Un bébé meurt dans une crèche : 5 ans d'attente et toujours pas de procès

En 2013, le petit Tahina, 4 mois mourrait d'asphyxie dans la crèche qui l'accueillait. Depuis, seule une auxiliaire de puériculture a été mise en examen. 5 après, les parents attendent toujours un procès et demandent que la directrice de la crèche soit également mise en examen.
Bébé de 4 mois mort à la crèche : un rapport pointe des dysfonctionnements
Bébé de 4 mois mort à la crèche : un rapport pointe des dysfonctionnements

Le 1er octobre 2013. C'est le deuxième jour de crèche de le petit Tahina, 4 mois à Lille. A 14h30 les parents du bébé sont appelés en urgences. Leur fils est mort pendant la sieste. 

Selon le papa du petit bébé, la crèche parle alors de mort subite du nourrisson. Pourtant les parents ne croient pas à l'histoire et décident d'appeler la police. 

L'autopsie montre que le petit garçon a fait une fausse route et s'est étouffé. Il avait été couché sur le ventre, en dépit de toutes les recommandations des professionnels de la petite enfance. 

Une information judiciaire ouverte

Une instruction judiciaire est alors ouverte en 2014 pour homicide involontaire. Mais l'enquête prend du temps et traîne. Ce n'est qu'en 2017, qu'une auxiliaire de puériculture est mise en examen.

Le juge d'instruction demande un rapport d'experts pour comprendre les circonstances du drame. Interrogé par 20 minutes, le père de Tahina demande, au vus des dysfonctionnements apparaissant dans le rapport, la mise en examen de la directrice de la crèche.

L'avocate de la famille s'explique : « Nous ne disons pas qu'elle est responsable ou coupable, mais elle doit s'expliquer devant la justice car de graves dysfonctionnements sont mis en avant, à la fois par le rapport d'expertise, mais aussi par celui de la police ».

Le fonctionnement de la crèche critiqué dans le rapport

Le rapport d'experts semble aller dans le sens de l'enquête de police, et montre de graves dysfonctionnements. Selon le rapport, « la prévention sur le couchage n'était pas une préoccupation de l'encadrement ».

Ainsi, non seulement les bébés sont couchés sur le ventre pendant la sieste, mais en plus, aucun membre du personnel n'est venu surveiller le dortoir dans lequel dormaient les enfants pendant 2h, le temps de la pause déjeuner. 

La police, quand elle est arrivée pour constater le décès de Tahina, parlera même « d'anarchie de l'organisation ».

Ce drame s'est produit deux jours seulement après une inspection de la crèche par l'Unité territoriale de prévention qui avait conclu que « le personnel et le matériel étaient satisfaisant ». En attendant, cela fait maintenant 5 ans que les parents de Tahina attendent un procès pour connaître les vraies circonstances du drame de leur vie...

Publié le 05-07-2018 à 11:59 | Mis à jour le 05-07-2018 à 12:13 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #creche

Vous aimerez aussi

Crèche Baby-Loup : le licenciement d'une salariée voilée critiqué par l'ONU

Crèche Baby-loup : l'ONU condamne le licenciement d'une salariée voilée

L'affaire avait fait la une de tous les médias en 2008. Une salariée de la crèche privée Baby-loup qui...
Lire la suite

Seul 1 famille sur 4 obtient une place en crèche

Mode de garde : les crèches, les chouchous des parents

La Cnaf a publié comme chaque année son baromètre. Si 92% des parents sont satisfaits de leur mode de garde...
Lire la suite

30 000 places en crèches supplémentaires

30 000 places supplémentaires en crèches d'ici 2022

Bonne nouvelle pour les parents : la Cnaf et l'État viennent de mettre en place une nouvelle...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus