Un allaitement heu-reux ! (Page 2)

Sophie, maman de Victoria, a allaité sa fille 15 mois dans la joie ! Elle nous raconte combien l'accompagnement de sages-femmes et de conseillères en lactation l'a aidé à mener à bien un allaitement tout en douceur et en harmonie, qui a cessé de la volonté de Victoria. Ou quand allaitement rime avec épanouissement !
Un allaitement heu-reux !
Un allaitement heu-reux !

Mes engorgements du début on été soulagés par des douches chaudes ; ça a duré peu de temps, car après, la lactation s'est régulée en fonction des besoins de ma fille.

Je n'ai jamais eu de crevasses, car les sages- femmes m'avaient montré comment bien positionner ma fille lors de la tétée.

Ma fille était uniquement allaitée, elle se portait comme un charme, elle a fait ses nuits à 3 mois comme la plupart des bébés ! Elle réclamait sa tétée toutes les 3 heures, mais je me levais sans aucun problème.

Le papa était bien content ! J'ai juste eu une "petite panne" quand ma fille a eu 3 mois, car elle avait une poussée de croissance et que je déménageais, j'étais un peu fatiguée.

Le médecin voulait lui donner un complément de lait au biberon le soir. Mais comme le soir, c'était sa tétée-câlin, je n'ai pas voulu et je l'ai juste mis au sein plus régulièrement, comme m'a conseillé une consultante de la Leche League.

Finalement ma fille a été allaitée 15 mois, jusqu'à ce qu'elle se sèvre toute seule.

Elle n'a pas eu de biberon avant ses 15 mois, pas un seul ! Mon entourage était un peu critique par rapport à cette fusion, mais j'ai très bien vécu la fin de mon allaitement et ma fille aussi.

Elle n'a jamais été malade pendant toute la durée de l'allaitement. J'ai aimé allaiter, je me sentais louve et super épanouie, en plus l'allaitement protège contre le baby blues, que je n'ai jamais eu ! J'allaitais dehors, je sortais avec ma fille sans m'embêter avec des biberons.

On partait en rando, tout était à la bonne température, on pouvait crapahuter comme on voulait avec mon compagnon. J'ai vraiment eu la chance de prendre un bon départ grâce aux sages-femmes et aux encouragements de mon compagnon, mais je déplore cependant un manque de connaissance des pédiatres en matière d'allaitement, qui sont fixés sur des courbes de croissances générales et pas sur le bien-être de l'enfant.

Il faut rentrer dans des normes, alors que ma fille était bien portante selon les infirmières de la PMI. Se faire confiance, écouter son bébé et demander de l'aide aux sages-femmes et consultantes en lactation pour prendre un bon départ, voilà les clefs pour bien vivre son allaitement !

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Pourquoi  allaiter : le besoin de succion

Pourquoi allaiter : le besoin de succion

Le besoin de succion chez le nourrisson obéit à deux principes : s'alimenter et se rassurer. Quel que...
Lire la suite

L'allaitement côté maman : varier son alimentation

L'allaitement côté maman : varier son alimentation

Bébé est né, et vous avez décidé d'allaiter : là encore, votre alimentation doit être une...
Lire la suite

Côté allaitement

Côté allaitement

Tout ce qu'il faut savoir sur l'allaitement : comment le réussir, comment le reprendre ou le...
Lire la suite