Obésité infantile : le rôle des diplômes…

Le rapport entre le développement d’une obésité infantile et le niveau d’étude des parents ? Non seulement il existe, mais il est prépondérant, selon une étude européenne !
Image d'illustration



Plus de 14 000 petits européens de 2 à 9 ans ont été observés dans le cadre de l’étude IDEFICS, qui entend recenser les causes d’un diabète infantile (l'une des pathologies liées à l'obésité) afin de le prévenir. Il apparaît très clairement que ceux dont les parents ont un faible niveau d’études consomment moins de fruits et de légumes, et plus de boissons sucrées. Ces trois groupes d’aliments sont ceux pour lesquels la différence est la plus marquante !

A l’inverse, les chercheurs ont constaté dans le régime des enfants issus de parents d’un niveau d’études plus élevé une présence plus importante des fruits et légumes, mais aussi des céréales et féculents complets, indispensables pour une croissance harmonieuse. On trouve également moins de sodas sur la table dans ces foyers !

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rappelle que 40 millions de moins de 5 ans dans le monde souffrent d’obésité infantile. Pour prévenir cette situation, il faut donc cibler els campagnes d’information sur l’importance d’un régime équilibré et varié vers les familles issues des milieux les plus défavorisés. Bien manger, cela s’apprend !

Publié le 02-04-2013 à 08:36 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #alimentation

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Allaitement : pourquoi les mamans arrêtent

Une équipe de chercheurs américains spécialisés dans la nutrition s’est penchée sur les raisons pour...
Lire la suite

Grossesse : frites et chips, à fuir !

Grossesse : frites et chips, à fuir !

Future maman, des envies de frites et/ou de chips vous tenaillent ? Résistez : selon une étude...
Lire la suite