Mes grossesses et mes accouchements : le jour et la nuit !

Rachel a accouché de Gaïa, puis de Ange par césarienne. Deux grossesses et deux naissances extrêmement différentes l'une de l'autre, qu'elle nous raconte dans le détail !
Mes grossesses et mes accouchements : le jour et la nuit !
Mes grossesses et mes accouchements : le jour et la nuit !



J'ai eu 2 merveilleux enfants : Gaïa en 2010 et Ange en 2012, mais  mes 2 accouchements furent totalement différents et j'en pleure parfois encore.

Je rencontre mon compagnon en le 6 juin 2009, en octobre j'apprends que je suis enceinte : quelle joie, nous voulions se bébé plus que tout, même si ça faisait peu de temps que nous étions ensemble ! En janvier, pour l'échographie du 3e mois, j'apprends qu'il n'y a plus de rythme cardiaque ; je dois subir un curetage médicamenteux, comment expliquer ça ? Vivre un accouchement, avoir des contractions, sans bébé au final, la pire épreuve de ma vie...

Pourquoi je raconte cette première étape ? Vous allez vite comprendre ....

Suite à cette fausse couche, mon gynécologue me prescrit une pilule, le temps que tout se tasse et qu'on pense à bébé n°2. L'envie revient vite, mais le médecin me dit d'attendre au moins 6 mois... La pilule me coupe mes règles, donc je me fais pas de soucis, mais début avril je tombe malade : nausées, je perds 10 kg, les médecins me disent que je fais une dépression post fausse couche, je les crois....

Juillet 2010 : je ressens de grosses douleurs au bas ventre, comme des contractions ! On me dit de faire une échographie, que je ferais peut être une infection, et là, surprise ! "Madame, vous êtes enceinte de 21 semaines ½, et c'est une fille !". Stupeur et joie pour nous 2, mais comment est-ce possible ? Plus tard j'apprendrai que la pilule qu'on m'a prescrite ne protège pas à 100% et que beaucoup de femme tombe enceinte avec. Moi, apparemment, je suis tombée enceinte en mars. Je change de gynécologue, car le premier aurait du me faire plus d'examens et non me dire que j'étais en dépression !

Il ne nous reste que 4 mois pour préparer l'arrivée de notre fille Gaïa, "Déesse de la Terre" ! Le 3 décembre, on m'appelle, le 5 décembre je rentre en maternité et le 6 je dois avoir une césarienne, mon bassin étant trop étroit et mon bébé trop gros pour ma taille (1,54 m). Le jour J arrive et je stresse, je ne sais pas comment ça va se passer réellement même si j'ai beaucoup lu sur l'accouchement et que je m'y attendais. Ma fille est née à 9 h, je la vois 5 minutes, et là, la gynécologue dit à mon compagnon de sortir avec la sage-femme et le bébé, assez vite...

D'un seul coup, tout s'accélère autour de moi : la gynécologue dit que je m'enfonce, que je perds trop de sang et que mon utérus ne prend pas le relais et là, le trou noir ! Je me réveille 5 h plus tard en salle de réveil, j'ai mal comme jamais je n'ai eu mal, on me soulage avec beaucoup de morphine.

On me remonte en chambre, je suis dans le brouillard, tout est au ralenti avec la morphine. Je fais enfin une vraie rencontre avec ma fille de 51 cm et 3 kg 400 !

Le lendemain, on me dit que je dois me lever. Je hurle, on me déchire de l'intérieur, mais on me dit que je fais de la comédie ! Ma gynécologue vient et me soulage avec la morphine une dernière fois mais ne peu rien faire de plus. Je mettrai 3 mois pour remarcher correctement et pouvoir m'occuper normalement et toute seule de ma fille...

Publié le 15-01-2013 à 13:48 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Le Brésil souhaite limiter son taux record de césarienne

Le gouvernement brésilien a lancé des mesures pour réduire le nombre de césariennes de confort pratiquées à...
Lire la suite

Adele : la diva nouvellement maman!

Adele, la diva britannique multi-récompensée, est devenue maman ce vendredi 19 octobre 2012 ! La...
Lire la suite

Le réflexe d’une maman sauve la vie de son bébé

Cet accouchement à domicile inattendu aurait pu très mal se finir sans l’instinct de la maman…
Lire la suite