Une plainte pour un bébé qui n'a pas la « bonne » couleur de peau

Suite à une fécondation, une Américaine porte plainte après avoir accouché d'un enfant métis. Elle avait fait appel à une banque de sperme et souhaitait un bébé blanc aux yeux bleus.
Image d'illustration

L'affaire secoue l’Amérique et pose des questions essentielles comme celles du racisme ou de l'eugénisme. En effet, Jennifer Cramblett, âgée de 37 ans a décidé de porter plainte contre la banque de sperme à laquelle elle s'est adressée, il y a plus de trois ans, pour avoir son bébé. L'enfant né n'était pas de la couleur souhaitée...

Un bébé blond aux yeux bleus

La jeune femme et sa compagne avaient décidé de devenir maman et avaient contacté un donneur de sperme. Elles avaient alors réclamé la semence d'un donneur blanc, aux cheveux blonds et aux yeux bleus.

Mais à la naissance, le bébé, une petite fille prénommée Peyton est métis. Elle est issue d'un donneur afro-américain suite à une erreur de la banque de sperme.
La mère a donc décidé de porter plainte contre la banque. L'erreur, - un échange de fiole connu depuis la grossesse, avait dévasté la maman.

La fillette victime de discrimination

Sur les réseaux sociaux, le débat fait rage : Jennifer Cramblett est taxée de raciste. Mais la jeune femme invoque à l'inverse, la discrimination subie par sa fille, âgée de trois ans au quotidien. Selon les médias américains, le couple vit dans un quartier où la mixité n'est pas vraiment répandue. Les deux femmes s’inquiéteraient pour les relations de leur enfant à l'école, mais aussi au sein de leur propre famille.

La clinique a remboursé l'intervention et envoyé un courrier d'excuses. Pour l'heure, la plainte a été rejetée pour vice de procédure, mais les deux femmes veulent aller en justice. Leur plainte sera donc examinée de nouveau d'ici la fin de l'année.

Publié le 11-09-2015 à 13:53 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enviedebebe

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

FIV et autisme : pas de risques significatifs

FIV et autisme : pas de risques significatifs

De nombreux parents ayant recours à la fécondation in vitro (FIV) expriment leur inquiétude quant au QI ou...
Lire la suite

FIV : la "colle à embryons", une révolution ?

FIV : la "colle à embryons", une révolution ?

Après 15 ans de combat contre l'infertilité, cette britannique est finalement devenue maman suite à une...
Lire la suite

FIV : une technique révolutionnaire pour choisir l’embryon !

Pouvoir visualiser l’embryon avant sa réimplantation dans le cadre d’une fécondation in vitro, c’est en...
Lire la suite