Témoignage : la stimulation ovarienne, ça marche !

Notre internaute, confrontée à un problème d’ovulation affectant sa fertilité, nous raconte son parcours et le déroulement de son traitement, avant la naissance de son petit garçon !
Témoignage : la stimulation ovarienne, ça marche !
Témoignage : la stimulation ovarienne, ça marche !



Je fais partie de ces femmes qui ont des ovaires peu travailleurs, qui les font tourner en bourrique !

Une mauvaise expérience

Tout a commencé fin 2005. Avec mon conjoint, on s'est lancé dans le projet bébé. On savait que ce n'était pas si facile que ça, pas comme dans les films ou les livres. Mais on était loin de se douter que ça allait long, aussi long !
 
Mes cycles étaient du grand n'importe quoi. Au début, je mettais ça sur le compte de l'arrêt de ma pilule. Puis les mois passaient, et c'était toujours pareil : des cycles longs allant jusqu'a 80 jours, remplis de symptômes de grossesse histoire de bien me faire psychotter !
 
Puis, au bout de quasi 2 ans, je suis tombée enceinte. On était fous de joie, mais cette joie fut de courte durée…

A 4 semaines de grossesse, j'ai appris que je faisais une GEU (grossesse extra utérine). Par chance (entre guillemet), celle-ci a été prise a temps, j'ai été soigné par méthotrexate.
 
Suite à cette mauvaise expérience, j'ai décidé de faire bouger tout ça ! J'ai commencé à en parler à ma gynécologue de l'époque. Pour elle, on était trop jeunes, tout était dans ma tête. Bref, le discours typique, alors que les faits étaient là : mes cycles étaient catastrophiques, je n'ovulais pas ou très peu.
 
Je me suis donc décidée à consulter le gynéco qui m'a "soignée" pour ma GEU. Lui m'a prise au sérieux. Il m'a demander d'attendre 3 cycles, histoire de faire des courbes de températures afin d'évaluer la situation. Le constat était là : je n'ovulais pas ou très mal d'après mes courbes. Il m'a donc prescrit un stimulant ovarien avec un suivi rapproché. Malheureusement, ce traitement ne nous a pas aidé dans notre quête du bébé… Certes il y avait une évolution, mais pas assez. Alors on a fait des examens : bilan hormonal, hystérographie pour moi et spermogramme pour monsieur.

Tout était Ok de mon coté, j'avais donc bien des ovaires très feignants ! Il a fallu attendre 3 semaines pour le résultat du spermogramme. 3 longues semaines .... Pour palier cette attente, mon gynéco m'a mise de nouveau sous traitement, mais cette fois en stimulation ovarienne plus forte, ce qu'on appel une "stim simple" dans le jargon gynécologique. Le traitement se déroula sans soucis. On a obtenu le résultat souhaité, c'est à dire : OVULER !
 
3 semaines après le spermogramme, nous avons enfin reçu enfin les résultats : le bilan n’était pas top du tout.  Mon gynécologue m'annonça que je ne pourrai pas tomber enceinte naturellement, seule l'IAC ou la FIV pourraient nous aider.

Mais ...

Publié le 24-01-2013 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enviedebebe

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

L’hypnose au secours de la fertilité ?

L'hypnose au secours de la fertilité ?

Une anglaise de 36 ans serait parvenue à tomber enceinte grâce à une séance d'hypnose. Une nouvelle arme...
Lire la suite

Faire un enfant, oui, mais comment ?

Faire un enfant, oui, mais comment ?

Que faire pour tomber enceinte ? L'amour, pardi ! D'accord, mais que se passe-t-il ensuite ?...
Lire la suite

Greffe de l’utérus : fin de la grossesse

La grossesse obtenue par une jeune femme turque porteuse d’un utérus greffé s’est malheureusement interrompue.
Lire la suite