J'étais super impatiente ! J'ai marché pendant plus de 2 heures et je suis allée acheter plein de petites choses pour préparer ton arrivée... Sur le chemin, j'ai appelé ton papa qui m'a demandé si tu bougeais et je lui ai dit que je ne savais pas trop... En marchant, j'avais du mal à me rendre compte si c'était toi qui bougeait ou si je me l'imaginais... Et maintenant, je sais que je me l’imaginais… Le midi, ton papa est rentré, et je me suis mise sur le canapé pour que tu sois plus au calme et que tu me fasses enfin ce petit signe que j'attendais depuis le réveil... Là encore, rien... Je commençais sérieusement à m'inquiéter et ton papa m'a dit d'aller à la Clinique pour qu'ils nous rassurent... Mais je crois que, dans ma tête, je refusais d'y aller car j'étais sûre que tu allais bouger... Je refusais la réalité... Le midi, ton papa est rentré et nous avons mangé dehors, sur la terrasse. J’ai bu pas mal d’eau en espérant te faire réagir et toujours rien… Je me suis ensuite posée sur le canapé pour essayer de te sentir bouger car, souvent, quand j’étais au repos, tu te mettais à bouger. J’ai mis ma main sur mon ventre, je l’ai secoué de façon assez virulente et toujours pas de réaction, tu ne bougeais toujours pas… Je me suis donc allongée sur le dos dans le canapé pour essayer de te faire réagir car, en général, cette position te fait toujours bouger et là… Rien… J’ai à nouveau secoué mon ventre et toujours rien… J’ai commencé à sérieusement m’inquiéter et là, ton papa m’a dit d’aller à la Clinique, l’après-midi, pour faire un contrôle. En même temps, je me suis dit que tu allais bien finir par rebouger... Nous nous sommes d’ailleurs un peu disputés à ce sujet avec ton papa (ce qu’il a regretté par la suite…) car je pense que nous devions tous les 2 être stressés et inquiets sans se l’avouer vraiment. Ton papa est donc reparti au travail vers 13h45. En début d'après-midi, Gaëlle est arrivée pour que nous allions à la piscine de la résidence ensemble. Avant de descendre, je lui ai montré ta chambre... Tout était prêt, il ne manquait plus que toi... Elle l'a trouvée magnifique... Je lui ai même montré tous tes petits habits pendus sur les cintres dans l'armoire et que j'avais lavés et repassés quelques jours avant... Elle m'a dit : "on dirait une "chambre témoin" tellement il y a de choses ! "… C’est vrai mais nous t'avons tellement attendu, ma puce, que nous avons fait des folies dans les achats pour que tu aies tout ce qu'il y avait de mieux... Nous sommes descendus à la piscine et je me suis dit que l'eau allait te faire réagir... Mais toujours rien... J'ai discuté avec Gaëlle et l'après-midi est passé. Malgré tout, j'étais stressée au fond de moi... J'essayais de me rassurer mais je n'y arrivais plus vraiment... A certains moments, dans l'eau, j'avais l'impression de te sentir bouger mais je réaliserai plus tard que ce n'était pas toi qui bougeait mais la masse de ton corps qui devait remonter avec l'eau... Ton papa m'a d'ailleurs appelée pour savoir si tu bougeais et, là encore, je lui ai répondu que je n'en étais pas sûre mais que je pensais que oui... Gaëlle est repartie en fin d'après-midi, je me suis douchée et je me suis assise sur le canapé en attendant le retour de ton papa. J'ai désespéramment attendu un signe de ta part mais il n'est jamais venu... Je faisais bouger mon ventre, je le tapotais, je te parlais, je me suis même mise à pleurer mais toujours rien... Ton papa est arrivé et je lui ai fait part de mon angoisse. Là, nous nous sommes disputés... Il m'a reproché de ne pas avoir été à la Clinique dans l'après-midi si j'étais angoissée... Nous sommes donc partis pour un contrôle au bloc obstétrical... Dans la voiture je pleurais... J'avais juste pris mon dossier médical car j'étais sûre qu'ils allaient me rassurer et que nous allions passer une bonne soirée en sachant que tout allait bien... D'ailleurs, ton papa avait pris les tickets resto car nous nous étions dis que nous nous ferions un resto après qu'ils nous aient rassurés... Comme il était 20h, sur la route, j’ai appelé le bloc obstétrical pour savoir s’ils étaient ouverts ou s’il fallait que nous passions par les Urgences. J’ai eu une dame très gentille (la sage-femme) qui m’a dit que je pouvais venir sans problème mais qu’il fallait que je passe par les Urgences pour rentrer car, à cette heure-là, toutes les portes étaient déjà fermées. J’étais persuadée de venir "pour rien", juste pour me rassurer… D’ailleurs, j’étais presque "gênée" d’y aller à cette heure-là alors qu’il n’y avait sûrement rien. En même temps, dans la voiture, je continuais à pleurer car j’étais persuadée que le trajet allait te réveiller, toi qui réagissais toujours sur la route et là… Rien… Nous sommes arrivés à la Clinique et nous sommes allés directement aux Urgences. C’était très calme, il n’y avait personne à part nous. La secrétaire nous a dit de monter au bloc et qu’elle les prévenait de notre arrivée. En arrivant, nous n’avons pas attendu, la sage-femme est directement venue à notre rencontre et nous a installés dans une salle pour me faire un monitoring. Elle m’a demandé si j’en avais déjà fait et je lui ai répondu que non. Elle nous a donc expliqué le principe et je me suis installée sur la table d'examen... Là, elle a commencé à passer le capteur sur mon ventre en me demandant comment tu étais placée, si tu avais la tête en bas et là, je lui ai dit que oui. Au bout d’un certain temps, elle nous a dit que ça y est, elle captait quelque-chose mais que ce n’était pas franc donc qu’elle allait essayer de mieux capter ton petit coeur... Nous commencions donc à être rassurés mais, en même temps, elle continuait à passer le capteur et il ne se passait rien…De temps en temps, elle disait qu’elle avait des battements de cœur mais en prenant mon pouls, elle se rendait compte que c’était le mien et non le tien ma princesse... Elle a donc appelé sa collègue pour lui demander d’essayer à son tour et, pareil, sa collègue a dit qu’elle captait un cœur à 157 mais, finalement, il s’est avéré que c’était le mien. Là, nous nous regardions avec ton papa et nous étions tous blancs tellement nous étions inquiets… On avait envie de pleurer tous les 2 mais on se disait que ce n’était pas possible, qu’ils allaient finir par entendre ton petit coeur… A ce moment-là, la sage-femme nous a dit que si elle ne captait rien, c’était soit parce que tu étais de dos, ce qui pouvait expliquer qu’elle n’entende pas ton cœur, soit que c’était plus grave… Avec ton papa, nous étions anéantis et je commençais à pleurer… Nous étions vidés et livides car nous ne nous y attendions pas du tout… La sage-femme nous a dit qu’elle avait appelé le radiologue de garde pour faire un contrôle échographique mais qu’il allait mettre un certain temps pour arriver car il était chez lui et il fallait qu’il revienne... L’attente semblait interminable… Nous avions perdu la notion du temps… Nous pleurions, nous prions mais j’étais persuadée que ce n’était pas possible, que tu allais très bien, que le radiologue allait nous rassurer et que nous allions entendre ton petit cœur grâce à l’échographie… Nous avons attendu au moins ½ heure, le temps que le radiologue arrive, et cela nous a semblé une éternité… Nous sommes rentrés dans la salle d’échographie, je me suis déshabillée et allongée et je ne cessais de regarder son appareil échographique qui était long à charger pour se mettre en route... En plus, il m’a posé des questions : nom, date de début de grossesse (je lui ai donné la date de transfert), etc. et a pris le temps de rentrer toutes les données avant de commencer... Je n’en pouvais plus, j’avais envie que d’une chose c’est qu’il se dépêche à me faire entendre ton cœur… Enfin… Je ne pouvais plus attendre… Il fallait que je l’entende…Là, il a commencé l’échographie, il a zoomé sur ton cœur et rien… Il a affiché ton électrocardiogramme pour voir les battements et la ligne était toute droite… Ton petit cœur s’était arrêté… Le verdict est donc tombé de suite et le radiologue nous a simplement dit " Le cœur s’est arrêté, la grossesse est interrompue… ". Quand il a prononcé ces mots, j’ai fait une sorte de crise de nerfs et je me suis mise à crier et à pleurer. Ton papa m’a prise dans ses bras et nous avons pleuré tous les 2… Nous ne pouvions pas y croire… C’était un cauchemar, nous allions nous réveiller, ce n’était pas possible… Le radiologue nous a laissé dans la salle 5 minutes tous les 2 le temps que nous nous calmions et, quand il est revenu, ma première question a été de lui demander : "Pourquoi ? ". Il a essayé de regarder en quelques minutes mais il nous a simplement dit qu’il ne savait pas… Que tu avais des mesures d’un bébé quasiment à terme et qu’il n’avait pas d’explications… Il a rajouté que des analyses allaient être faites pour essayer de comprendre… Il était très froid et très distant… Il a même pris un appel sur son portable d’un de ses copains qui lui posait des questions sur leur barbecue du WE !!!! J’avais l’impression d’être dans la 4ème dimension… Ce fut d’ailleurs la seule personne "inhumaine" que nous avons rencontré pendant tout notre séjour à la Clinique… Tout le reste de l’équipe a été exceptionnel… Nous sommes donc retournés en pleurs auprès des sages-femmes au bloc obstétrical qui nous ont placé dans une chambre pour me faire plein de prises de sang (entre 5 et 10 tubes) afin de procéder à des analyses pour essayer de comprendre ce qui a bien pu arriver. Elles m’ont également demandé si j’avais eu de la fièvre ou quelque-chose d’anormal ces derniers jours et je leur ai répondu que non. Bien au contraire, je me sentais en pleine forme… Elles m’ont également fait un prélèvement vaginal et m’ont demandé de faire pipi dans un flacon afin de procéder aux 1ères analyses et tenter de trouver une explication.... Elles nous ont tout de suite dit que nous aurions certains résultats dans plusieurs semaines mais pour moi, ce n’était pas grave, je voulais simplement une réponse à mes questions et savoir pourquoi ton cœur s’était arrêté et ce qui avait bien pu arriver. Je ne pouvais m’empêcher de culpabiliser car tu étais morte en moi. Qu’est-ce que j’avais bien pu faire de mal ???… Les sages femmes nous ont ensuite transférés dans une chambre d’un service de proximité (service pédiatrie) afin de nous éviter de rester au service maternité… Elles nous ont donné ½ lexomil chacun afin de nous "calmer" et de nous aider à dormir mais nous n’arrêtions pas de pleurer… Nous ne pouvions pas y croire… Dans notre nouvelle chambre, il y avait un lit d’appoint pour ton papa et la sage-femme nous a apporté des draps pour pouvoir le faire mais nous avons préféré dormir ensemble dans le lit d’une place pour ne pas se quitter et essayer de se réconforter mutuellement… Nous avons parlé, nous avons pleuré, nous ne comprenions pas… Pourquoi nous ? Pourquoi maintenant à 3 semaines du terme ? Je ne cessais de culpabiliser mais ton papa a été formidable et m’a dit que ce n’était pas de ma faute. En plus, il s’en est voulu de m’avoir disputée plus tôt dans la journée... Je lui ai dit que ce n’était pas grave, qu’il était inquiet et que c’était normal. Nous sommes restés scotchés l’un à l’autre et très unis malgré notre chagrin. Nous essayions de nous soutenir comme nous le pouvions… Nous nous sommes serrés très fort, nous nous sommes embrassés, nous nous aimons tellement fort… J’ai envoyé quelques SMS pour prévenir la famille et les amis proches et, sur celui de ta tata Anne, je lui ai demandé de passer le message au reste de la famille…. Je lui ai demandé de ne pas nous rappeler car nous ne voulions parler à personne, nous n’en avions pas la force, comment allions-nous pouvoir vivre sans toi ???... J’ai fait de même pour la famille de ton papa en envoyant un SMS à ta tata Sandrine et en lui demandant de prévenir tes grands-parents. Ton papa a juste fait un aller-retour à l’appart pour aller chercher quelques affaires. Il m’a ramené ma valise de maternité dans laquelle il a pris soin d’enlever tout ce qui te concerne, ma chérie et tout ce qui concerne l’allaitement... Oui… J’avais rêvé de ces moments intimes que nous aurions dû partager… Il a aussi pris des affaires pour lui… Ce fut très dur pour ton papa d’être confronté seul et si violemment à ta chambre, ma princesse… Ta chambre que nous avions préparée avec tant d’amour et dont tu ne pourras jamais profiter… Pendant ce temps, ta tata Anne m’envoyé 2 SMS pour que je la rappelle mais je n’ai pas voulu car je n’avais pas la force de lui parler… Je ne pouvais parler à personne sauf à ton papa…. J’ai juste répondu à ta tata que je ne voulais pas parler et que, pour l’instant, nous ne savions pas ce qui s’était passé... Nous avons également reçu quelques SMS de soutien mais pas d’appel donc les gens ont respecté notre volonté d’isolement. Ce soir là, nous n’avons pas posé trop de questions sur la procédure et le protocole qui allaient suivre car nous étions trop anéantis… De toute façon, la sage-femme nous a dit que le lendemain matin, l’obstétricien de garde devait passer nous voir et nous expliquer comment tout allait se passer. Nous avons beaucoup parlé avec ton papa, nous étions dans l’incompréhension et nous le sommes toujours d’ailleurs… Nous voulions des réponses que nous n’avons toujours pas… Avec le ½ lexomil, nous avons réussi à dormir environ 2h… Aujourd’hui, ma puce, j’ai pleuré toute la journée… Déjà, avec le recul, je me dis que, la veille, tu avais énormément bougé… A ce moment-là, nous étions super contents avec ton papa… Nous nous disions que c’était bon signe… En fait, aujourd’hui, je me demande si tu n’étais pas en "souffrance fœtale" et cette idée m’insupporte… Je ne peux pas accepter le fait que tu aies pu souffrir… Je t’aime trop pour cela… Après, je me dis que si c’est vraiment une cholestase gravidique, comme le pense ma gynéco, nous aurions pu te "sauver"… Je n’arrête pas d’y penser, me dire que tu pourrais être dans nos bras en ce moment même… C’est trop dur de vivre sans toi ma princesse… Ce soir, avant que ton papa arrive, Fleur est venue me voir et je me suis écroulée dans ses bras… J’en avais besoin… Nous n’avons parlé que de toi, j’ai pleuré pendant toute notre conversation mais il fallait que cela sorte… Cette souffrance, ce vide que tu as laissé dans nos vies et que personne ne pourra jamais combler… Comment allons-nous réussir à vivre sans toi… Ton papa est arrivé au moment où Fleur est partie et, quand il m’a vu dans "cet état", il m’a prise dans ses bras et a pleuré avec moi… Nous avons pleuré toute la soirée… Nous n’avons même pas mangé, nous n’avons pas faim… Tu nous manques trop… Le 3 août dernier, ton petit cœur s’est arrêté et une partie du nôtre est blessé à jamais… Nous t’aimons plus que tout… Ton papa et ta maman pour l’éternité[/color:52615dbc4a][/quote:52615dbc4a]
jessica12 378 messages
jessica12
Mamanaute
Avancée
Posté le : 04-10-2007 à 10:14
Bonjour ! On ne se connait pas mais je suis ton post quasiment tous les jours pour voir comment tu vas. Je pleure à chaque fois que je lis tes nouveaux messages pour ta petite Princesse. C'est tellement injuste ... Je ne sais pas trop quoi te dire et de toute façon ça n'apaisera pas forcément ton chagrin. Je voulais juste te dire que je pense très fort à vous 3. Tenez bon tous les 2, vous avez l'air de vous aimez tellement fort. Je suis sûre que votre petite Charlotte veille sur vous. Courage Biz
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 04-10-2007 à 11:04
[color=indigo:31a72e52b4][b:31a72e52b4]Ma Charlotte [/b:31a72e52b4] Il y a tout juste 2 mois, nous avons eu un réveil violent… Nous nous sommes repris la réalité en pleine figure… En plus, il ne faisait pas beau et le temps allait bien avec notre moral… J’avais l’impression que c’était juste un mauvais cauchemar, que tout cela n’était pas arrivé, que tu allais bouger pour les faire mentir… Je me souviens que j’avais toujours les mains sur mon ventre et que je le caressais pour te "protéger"… J’espérais encore te sentir me faire un petit signe… Quand j’avais des moments de "lucidité", je n’étais obsédée que par une seule chose, savoir pourquoi, qu’est-ce que je t’avais fait ? Qu’est-ce qu’il avait bien pu se passer ? Toi qui bougeais tant la veille… J’étais obsédée par l’idée de savoir, d’avoir des réponses… Nous avons attendu la visite de l’obstétricien de garde, pour savoir comment les choses allaient se dérouler. Il nous a expliqué qu’ils allaient essayer de provoquer l’accouchement le plus naturellement possible, c’est-à-dire par voies basses, pour éviter les séquelles pour une éventuelle nouvelle grossesse plus tard. Il ne faisait que répéter les termes de "bébé mort" pour être sûr que nous réalisions que ton petit cœur ne battait plus… Il a examiné mon col qui n’était pas du tout prêt… Il était encore très tonique et bien fermé. Il nous a donc dit donc qu’il faudrait attendre et qu’il réalisait à quel point c’était difficile. Il comprenait que nous nous sentions abandonnés dans notre malheur, surtout que le corps médical ne pouvait rien faire à ce moment-là. Il fallait laisser "mûrir le col"… Contrairement à ce qu’il pensait, c’était dur par rapport au fait que tu étais décédée et que je n’acceptais pas cette réalité mais ce n’était pas dur de t’avoir encore "morte" dans mon ventre… Jamais je n’ai été "dégoûtée" par cette idée... Tu étais mon trésor et c’était mon devoir de te protéger… Au contraire, tout se bousculait dans ma tête… Dans un sens, j’avais envie que tu sortes pour enfin te voir, faire ta connaissance "de visu", te prendre dans mes bras, t’embrasser, te câliner, j’en rêvais depuis tellement longtemps… En même temps, je me disais que, tant que tu étais dans mon ventre, je pouvais te "protéger"… Te faire sortir, c’était accepter la réalité et j’en étais incapable… Nous avons ensuite été transférés dans une autre chambre car le service pédiatrique dans lequel nous étions a fermé pour le WE. Nous étions désormais dans une chambre à 2 lits au service orthopédie. Nous avons pris des médicaments, censés nous calmer, pour essayer de tenir le coup… La journée fut horrible car nous ne pouvions pas sortir et nous n’avions rien à faire à part attendre... Ton papa a refait un aller-retour à l’appart pour reprendre quelques affaires et nourrir Othella. Pendant ce temps, je n’arrêtais pas de pleurer… Ton papa voulait rentrer le plus vite possible pour ne pas me laisser seule et ne pas être confronté à tout ce que nous avions préparé pendant des mois pour t’accueillir au mieux mon bébé… Quand ton papa est revenu, nous sommes restés serrés dans le même lit à pleurer... Nous n’avons d’ailleurs jamais utilisé le 2ème lit, nous avions besoin d’être tout le temps ensemble, collés l’un à l’autre… Nous nous partagions les plateaux repas mais nous ne mangions quasiment rien car nous n’avions plus goût à rien, nous étions les plus malheureux du monde, il ne pouvait rien nous arriver de pire… La journée est passée comme cela… Nous avions perdu la notion du temps… Cela fait déjà 2 mois et j’ai l’impression que c’était hier… Tu as laissé un tel vide dans nos vies ma chérie… Tu nous manques tellement et nous t’aimons tellement fort… Nous te faisons plein de tendres baisers ma puce et sache que tu auras toujours la meilleure place dans nos cœurs… Ton papa et ta maman qui t’aiment plus que tout [/color:31a72e52b4]
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 04-10-2007 à 11:16
[b:0322f89873]Elodie[/b:0322f89873] :arrow: Merci à toi et profite-bien de ton petit Kim ! Plein de bisous à toi. [b:0322f89873]Loulou[/b:0322f89873] :arrow: Merci aussi à toi... Tu sais, des personnes comme toi ou comme les autres mamanges qui ont eu des "bébés espoir" me redonnent l'espoir justement... L'espoir d'un sourire, d'un avenir... Aujourd'hui, j'ai du mal à réaliser que cela va être possible mais je veux y croire, c'est ce qui me fait avancer un peu plus tous les jours... Je sais que je n'oublierai jamais Charlotte comme toi tu n'oublieras jamais Enzo mais j'espère, un jour, pouvoir ouvrir mon coeur à nouveau à un enfant, comme j'ai pu le faire avec Charlotte même si je ne suis pas encore prête... Je t'embrasse très fort ma belle ainsi que tes enfants et ton petit ange Enzo qui est avec ma Charlotte, j'en suis sûre... [b:0322f89873]Jessica [/b:0322f89873]:arrow: Merci pour ton soutien... Il n'y effectivement pas grand-chose à dire mais venir mettre un petit message ici est déjà beaucoup et je t'en remercie... Je te fais plein de gros bisous. Adeline
