Troubles « dys » : vers un meilleur dépistage

Image d'illustration

Dyslexie, dyspraxie, dysphasie... Les troubles « dys » sont les principaux troubles des apprentissages chez les petits français : on estime aujourd'hui que 20% des enfants d'âge scolaire seraient concernés !

Pour les parents, le dépistage, puis le traitement de ces troubles ressemble bien souvent à un parcours du combattant : consultations de nombreux spécialistes, listes d'attentes, problème de prise en charge à l'école...

A l'initiative de l'Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa), une série de consultations spécifiques systématiques pourraient voir le jour. Concrètement, elles auraient lieu à 4, 5 et 6 ans et seraient réalisées par le médecin (pédiatre ou généraliste) ou par la PMI, dans le cadre des consultations « classiques » devant avoir lieu à ces âges.

Au lieu d'une visite de routine où ne seraient contrôlés que les indicateurs habituels (croissance, corpulence, vue, ouïe...), expédiée en une quinzaine de minutes, ces consultations dureraient une heure et permettraient d'évaluer l'enfant à l'aide de tests et d'outils spécifiques pour repérer, dès le plus jeune âge, la présence d'un trouble « dys ».

Evidemment, la mise en place d'un tel dispositif, qui s'adresserait à tous les enfants (et non seulement à ceux considérés comme « à risque ») a un coût : le tarif d'une consultation est évalué par les membres de l'Afpa à 150 €. Un coût qu'ils souhaiteraient voir pris en charge par l'État, et non supporté par les parents ! Affaire à suivre...

Publié le 20-01-2012 à 11:04 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Santé : les futures mamans prennent trop de médicaments

Santé : les futures mamans prennent trop de médicaments

Les femmes françaises enceintes consomment trop de médicaments. C'est la conclusion d'une étude de l'ANSM...
Lire la suite

Grossesse : la vitamine D, pas essentielle

Grossesse : la vitamine D, pas essentielle

Alors que les futures mamans françaises sont quasi systématiquement supplémentées en vitamine D, une étude...
Lire la suite

Diabète et diversification : une question de timing

Le diabète de type 1 (insulino-dépendant, ou encore "diabète sucré") ne cesse de se développer chez les...
Lire la suite