Un nouveau drame du déni de grossesse condamné

Âgée de 16 ans à l’époque des faits, cette jeune femme avait étouffé son bébé dans les murs de son collège à Autun (Saône-et-Loire).
Image d'illustration

Autun, 2011 : une adolescente de 16 ans, interne dans un collège, était prise de contractions dans la nuit. Elle donnait rapidement naissance, seule, dans les toilettes de l’établissement, à un bébé, qu’elle a presque tout de suite étouffé… Le corps était retrouvé peu après par le personnel du collège.

Aujourd’hui âgée de 19 ans, la jeune femme vient d’être condamnée à 5 ans de prison avec sursis assortis d’une obligation de soins par la cour d'assises des mineurs de Saône-et-Loire, devant laquelle elle comparaissait pour "meurtre sur mineur". Un crime pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison !

La jeune fille, fragile, avait perdu sa mère à l’âge de 10 ans. A l’époque des faits, elle se sait enceinte, mais pense qu’elle ne l’est que de 3 mois ! Un cas dramatique de déni de grossesse. "Elle ne peut pas expliquer (les faits). Elle peut expliquer le contexte, elle peut expliquer qu'elle a été paniquée et dépassée car quand on se croit enceinte de trois mois et que brusquement on accouche, c'est un choc psychologique", explique Me Géraldine Gras-Comtet, son avocate.

"Malgré ce qu'elle a fait, elle aimait ce bébé, elle le pleure toujours. Elle a toujours reconnu des gestes malheureux sur cet enfant.", poursuit-elle. Ce procès remet en lumière le drame des dénis de grossesse à l’issue fatale : comment juger les femmes concernées ? Quel suivi psychologique mettre en place ? Les peines de prison, même avec sursis, sont-elles utiles ? Qu’en pensez-vous ?

Source : leprogres.fr

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Grossesse : transmet-on son caractère à bébé?

Grossesse : transmet-on son caractère à bébé?

Si on se demande souvent à qui va ressembler physiquement notre bébé à la naissance, bien souvent on...
Lire la suite

Emotion après l’abandon d’un bébé trisomique à sa mère porteuse

En apprenant la trisomie et maladie cardiaque de leur enfant issu d’une gestation pour autrui en Thaïlande,...
Lire la suite

Parler à son bébé in utéro favorise ses compétences linguistiques

Une récente étude américaine affirme que de la voix de la mère pendant la grossesse joue un rôle positif...
Lire la suite