Une période de grand doute... le baby blues

Tout s'est déroulé comme vous le souhaitiez, depuis votre grossesse jusqu'à votre accouchement, c'est un sans faute ! Maintenant le bébé tant attendu est là, niché dans vos bras, et pourtant vous semblez déroutée, anxieuse, cafardeuse, vous n'arrivez pas à vivre pleinement votre rôle de maman, sans parler de cette envie irrépressible de pleurer.
Une période de grand doute… le baby blues
Une période de grand doute… le baby blues

Le baby blues touche la moitié des jeunes mamans

Aussi étrange et désagréable que cela puisse paraître, cet état dépressif passager, que l'on nomme le baby blues, est vécu par plus de la moitié des jeunes mamans.

Il apparaît dans les trois à dix jours suivant l'accouchement et généralement il ne dure pas longtemps. C'est un phénomène psychique tout à fait normal, qui pour de nombreux psychanalystes est nécessaire dans la construction de la relation mère-enfant.

Mais il exprime aussi le malaise de la jeune maman qui, en cherchant à s'adapter à son nouveau rôle, réalise le poids de cette responsabilité et la pression qu'exerce sur elle l'entourage, parfois malgré lui. La crainte de ne pas être une "bonne mère" provoque un mal-être généralement temporaire chez la jeune maman.

Quelles sont les causes du baby blues ? 

Toutefois, d'autres raisons sont avancées pour expliquer le baby blues. Certains s'accordent à dire qu'il peut être provoqué par la chute brutale des hormones de grossesse (œstrogène et progestérone) dans les jours qui suivent l'accouchement.

D'autres affirment que le baby blues peut être lié au contrecoup de la grossesse et de l'accouchement qui représentent des périodes éprouvantes et fatigantes.

Les troubles de sommeil et la fatigue accumulés depuis la grossesse ont en effet des répercussions émotionnelles fortes chez la maman : sautes d'humeur, crises de larmes, irritabilité, hypersensibilité, crainte de ne pouvoir assumer ses nouvelles responsabilités...

En outre, le passage du statut de femme enceinte à celui de mère n'est pas évident à gérer!

Je déprime...

Si cet état persiste, c'est parfois le point de départ d'une dépression du post-partum.

D'une manière générale, soyez vigilante à votre état psychologique et physique. Si les symptômes du baby-blues se prolongent et s'intensifient (fatigue chronique, crises d'angoisse, palpitation et respiration difficile), consultez sans tarder votre médecin. Il sera d'une aide et d'un soutien utiles et vous conseillera un psychologue.

Dans tous les cas, ne vous isolez pas, et n'ayez pas honte de parler de votre vague à l'âme... Il faut savoir que le retour à la maison marque le début de la vie de maman : les nuits courtes, la fatigue qui s'installe au fil des premiers mois, l'épuisement et l'incompréhension lorsque bébé pleure continuellement...

Bien que cela ne soit pas toujours évident à vivre, le retour à la maison c'est aussi l'occasion de voir tout l'amour que vous porte votre conjoint, ainsi que le bonheur partagé de voir s'agrandir la famille, et surtout de s'enrichir émotionnellement des câlins et de la tendresse qu'apportent le bébé !

Comment lutter contre le baby blues ? 

Le baby-blues n'est pas une maladie, mais il ne faut pas le sous-estimer. C'est un état passager qui n'a aucune raison de s'éterniser ou de s'aggraver à condition de prendre quelques dispositions pour en sortir :

  • Parlez-en à votre compagnon, à une amie qui connaît bien le sujet pour l'avoir vécu elle aussi, à votre entourage, à votre médecin... Bref, exprimez votre malaise !
  • Organisez votre retour à la maison : tout est prêt pour le bébé, vous avez fait appel à une aide ménagère, le papa est là pour vous soutenir, et vous pouvez compter sur vos parents pour vous aider.
  • Relativisez : vous êtes débordée et stressée car bébé ne cesse de pleurer et vous n'arrivez pas à le calmer... Face à cette impuissance, vous pensez être une "mauvaise mère", mais partez du principe que vous n'êtes pas la seule maman à ressentir ce désarroi et que malgré tout, vous serez toujours aux yeux de votre enfant la meilleure des mamans !
  • Reposez-vous : n'hésitez pas à faire une sieste en même temps que votre enfant.
  • N'hésitez pas à déléguer à votre conjoint une ou deux responsabilités (donner le biberon, changer la couche de bébé), sans l'épier pour vérifier si il s'y prend bien. Laissez-le faire pour lui donner confiance et encourager son implication.
  • Essayez de vous accorder des moments rien que pour vous : cinéma, soirée en amoureux, massage...

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Grossesse : les changements physiques

Grossesse : les changements physiques

Tout au long de la grossesse, le corps de la femme enceinte évolue : de manière imperceptible au...
Lire la suite

Ovidie défend Clara Morgane, enceinte et insultée par les internautes

Ovidie défend Clara Morgane, enceinte et insultée par les internautes

Depuis l'annonce de sa grossesse, l'ex-actrice de films X a subit un véritable lynchage, de la part...
Lire la suite

Un vrai cas de grossesse fantôme

Un vrai cas de grossesse fantôme

Durant 34 semaines, Barbara a fait croire à son compagnon Paul non seulement qu'elle était enceinte, mais...
Lire la suite