Vomissements de grossesse : un signe de complications ?

Les vomissements se prolongeant au-delà du premier trimestre de la grossesse pourraient annoncer la survenue de complications, selon une étude suédoise.
Image d'illustration



Des vomissements incessants, qui épuisent l’organisme et menacent la santé de la maman et du bébé : certaines femmes enceintes n’ont pas la chance de voir leurs nausées s’estomper à la fin du 1er trimestre et doivent continuer d’attendre bébé en subissant ce désagrément…

Le fait est connu et il n’existe pas aujourd’hui de moyen de le prévenir. Mais une équipe de chercheurs suédois vient de publier les résultats d’une étude de grande ampleur dans la revue An International Journal of Obstetrics and Gynæcology. Il apparaît que les vomissements anormaux au second trimestre sont souvent associés à des complications de la grossesse : 1,4% de risques de prééclampsie contre 0,6% dans le cadre d’une grossesse normale, 39% de risques supplémentaire d’hypotrophie fœtale (bébé trop petit pour son terme), …

Le lien de cause à effet n’a pas été établi précisément par les scientifiques, mais ils recommandent néanmoins de rester très vigilants si les vomissements se poursuivent au-delà de la 22e semaine de grossesse : contrôles de la tension artérielle et de la croissance du fœtus obligatoire !

Publié le 04-02-2013 à 12:08 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Tabac : moins d’asthme et de prématurés

Les lois anti-tabac et l’incitation permanente à arrêter de fumer, que l’on soit enceinte ou non, ont des...
Lire la suite

Vaccin contre la rougeole : le plus tôt est le mieux !

Faire vacciner son bébé contre la rougeole à 1 an permettrait de réduire certains effets secondaires de...
Lire la suite

Charleroi: la vidéo d'un bébé prématuré sur le point de mourir fait le buzz

Persuadés que les infirmières ont laissé mourir leur enfant, les parents d'un prématuré né à l'hôpital de...
Lire la suite