Mon expérience heureuse d'allaitement

Philippa, maman de Chloé, nous raconte son heureuse expérience de l’allaitement. Et confirme que l’information, l’aide et les conseils, dès le départ, c’est primordial !
Image d'illustration



Je suis la maman d'une petite Chloé de 22 mois et je l'ai allaitée sans aucun problème jusqu'à l'âge de 15 mois.

J'ai eu beaucoup de chance de pouvoir faire suivre ma grossesse dans une maternité Suisse à Genève. En Suisse, ils sont beaucoup plus pro allaitement qu'en France et j'ai pu bénéficier de précieux conseils concernant le sujet durant ma grossesse. Évidement, ils m'ont laissé choisir librement si je voulais allaiter ou non mon enfant. Mon choix s'est naturellement porté sur l'allaitement à la demande, exclusif jusqu'à 6 mois. Donc dès que j'ai accouché de ma fille, on me l'a mise au sein. Une sage-femme était à mes côtés pour me guider quant à la position du bébé, etc. Je n'ai pas souffert de crevasses ou autre douleurs.

Par contre, ma montée de lait n'a surgit qu'au troisième jour après la naissance, donc, les premiers jours, les tétées étaient complétées par un petit biberon de 60 ml pour que ma puce ne perde pas trop de poids. Bien sûr, au début ce n'était pas très agréable, mais au bout de quelques jours à peine, je ne sentais plus aucune gêne. Une grande complicité s'est forgée entre ma fille et moi. La tétée était un moment très câlin, c'était notre petit cocon d'intimité.

Le papa ne se sentait pas mis de côté, au contraire, il s'occupait de sa fille avec beaucoup d'amour entre ses repas et ses moment de repos (je pense même que ça l'a bien arrangé de ne pas avoir de biberons à donner !).

Très vite, une routine s'est installée : une tétée toutes les deux-trois heures, quand ma fille la réclamait. Pas besoin de me lever la nuit, car elle prenait son dernier repas à 22 heures et dormait jusqu'à 7h30 du matin !

Allaiter a plusieurs avantages, tout d'abord le lait maternel apporte tous les nutriments dont bébé a besoin, plusieurs anti-corps, etc. Ensuite, pas besoin de stériliser un biberon et de compter le nombre de dosettes, ni de réchauffer quoi que ce soit. Tout est prêt et à bonne température ! Préparer un biberon me mettait dans un état de stress pas possible, c'était une horreur pour moi.

Publié le 21-02-2013 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #alimentation

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Allaitement : en Suède, pas de bébé pour le lait maternisé !

La Suède s’apprête à interdire l’utilisation d’images de bébés dans les publicités et sur les...
Lire la suite

Bien manger: attention au sucre !

Bien manger: attention au sucre !

Durant sa vie in utero et même après la naissance, votre enfant développe une nette préférence pour les...
Lire la suite