Une jeune maman doit la vie à une hystérectomie !

A 21 ans, Lucy, une jeune britannique souffrant d'un placenta praevia, a du subir une ablation de l'utérus au terme d'une grossesse où la menace de fausse couche était omniprésente...
Une jeune maman doit la vie à une hystérectomie !
Une jeune maman doit la vie à une hystérectomie !

UNE GROSSESSE MIRACULÉE 

L'histoire de Lucy, jeune britannique de 21 ans, et de sa fille Demi n'a rien d'une grossesse banale...Tout démarre par une grossesse non désirée quand la jeune femme avait 19 ans. Malgré la pilule et la prise d'un contraceptif d'urgence, elle se découvre enceinte de 5 semaines dans des conditions dramatique : souffrant de saignements incontrôlable au travail, elle est conduite à l'hôpital où on lui diagnostique une fausse couche en cours.

Mais les médecins parviennent à stopper l'hémorragie et même à sauver le fœtus ! La future maman a entre temps réussi à assimiler la nouvelle et se prépare à accueillir un bébé dans sa vie. Sauf que... Dans les 14 semaines qui suivent, elle va connaître pas moins de 8 débuts de fausse couche ! A chaque fois, les médecins parviennent à stopper les saignements à temps. Malgré tout, la grossesse de Lucy suit son cours...

Et ce n'est qu'à 36 semaines que lui sera diagnostiqué un placenta praevia : son placenta est positionné en partie par-dessus son col, occasionnant de fréquents et importants saignements. Et la jeune femme n'est pas au bout de ses peines ! En effet, quand le travail se déclenche, compte tenu de sa pathologie, elle doit subir une césarienne d'urgence. Mais les contractions relancent les saignements, tant et si bien que Lucy, qui a perdu presque 3 litres de sang, sombre dans l'inconscience !

Sous l'effet du travail, son utérus est gravement endommagé : il doit lui être retiré immédiatement, c'est une question de vie ou de mort ! Aujourd'hui, tout va mieux pour Lucy et sa petite Demi qui est en parfaite santé. A 6 mois, elle s'éveille à pas de géants : "Son premier mot a été "Mama", et c'était extraordinaire à entendre" déclare la jeune maman rescapée. "J'ai eu de la chance de survivre au travail, mais j'aurai du mal à avoir d'autres enfants. J'ai toujours mes ovaires, alors j'envisagerai d'autres options comme la gestation par autrui ou la greffe d'utérus." ajoute-t-elle. C'est tout le bien qu'on lui souhaite !

Source : dailymail.co.uk

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Accouchement sans péridurale

Accouchement sans péridurale : comment gérer la douleur ?

De nombreuses femmes enceintes accouchent sans péridurale. Cela peut-être un choix dû à une volonté de...
Lire la suite

Maternités : les regroupements ne favorisent pas la surmédicalisation

Maternités : les regroupements ne favorisent pas la surmédicalisation

Accouchements déclenchés, recours à la césarienne, extractions instrumentales... Des pratiques qui ne sont...
Lire la suite