Nouveau dépistage de la trisomie 21 : déjà des réticences

Ce nouveau test sanguin provoque une certaine méfiance chez des spécialistes en raison de doutes sur sa fiabilité.
Image d'illustration

Nus vous en parlions en avril dernier : un nouveau test de dépistage de la trisomie 21, précoce et non invasif, venait alors de recevoir le feu vert du Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) pour sa mise en place en France. Consistant en une simple prise de sang réalisée autour de la 11e semaine d’aménorrhée, ce mode de dépistage s’appuie sur l’analyse de fragment d’ADN fœtal présent dans le sang maternel. La promesse : un diagnostic plus précoce et plus sûr permettant d’éviter l’amniocentèse.

Seulement, selon le Collège national des gynécologues-obstétriciens français (CNGOF), généraliser ce test à toutes les futures mamans pourrait être risqué. En effet, il s’avère que dans 2 à 5% des cas, les résultats ne sont pas interprétables avec certitude ! Ce qui entraînerait deux risques : celui d’une prise de décision trop rapide par les parents, qui pourraient avoir recours à l’IVG sans être certains que le résultat soit positif, et celui entraîné par la poursuite des examens pour en avoir le cœur net : dosage des marqueurs sériques, puis, éventuellement, amniocentèse. Des examens en série qui ont un coût non négligeable, sans parler du risque de fausse couche engendré par l’amniocentèse (0,5% à 1% des cas) !

Bref, les professionnels recommandent pour l’heure de ne proposer le dépistage sanguin qu’aux femmes dont l’examen des marqueurs sériques, combiné à d’autres observations (âge maternel, antécédents…) indique un réel risque de trisomie 21. Si, pour ces futures mamans, le test sanguin revient négatif, on pourra alors se passer de l’amniocentèse, puisque cela revient à dire que le risque détecté préalablement par les moyens de dépistage classiques est divisé par 50 ! S’il est positif, en revanche, les investigations devront être poussées plus loin.

Source : sante.lefigaro.fr

Publié le 16-12-2013 à 09:16 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

26 semaines, un cap important pour les grands prématurés

26 semaines, un cap important pour les grands prématurés

Selon une étude espagnole, c'est à partir de 26 semaines que les bébés prématurés auraient les meilleures...
Lire la suite

Douleur de l’accouchement et couleur des yeux, quel rapport ?

A priori, aucun ! Et pourtant, une surprenante étude américaine a réussi à trouver le lien entre ces...
Lire la suite

Grossir pendant la grossesse produirait de gros bébés !

Grossir pendant la grossesse produirait de gros bébés !

Une récente étude américaine vient de démontrer que les mamans qui prenaient beaucoup de poids pendant la...
Lire la suite