Manger son placenta, une pratique vraiment vertueuse ?

Des plus en plus de mères américaines et britanniques consomment leur placenta après l'accouchement. Une pratique surprenante censée favoriser la montée de lait ou réduire le baby blues, mais jugée risquée par certains spécialistes français.
Manger son placenta, une pratique vraiment vertueuse ?
Manger son placenta, une pratique vraiment vertueuse ?

Cru, cuit ou en gélules, le placenta peut se consommer ! C'est un fait : aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, la « placentophagie » se développe et rassemble un nombre croissant d'adeptes.
Manger son placenta est une pratique répandue en Chine, mais nettement moins dans les pays occidentaux. Il n'empêche : de plus en plus de recettes de cuisine tendent à banaliser la préparation de cet organe. Tandis qu'un commerce de capsules et de mises en gélules se met en place, le réduisant à l'état de solution déshydratée en poudre.

Un organe riche en nutriments

Le placenta est l'organe qui nourrit le fœtus pendant la grossesse. Il est composé de tissus spongieux, très vascularisés et est relié au bébé via le cordon ombilical. Riche en fer, en protéines et en minéraux, il contient aussi des hormones comme la prostaglandine ou l'ocytocine.
Sa forte teneur en nutriments permettrait donc aux jeunes mères de mieux récupérer des suites de couches. De fait, la consommation du placenta aiderait l'utérus à reprendre sa taille initiale. Elle limiterait aussi la durée des saignements post-accouchement, favoriserait la montée de lait et réduirait les risques de baby blues. Cependant, nombreux sont les spécialistes à souligner le risque d'infection lié à cette consommation

Une pratique interdite dans les hôpitaux français

En France, récupérer un placenta dans une maternité après un accouchement est interdit.
Les déchets anatomiques et opératoires peuvent être brûlés dans des incinérateurs ou récupérés dans des laboratoires, mais ne sont pas « rendus » aux patients. D'ailleurs, aucune étude ne confirme les bienfaits du placenta, et la déontologie empêche les personnels médicaux à encourager des pratiques incertaines.

Publié le 25-02-2015 à 18:14 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #alimentation

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Recette : bouillie banane sans cuisson, dès 6 mois

Recette : bouillie banane sans cuisson, dès 6 mois

La banane, un aliment complet ! Un apport nutritionnel intéressant, encore plus profitable quand le...
Lire la suite

Alimentation : les fast-foods aggraveraient l’asthme de l’enfant

Les fast-foods pourraient favoriser le développement d’un asthme sévère, de rhinites allergiques et...
Lire la suite

États-unis : la malbouffe toujours au menu

Malgré les multiples campagnes d’information et de prévention de l’obésité, la nocivité de la junk food a...
Lire la suite