Maternité tardive : quelles conséquences pour l'enfant ?

L'âge du 1er enfant est de plus en plus tardif : nombre d'années d'études plus important, carrière professionnelle, situation financière délicate, choix personnels, mise en couple tardive sont autant de raisons de ce recul. Le nombre de maternités dites "tardives" explose ! Et l'enfant, comment le perçoit-il ?
Maternité tardive : quelles conséquences pour l’enfant ?
Maternité tardive : quelles conséquences pour l’enfant ?

"Maternité tardive", de quoi parle-t-on ?

On parle de maternité tardive lorsque la femme donne naissance à un enfant après l'âge de 40 ans. Par choix ou par obligation, pour un 1er enfant ou non, cette situation est de plus en plus fréquente.

Une surveillance médicale rapprochée permet de prévenir les risques et les conséquences pour l'enfant : le principal risque est la trisomie 21, qui est systématiquement dépistée dans ces situations.

À côté de ces risques pour le bébé, les plus importants concernent la mère qui, en plus d'une fatigue plus importante, peut souffrir plus fréquemment de problèmes tels que le diabète gestationnel ou l'hypertension.

Sans oublier que ces grossesses sont difficilement réalisables sans aide à la procréation, telle que la fécondation in vitro.

Et l'enfant dans tout ça ?

Les maternités dites tardives sont de plus en plus fréquentes. Les enfants n'en sont pas surpris.
Plutôt qu'à l'âge physique, l'enfant accordera plus d'importance au fait que sa maman prend soin d'elle, est active dans sa vie et avec lui, joyeuse et, bien sûr, amoureuse !

Car il s'agit bien de cela : faire comprendre à l'enfant qu'il est issu d'une histoire de couple harmonieuse. Que sa naissance ait nécessité beaucoup de temps, que la rencontre de ses parents ait été tardive, etc., il est important de lui expliquer son histoire.

En grandissant et en se confrontant aux parents de ses camarades ainsi qu'aux jugements de ces derniers, l'enfant peut interpeller sa mère et la questionner sur son âge, ou exprimer de la gêne. Dans ces cas-là, il est important de l'écouter, d'être attentif à lui et de lui rappeler que le plus important n'est pas l'âge réel, mais tout ce qu'ils partagent, ainsi que les avantages de la maturité, tels que la disponibilité  !

Avec l'allongement de l'espérance de vie, l'amélioration de la santé et des conditions de vie, avoir un enfant à 40 ans n'est difficile ni pour la mère, ni pour l'enfant. Si vous êtes dans cette situation, profitez de votre maturité et de vos expériences pour vivre pleinement cette maternité. Ce sera enrichissant pour lui autant que pour vous !

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

La natalité française maintient une courbe positive

La natalité française maintient une courbe positive

Une étude de l'Insee publiée mardi dernier met en évidence une courbe des naissances constante en France....
Lire la suite

Cerveau et grossesse : quand bébé influence maman

Cerveau et grossesse : quand bébé influence maman...

On le savait, l'état psychique et émotionnel de la future maman pendant sa grossesse peut avoir des...
Lire la suite