Paupières de plomb, sommeil de plume

Comme toute jeune maman qui se respecte, Amélie, du blog Amélie épicétout, a elle aussi fait connaissance avec les nuits sans sommeil et les ruses parentales pour aider sa fille à trouver le sommeil... Un récit épique et hilarant où vous allez vous reconnaître !
Paupières de plomb, sommeil de plume
Paupières de plomb, sommeil de plume



Toi, apprenti jeune parent, tu ne sais peut-être pas encore de quoi je parle. Toi, jeune parent, tu es en plein dedans. Moi, maman pas encore confirmée, je commence à vaguement cerner le problème.

Si tu as de la chance tu es tombé sur le modèle bébé dormeur, si comme moi tu as moyennement la poisse, tu es tombé sur le modèle épuisant les premiers mois mais assez sympa les suivants, et si tu n'as vraiment pas de bol, je te plains et je t'ordonne de filer sous la couette im-mé-dia-te-ment !

Quand dormir devient une réelle question de survie il est important d'en parler, de se plaindre, de s'épancher auprès d'autres parents compréhensifs. Sache que le manque de sommeil rend complètement dingo et que je n'en suis pas ressortie indemne.

Je vais te parler de mon expérience à moi, de ma Chouquette qui n'a jamais été une grande dormeuse et des précieuses minutes de sommeil que j'ai sacrifié.

Et oui, les heures de dodo manquées, c'est pas comme les RTT, on ne peut pas les récupérer, ni se les faire payer... Bullshit (toi aussi apprend à dire des gros mots en anglais).

Dès la sortie de la maternité, Chouquette a commencé à tester notre capacité de nouveaux parents tout frais. Elle a eu ce qu'on appelle communément des coliques du nourrisson, et ce que j'appellerai une grosse arnaque : ton bébé pleure, souffre, ne dort pas et personne n'est fichu de te dire ce qu'il faut faire pour qu'il aille mieux. A partir de là, tu devineras facilement que les trois premiers mois de Chouquette on été une épreuve (du genre pire que les poteaux de Koh Lanta) pour moi et l'Homme.
On se relayait, on passait nos soirées à faire des allers et retours dans le couloir en la berçant, j'arrivais quelquefois à l'endormir sur le coussin d'allaitement ou dans le transat, j'ai racheté un mobile dont la musique durait plus longtemps (la seule chose qui la mettait en mode "mute"), je la portais en écharpe, je passais mes après midi à faire des promenades en poussette pour ne pas perdre la raison, enfermée dans ma maison, avec un bébé hurleur.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi