Maternités : les regroupements ne favorisent pas la surmédicalisation

Accouchements déclenchés, recours à la césarienne, extractions instrumentales... Des pratiques qui ne sont pas forcément plus appliquées dans les grosses maternités !
Maternités : les regroupements ne favorisent pas la surmédicalisation
Maternités : les regroupements ne favorisent pas la surmédicalisation

une bonne nouvelle pour les futures mamans 

La fermeture des maternités de proximité au profit des regroupements dans de gros centres de périnatalité n'a pas que de mauvais aspects ! En effet, ces maternité importantes, qu'on qualifie parfois "d'usines à bébés", sont souvent soupçonnées, pour rationaliser et d'encourager une surmédicalisation des accouchements. En d'autres termes, on ne laisserait pas aux mamans qui le souhaitent la possibilité et le temps d'accoucher le plus naturellement possible !

Une étude de la Drees (division statistiques du ministère de la Santé) vient tordre le cou à cette idée reçue : en effet, on ne constate pas de différence significative au niveau du nombre d'interventions médicales pour des accouchements à faible risque entre "petites" et "grosses" maternités...

Concrètement, la DREES a interrogé 9 500 femmes à propos de leur accouchement : pour ces naissances à priori sans complications, elles sont 24% à avoir subi un déclenchement de l'accouchement, 10 % une césarienne, 15 % une extraction instrumentale et 20 % une épisiotomie. Des chiffres similaires quelle que soit la taille de l'établissement, à l'exception des extractions instrumentales (ventouse, forceps...), un peu plus nombreuses dans les grosses maternités.

Selon les chercheurs, cela s'explique entre autres par le niveau d'information des chefs de service obstétrique dans les grands établissements : souvent professeurs universitaires, ils sont plus à même de connaître et d'appliquer les dernières recommandations en matière d'accouchement, qui tendent vers toujours moins d'interventions médicales si aucune complication ne se fait jour.

En revanche, l'étude signale une franche différence entre les maternités publiques et privées : dans ces dernières, le risque de subir une intervention médicale lors d'un accouchement à faible risque est multiplié par 1,2. La faute, selon les auteurs de l'étude, à la crainte de poursuites judiciaires si l'accouchement se déroule mal (c'est alors la responsabilité du médecin qui est engagée), ainsi qu'un désir de rationaliser les naissances pour laisser le temps aux praticiens d'exercer en parallèle leur profession en libéral.

Publié le 03-12-2014 à 15:05 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Un bébé naît avec le chiffre 12 sur son front

Une naissance insolite : un bébé porte le chiffre 12 sur son front

Harun Van Niekerk est un bébé un peu spécial puisqu'il est né avec le chiffre 12 sur le front. D'où...
Lire la suite

Fermetures de maternités de proximité : un cas d’école

C’est le quotidien Le Journal du Centre qui rapporte cette affaire. Si l’histoire finit bien, elle illustre...
Lire la suite

Une jeune maman doit la vie à une hystérectomie !

Une jeune maman doit la vie à une hystérectomie !

A 21 ans, Lucy, une jeune britannique souffrant d'un placenta praevia, a du subir une ablation de l'utérus...
Lire la suite