ChrystelG0 32 messages
ChrystelG0
Mamanaute
Débutante
Posté le : 04-10-2007 à 13:20
[b:b4034c7077]Un petit coucou. Pensée à votre petite Charlotte. Gros bisous et je vous souhaite beaucoup de courage.[/b:b4034c7077]
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 04-10-2007 à 13:49
[b:f4b266635b]Ma puce [/b:f4b266635b] Je voulais juste te faire un copier / coller du mail que j'ai reçu aujourd'hui de Lysou... Cela me fait tellement plaisir qu'elle ait pensé à toi et à nous... [color=indigo:f4b266635b]Coucou ma belle, Je n'oublie pas le calendrier et je pense très fort à vous. Comme tu communiques avec ta princesse, je me permets de t'adresser ces quelques mots pour elle... Je vous embrasse, Petite princesse Charlotte, Déjà 2 mois que tu es allée rejoindre le paradis des bébés… j'espère que les choses sont douces pour toi là haut. Ton papa et ta maman sont formidables : ils s'aiment très fort et sont très courageux… Envoie leur un peu de ta douceur, de ta sérénité... un petit signe de toi qui les fasse sourire et retrouver peu à peu le chemin du bonheur. Prends soin d'eux ! Tendres baisers, Lysou[/color:f4b266635b] Tu vois, un petit message t'était adressé ma princesse... Tu me manques tellement... Je t'aime Ta maman
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 04-10-2007 à 21:59
[quote:da641b8e77="kikichrys"][b:da641b8e77]Un petit coucou. Pensée à votre petite Charlotte. Gros bisous et je vous souhaite beaucoup de courage.[/b:da641b8e77][/quote:da641b8e77] Merci à toi Chrystel... Plein de gros bisous à toi, à nos anges Anthony et Charlotte et à Aurélien à travers ton bidon !
pati67 198 messages
pati67
Mamanaute
Avancée
Posté le : 05-10-2007 à 09:19
Bonjour Adeline, je suis désolée pour le travail, le fait de reprendre le boulot t'aurais un peu aidée mais ils ne le comprennent pas , je le sais. Quand je parle de demander un certificat de reprise, on me dit que je reste bien tranquillement chez moi mais c'est trop dure, je tourne en rond toute la journée. en même temps mon contrat de remplacement est assuré par une jeune collègue que j'apprécie énomément et qui attend un bébé pour décembre, elle a besoin de ce contrat pour pouvoir toucher des indemnités décentes lors de son repos d'accouchement ( en Belgique on a droit à 6 semaines avant et 9 après ou tout prendre après l'accouchement, je ne sais pas pour vous en France)alors je prends mon mal en patience. Pour le dossier d'adoption: courage! C'est tout ce que je peux te dire. je pense qu'il faut leur dire que vous êtes prêt à donner beaucoup d'amour à cet enfant mais qu'il ne vient en aucun cas remplacer votre Charlotte mais ceci dit je ne suis pas psy et je n'ai aucune idée de ce qu'ils vous veulent exactement. je trouve cela honteux, on laisse des femmes avoir des enfants comme des lapins, sans se préoccuper du bien être de ces petits bouts, et des gens hyper motivés pour donner du bonheur à un enfant, on leur fait subir une telle batterie de tests psychologiques, plus regarder aux revenus et la maison dans laquelle l'enfant sera accueilli!! comme si le fait de gagner beaucoup d'argent ou d'avoir une maison avec piscine rendrait l'enfant plus heureux. Ca me dépasse!!! Courage ma belle, le soleil brillera à nouveau pour vous j'en suis persuadée. je vous embrasse bien fort tout les deux et j'envoie de tendres pensées à Charlotte Pati
Faustinrose 2092 messages
Faustinrose
Mamanaute
Experte
Posté le : 05-10-2007 à 15:12
