Peut-on congeler ses ovocytes ?

Un bébé quand je veux. C'est la demande de plus en plus de femmes, qui pour des raisons personnelles, souhaitent repousser leur maternité, tout en maintenant leurs chances de faire un bébé. Pour cela, certaines d'entre elles, décident de faire congeler leurs ovocytes. Mais comment ça marche et surtout, est-ce possible en France ?
Peut-on congeler ses ovocytes ?
Peut-on congeler ses ovocytes ?

Il pourrait d'agir d'une révolution identique à celle de l'apparition de la pilule. Promulguée en 1972, la loi Neuwirth permettait aux femmes de prendre en main leur corps en maîtrisant leur fertilité. 

Près de 50 ans plus tard, des médecins et des patientes considèrent que la congélation des ovocytes serait une avancée dans les droits des femmes à disposer de leurs corps, comparable à l'autorisation de la pilule. 

Après 35 ans, les chances d'avoir un enfant facilement chutent. Pourtant, de plus en plus de femmes souhaitent attendre, pour des centaines de raisons. 

Pour autant, elles ne souhaitent pas forcément rentrer dans un parcours de combattant, souvent long et douloureux. 

Certaines d'entre elles, choisissent donc de faire congeler leurs ovocytes, qui une fois congelés, peuvent être utiliser quand elles le souhaitent pour faire des enfants.

Alors que la plupart des pays européens autorisent cette congélation des ovocytes, en France, la situation est plus complexe. 

Autorisée sous conditions

En France, il n'est pas possible de faire congeler ses ovocytes, sans raisons médicales : risques d'infertilité, cancer, obésité ou endométriose.

La congélation des ovocytes s'étendra-t-elle bientôt à toutes les femmes ? Rien n'est moins sûr. 

Les autorités médicales ne semblent pas d'accord. Il y a quelques mois, en juin 2017, l'Académie de médecine a publié un rapport favorable à l'auto-conservation des ovocytes à toutes les femmes, peu importe leur état de santé. 

Le Comité consultatif national d'éthique, le CCNE, quant à lui, s'est opposé à cette ouverture à toutes les femmes. 

Quels sont les arguments contre l'auto-conservation des ovocytes ? 

Le CCNE et les médecins opposés à l'ouverture de cette pratique pour toutes les femmes, expliquent que qu'il existe un risque médical non négligeable.

En effet, les femmes qui souhaitent conserver leurs ovocytes doivent stimuler leurs ovaires, à l'aide d'injections hormonales. 

Les ovocytes sont ensuite récupérés. Pour cela, les jeunes femmes sont placées sous anesthésie générale, ou sédatées. 

L'académie de médecine ne nie pas que des complications puissent exister, mais considère, quant à elle, ces risques « négligeables ».

Des gynécologues qui brisent l'interdiction

Il y a quelques jours, le journal Le Monde publiait un article montrant que des gynécologues, qui considèrent la loi actuelle comme obsolète, décident de ne pas l'appliquer. 

Ils conseillent donc aux patientes des cliniques à l'étranger. Mais ne s'arrêtent pas là. 

Le gynécologue interrogé par Le Monde raconte : « je leur signe une feuille de prise en charge à 100% par la Sécurité sociale pour infertilité et prescris des ordonnances de stimulations ovarienne avec, pour le suivi, des échographies et des prises de sang ». 

Cette ordonnance permet donc aux femmes de préparer leur stimulation ovarienne en France, avant d'aller en Europe pour faire conserver leurs ovocytes.

La question de la congélation des ovocytes est une des très nombreuses questions posées lors des États généraux de la Bioéthique qui se déroulent actuellement et qui sont une première étape vers la révision de la loi bioéthique prévue par le gouvernement à la fin de l'année.

Vous aimerez aussi

Une femme accouche dans le RER A

Une femme accouche dans le RER A à Paris

Ce lundi 18 juin 2018, la circulation du RER A a été interrompue dans les 2 sens entre 11h15 et 12h....
Lire la suite

En France, le tavail invisible équivaut à un tiers du PIB !

Le travail domestique des femmes représente 10 000 milliards de dollars

Les tâches domestiques sont encore largement effectuées par les femmes. L'ONG Oxfam Québec a chiffré ce...
Lire la suite

CMV, risques, traitement et prévention

Le CMV (cytomégalovirus) : qu'est-ce c'est ?

Le CMV dangereux pour le fœtus ? Le point sur ce virus bénin chez l'adulte, et très fréquent chez les...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus