Quel professionnel pour suivre ma grossesse ?

Pour votre suivi de grossesse, vous avez le choix ! Différents professionnels de santé peuvent en effet prendre en charge le suivi de votre grossesse au quotidien. Gynécologue, sage-femme, médecin généraliste : une décision à prendre en concertation avec le praticien.
Quel professionnel pour suivre ma grossesse ?
Quel professionnel pour suivre ma grossesse ?

Le gynécologue-obstétricien

C’est le médecin-star des suivis de grossesse ! Spécialiste de l’accouchement, il exerce en libéral ou en maternité… Ou les deux ! Nombre de gynécologues disposant d’un cabinet sont également obstétriciens, ce qui signifie qu’ils peuvent suivre votre grossesse pratiquement de A à Z. Depuis les premiers examens confirmant votre grossesse jusqu’à l’inscription en maternité, voire… Jusqu’à l’accouchement, s’il est rattaché à l’établissement dans lequel vous avez choisi de donner naissance !

En théorie, le gynécologue-obstétricien est le spécialiste des grossesses difficiles et des accouchements compliqués ; ainsi, c’est lui pratique, par exemple, les césariennes. Il peut aussi être appelé en cours d’accouchement pour une manœuvre de type forceps ou ventouse obstétricale et il y en a toujours un de garde en maternité.

Le gynécologue médical

C’est le gynécologue « de ville », celui qui réalise le suivi de votre santé reproductive : prescription de contraception, bilans hormonaux… Le gynécologue médical est évidemment habilité à réaliser vos rendez-vous mensuels de suivi de grossesse si tout se passe bien, jusqu’aux abords du 8e mois où le professionnel de la maternité prend le relais.

En France, il y a de moins en moins de gynécologues médicaux au profit des gynécologue-obstétriciens. Conséquence : leurs plannings sont souvent très chargés !

Il est habilité à vous prescrire tous types d’examens complémentaires, analyses, médicaments le cas échéant. En revanche, il ne pratique pas les accouchements.

Le médecin généraliste

Sachez-le : votre généraliste est tout à fait en mesure de suivre votre grossesse ! Mais il faut qu’il le veuille bien… Difficile de l’y contraindre si cela ne fait pas partie de ses habitudes. S’il est d’accord, et que votre grossesse ne présente pas de problèmes particuliers, vous le verrez jusqu’au 8e mois, quand la maternité prendra le relais. Il peut effectuer la déclaration de grossesse, prescrire les examens courants et vous restituer les résultats, mais pour les échographies ou encore la préparation à la naissance, il vous adressera à d’autres professionnels.

La sage-femme

Il s’agit de la seule profession de santé 100 % dédiée à la grossesse et à l’accouchement (sans parler de l’après-grossesse !) ! Vous rencontrerez forcément une sage-femme, même si vous choisissez d’être suivie par un autre professionnel : c’est bien souvent elle qui effectue les consultations de suivi dans les hôpitaux, et qui réalise environ 90 % des accouchements !

Libérale, elle dispose d’un cabinet en ville et vous pouvez lui confier votre suivi de grossesse d’un bout à l’autre. Dans le cadre d’un accompagnement global, elle sera avec vous jusqu’à la venue au monde de votre bébé… Un mode de suivi de grossesse très demandé et qu’il devient difficile d’obtenir, car les sages-femmes libérales sont aujourd’hui trop peu nombreuses ! Certaines d’entre elles sont équipées pour effectuer les échographies. D’autres encore possèdent des spécialisations (tabacologie, addictologie, yoga prénatal…) qui leur permettent de prendre en charge certains cas particuliers. Attention : si votre grossesse est difficile ou pathologique, la sage-femme vous orientera préférentiellement vers un gynécologue-obstétricien.

Publié le 10-10-2017 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Grossesse et antidépresseurs : pas d’impact sur la croissance de bébé

Les nouvelles encourageantes s’enchaînent autour des antidépresseurs pris pendant la grossesse. Une...
Lire la suite

Le syndrome transfuseur-transfusé : double danger !

Le syndrome transfuseur-transfusé : double danger !

Environ 15 % des grossesses gémellaires monochoriales sont concernées par le syndrome...
Lire la suite

Santiago, plus jeune victime de l’obésité

Avec 21 kilos à 8 mois, ce petit colombien fait la Une de nombreux journaux et sites internet depuis...
Lire la suite