[color=darkblue:8c2c71f294][b:8c2c71f294]Coucou ma puce [/b:8c2c71f294] Je me remémore encore le 5 août dernier, il y a tout juste 2 mois, la veille de mon accouchement… Cette journée me parait tellement proche et tellement loin en même temps… Le 5 août, il y a tout juste 2 mois… Comme mon col ne s’est toujours pas modifié, le gynécologue nous donne une "autorisation de sortie"… Il fait très beau et très chaud donc il nous dit qu’il nous laisse "profiter du beau temps" au lieu de rester enfermés dans la clinique… La seule consigne qu’il nous donne est de ne pas trop faire de route. Nous nous sentons perdus… Qu’allons-nous faire ? Un dimanche ? Nous n’étions pas préparés à "sortir"… Nous n’aimons pas être à la clinique dans de telles circonstances mais, malgré tout, nous nous y sentons protégés et chouchoutés… Dehors, c’est affronter les autres et cela nous terrifie… En plus, nous ne savons pas quoi faire, nous n’avons envie de rien… Nous commençons par rentrer à l’appart… C’est la première fois pour moi que je suis confrontée à ta chambre et à toutes tes petites affaires depuis l’annonce de l’arrêt de ton petit coeur… Je pleure, je n’arrive pas à m’arrêter… Ton papa essaie de me réconforter mais c’est très dur pour lui aussi… Nous remettons toutes tes affaires dans ta chambre : ta poussette, qui t’attendait dans le salon, mais aussi toutes les affaires que j’avais installées dans la cuisine et dans la salle de bain… Nous fermons ensuite ta chambre à clés mais j’ai besoin d’y aller, je n’arrive pas à la laisser fermée… Ton papa veut que nous sortions, il ne veut pas me voir pleurer dans ta chambre… Le problème est que, quoique nous fassions un dimanche, nous croiserons toujours des parents heureux avec leurs enfants… Comment allons-nous le supporter ??? Nous décidons quand même d’aller dans un parc animalier que nous ne connaissons pas et qui ne se trouve pas loin. Comme nous le craignions, il y a plein d’enfants, de poussettes, de parents heureux… Je ne me souviens même plus vraiment de ce que nous avons vu, nous n’avons pas le cœur à "profiter" du spectacle… En plus, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous dire que c’est le genre d’endroit que nous aurions adoré visiter avec toi ma princesse… A un moment, nous regardons un spectacle d’otaries où tous les enfants rigolent… C’était à la fois beau et dur pour nous… Devant nous, une petite fille porte un chapeau "Charlotte aux Fraises" et là, on s’écroule et on pleure… Comme tu es encore dans mon ventre, pour les gens, je suis enceinte et heureuse… Et quand j’entends une maman dire à son fils "t’as vu, la dame elle a un bébé dans son ventre…" C’est vraiment trop dur… Nous partons donc marcher en forêt mais je commence à avoir des contractions… Nous repassons à l’appart avant de retourner à la clinique et j’envoie un mail à notre famille et à nos amis pour donner des nouvelles… Comme nous ne répondons pas au téléphone et que nous ne donnons aucune nouvelle, je me décide quand même à écrire un mail… En début de soirée, nous arrivons à la clinique où une sage-femme vient nous expliquer comment va se dérouler le déclenchement de mon accouchement le lendemain… Demain, tu devrais déjà avoir 2 mois… Je t’aime ma Charlotte et tu me manques trop… Ta maman [/color:8c2c71f294]
Connectez-vous ou Choissisez votre pseudo pour participer à la discussion

En lire plus

Conditions générales d'utilisation

Conformément aux conditions générales d'utilisation, l'éditeur du site etreenceinte.com se réserve le droit de contrôler à posteriori le contenu des contributions (textes, logiciels, musiques, sons, photographies, images, vidéos,...) publiées sur le forum. Ces contributions peuvent faire l'objet d'une "modération" visant à modifier, supprimer ou interrompre la mise en ligne de contenus manifestement illicites ou contraires à la destination du site etreenceinte.com et/ou de contenus susceptibles d'être considérés comme contrevenant aux droits de tiers ou à des réglementations en vigueur. Nonobstant ce contrôle, chaque utilisateur du site assume l'entière responsabilité des contenus qu'il publie. Pour plus d'informations, consulter la charte du forum.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus