Syndrome de bébé secoué : de nouvelles recommandations

La Haute Autorité de Santé (HAS) intensifie sa campagne de prévention du syndrome di bébé secoué, pour s’assurer que le diagnostic soit posé dans les temps !
Syndrome de bébé secoué : de nouvelles recommandations
Syndrome de bébé secoué : de nouvelles recommandations

Le « bébé secoué » : quand l’adulte est à bout de patience avec un tout petit, il peut se laisser aller à le secouer pour défouler son ras le bol. Conséquences : des atteintes cérébrales gravissimes résultant de chocs du cerveau contre la boîte crânienne… En 2011, la HAS avait déjà pratiqué une action de sensibilisation des professionnels de santé à la détection d’un syndrome du bébé secoué ; cependant, les symptômes, qualifiés de « non spécifiques », rendaient un diagnostic sûr difficile.

Depuis, les techniques d’imagerie médicale, couplées à une meilleure documentation des symptômes possibles d’un bébé secoué, permettent de poser un diagnostic de façon certaine. Certains hématomes sous-duraux (résultant des chocs) et des hémorragies rétiniennes sont particulièrement évocateurs. En cas de suspicion, une hospitalisation en soins intensifs, un scanner et une IRM doivent être prescrits en urgence.

On parle de 200 cas de bébés secoués par an en France ; un chiffre très sous-estimé selon la HAS, et que ce nouveau protocole devrait contribuer à rapprocher de la réalité. 10 à 40 % des enfants touchés en meurent, les autres peuvent conserver de très graves séquelles. On le rappelle : si vous sentez que vous êtes à bout (nous sommes humains, cela arrive !), posez bébé dans son lit, sa poussette ou son transat en sécurité et quittez la pièce un moment en le laissant pleurer. Donnez-vous le temps de souffler, mais ne le secouez en aucun cas !

Publié le 03-10-2017 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Bisphénol A : c’est fini pour les bébés !

Dès 2013, tous les contenants alimentaires destinés aux tout petits seront dépourvu de bisphénol A.
Lire la suite

L’intolérance au gluten en progression

L'intolérance au gluten en progression

La maladie coeliaque, conséquence de l'intolérance au gluten, touche 4 fois plus de monde aujourd'hui que...
Lire la suite