Psycho 6-18 mois : les premiers caprices

Colère, tristesse, frustrations, le jeune enfant qui ne parle pas encore n'a pas beaucoup de moyens d'exprimer son désaccord. Peut-on pour autant parler de caprices ?
Psycho 6-18 mois : les premiers caprices
Psycho 6-18 mois : les premiers caprices
Publicité
Colère, tristesse, frustrations, le jeune enfant qui ne parle pas encore n'a pas beaucoup de moyens d'exprimer son désaccord. Peut-on pour autant parler de caprices ?

"Une fantaisie..."

Selon l'éducation que l'on a reçue, on a tous en tête notre propre image d'un enfant bien élevé et d'un enfant capricieux. Mais à cet âge-là, est-ce bien de cela qu'il s'agit ?

Selon la définition du Larousse, le caprice est une "fantaisie, une volonté soudaine et irréfléchie".
Vers 11 mois, quand on enlève un objet des mains d'un enfant et qu'il pleure, ne veut-il pas juste dire : "Je voulais le garder" ?

Ne touche pas !

Cette période cruciale dans l'éducation donne souvent l'impression aux parents de tout interdire. Il met à la bouche, on lui sort. Il commence à se déplacer seul, on lui interdit de toucher aux objets dangereux (prise, verres), de monter les marches... Il passe sa journée à vivre des frustrations. On peut alors se dire que ces caprices ne sont que des moments de tristesse pour cet enfant qui ne comprend pas ce qu'il lui arrive...

De la communication avant tout

Vous lui prenez un objet des mains, votre enfant se met à pleurer ? Expliquez-lui : "Ce n'est pas pour t'embêter mais parce que cet objet peut être dangereux.". Donnez-lui alors un jouet qui lui appartient. S'il ne se calme pas, prenez-le dans vos bras et redonnez l'explication.

Restez ferme dans vos propos pour qu'il comprenne que vous ne plierez pas. C'est une éducation incohérente qui peut entraîner des comportements instables.

Et rassurez-vous : les interdits sont des limites obligatoires pour la construction de sa personnalité. Il faut trouver le juste milieu entre laxisme et autoritarisme.

En savoir plus :

Education : se mettre d'accord entre parents

Le Terrible Two, la crise des 2 ans

Au secours, je crie! Plus d'articles sur : #eveil

Isabelle DAMIRON
Publié le 27-05-2009 à 00:00
Mis à jour le 25-10-2017 à 17:10
Auteur : Isabelle DAMIRON
2747 articles

2 commentaires

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

  • VeggieMama
    VeggieMama - Il y a 6 ans

    Je suis d'accord avec cet article rassurant. Pour moi, le "caprice" ne représente qu'une idée de validation pour des personnes n'ayant pas envie de s'investir.Les gens parlent de "caprice" quand bb témoigne d'un besoin, d'un comportement, auxquels ils n'ont pas envie de répondre.Le bb ne connait pas le mensonge et ses manifestations sont toutes empreintes de pure sincérité, qui nécessite une remise en question et une adaptation de l'adulte. Ce, afin de pouvoir répondre aux besoins précis de bb qui nécessite une observation accrue, puisqu'il ne sait pas parler notre langage.Pour moi, les personnes utilisant le terme "caprice" disent:"je n'ai pas envie de me fouler pour comprendre mon bb: il n'a qu'à s'adapter à moi. S'il a des besoins que je ne comprends pas, je préfère rejeter la responsabilité sur lui."

  • VeggieMama
    VeggieMama - Il y a 6 ans

    Pour ma part, je préfère expliquer à mon bb ce qui se passe en moi" je ne supporte pas tes cris, mon chéri/Je ne comprends pas ce qu'il se passe en toi pour le moment..."

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus