Parents, vouloir trop contrôler votre enfant n'est pas bon pour lui

Une étude vient de montrer que le contrôle parental excessif peut avoir un impact négatif sur la capacité des enfants à gérer leurs émotions et leurs frustrations. On fait le point.
Les parents suprotecteurs nuisent à l'autonomie de leurs enfants
Les parents suprotecteurs nuisent à l'autonomie de leurs enfants

On l'appelle la parentalité hélicoptère aux États-Unis et au Canada. En Europe on parle plutôt d'hyper-parentalité.

 A quoi ressemblent ces parents ? Ils sont beaucoup trop impliqués dans l'éducation de leurs enfants. Ils souhaitent épargner leurs enfants de tout ce qui pourraient éventuellement les blesser dans le monde. 

Pour cela, ils sont prêts à tout faire pour leurs bambins. En premier lieu, les parents hélicoptères contrôlent tout ce qui se passe dans la vie de leur bambin, leur demandant sans cesse ce qu'ils font, comment ils le font, avec qui ils le font...etc. 

Les parents hélicoptères sont ensuite très sensibles à proposer des tas d'activités à leurs enfants et à répondre à tous leurs besoins, se transformant en chauffeurs de taxis pour emmener leurs enfants où ils le souhaitent par exemple.

Enfin, surtout ils s'investissent dans la vie de leur enfant au point de demander un rendez-vous à l'enseignant de leur enfant dès que celui-ci n'a pas 20/20...bref, en un mot, les parents hélicoptère sont des parents surprotecteurs.

Parents surprotecteurs, enfants moins autonomes

Quelle est l'impact d'une éducation surprotectrice sur les enfants ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre une étude de l'association américaine de psychologie.

Et la conclusion montre que trop de contrôle parental nuit à l'autonomie de l'enfant : « si les parents exercent trop de contrôle (...) et interviennent avant même que les enfants ne tentent de relever le défi seul, ou empêchent physiquement les enfants de se retrouver dans des contextes difficiles, ils peuvent entraver le développement des capacités d'autorégulation », explique Nicole Perry, une des auteurs de l'étude.

Comment s'est déroulée l'étude ? 

Pour arriver à cette conclusion les scientifiques ont suivi pendant 8 ans 422 enfants, en se focalisant particulière sur trois âges : 2 ans, 5 ans et 10 ans. 

Ils ont demandé aux parents de jouer avec leurs enfants, comme ils le feraient à la maison et les ont observés. Les parents hélicoptères guidaient constamment leurs enfants, en leur indiquant à quel jeu jouer, comment jouer, etc. 

« Nous avons constaté que le sur-contrôle des parents sur les enfants de 2 ans était associé à une régulation émotionnelle et comportementale plus faible à l'âge de 5 ans ». La surprotection entraînant même des compétences sociales moins développées à l'âge de 10 ans. En effet, les enfants, surprotégés ne sont pas capables de réagir face à la frustration et à l'échec.

Les chercheurs conseillent aux parents de faire confiance à leurs enfants et de leur enseigner le chemin vers l'autonomie. Après tout, les enfants sont des adultes en devenir, il est donc important de les préparer à être autonomes et à gérer leurs émotions le mieux possible. 

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Comment faire voyager seul mon enfant ?

Mon enfant voyage seul : comment m'organiser ?

Votre enfant doit voyager seul. A partir de quel âge ? Comment organiser son voyage en toute...
Lire la suite

Apprendre à faire ses lacets

Apprendre à faire ses lacets

Sachez d'ores et déjà qu'il n'y a pas d'âge prédéfini pour commencer à apprendre à faire ses lacets. Le...
Lire la suite

Autonomie : quand aller seul faire une course ?

Autonomie : quand aller seul faire une course ?

« Je peux aller chercher des bonbons à la boulangerie ? Ce n'est pas très loin... ». Il est vrai que...
Lire la suite