Prématurité : un seuil de viabilité de plus en plus bas

Les progrès de la médecine néo-natale ont fait passer le seuil de viabilité pour les très grands prématurés de 28 semaines il y a 40 ans à 23, voire 22 semaines de nos jours !
Prématurés : un seuil de viabilité de plus en plus bas
Prématurés : un seuil de viabilité de plus en plus bas

En août 2018, un petit garçon voir le jour par césarienne à la maternité de l'Hôpital universitaire Keio de Tokyo. Sa particularité : il est né à... 22 semaines de grossesse, un record ! En effet, les médecins en charge du suivi de la grossesse de la mère se sont aperçus qu'arrivé à 5 mois, le fœtus ne grossissait plus. Ils ont donc décidé de faire naître l'enfant, un pari risqué puisqu'à la naissance, il ne pesait que 268 grammes...

Cinq mois plus tard, en février 2019, le petit Japonais de 3,238 kg est sorti de l'hôpital en bonne santé ! Un record mondial : très peu d'enfants ont en effet survécu sans séquelles immédiates à un poids de naissance inférieur à 300 g. Deux études parues dans la revue de l'Association médicale américaine fin mars font la synthèse de la situation des très grands prématurés aujourd'hui.

Une survie améliorée pour les très grands prématurés

L'une revient sur la survie de très grands prématurés nés entre 22 à 26 semaines de grossesse observés en Suède. Dans le premier groupe, né entre 2004 et 2006, le taux de survie est de 70 % à un an ; dans le second groupe, né entre 104 et 2017, le chiffre progresse à 77 %. Les raisons de cette amélioration : une meilleure application de procédures comme l'intubation ou le transfert rapide en unité spécialisée.

La seconde étude se concentre sur les bébés de moins de 400 g à la naissance, nés entre 23 et 26 semaines de grossesse aux États-Unis entre 2008 et 2016 : ils sont 13 % à avoir survécu. Néanmoins, la majorité d'entre eux présente des séquelles et des signes de retard de développement à 2 ans.

Dans tous les cas, des progrès considérables dans la prise en charge de la grande prématurité ont eu lieu depuis les années 1990, avec pour résultat des chiffres de survie en augmentation constante... Tout comme le nombre de naissances prématurées, en forte augmentation partout dans le monde. En France, en 2010, elles représentaient 7,4 % des naissances.

Naissance prématurée ? Partagez vos expériences sur le forum Santé et bien-être de bébé

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus