Manger pendant l'accouchement limite la douleur

Des chercheurs canadiens affirment que manger pendant l'accouchement diminue les douleurs et accélère le travail des futures mamans.
Manger pendant l'accouchement limite la douleur
Manger pendant l'accouchement limite la douleur

Longtemps, la consigne a été d'accoucher le ventre vide. Mais une étude récente, réalisée par les  chercheurs canadiens de la Memorial University, contredit cette affirmation et prétend que la prise d'un repas léger est bénéfique pour les femmes qui ont commencé le travail.

Manger et boire : un risque faible

Ni boire, ni manger afin d'éviter que les aliments ne passent dans les poumons. Voila une habitude qui risque d'être mise à mal par cette nouvelle étude, présentée lors du Congrès annuel des anesthésistes.
En effet, les progrès dans le domaine de l'anesthésie sont tels aujourd'hui, que le risque d'obstruction des poumons est considérablement diminué.


Des calories précieuses

En revanche, un léger repas permettrait d'atténuer les douleurs des contractions et d'accélérer le travail. Il y a donc tout à gagner à prendre un léger repas en début de travail.
En effet, les calories consommées aident les femmes à tenir plus longtemps pendant la durée de leur accouchement. Un concours précieux, car ne l'oublions pas, l'énergie brûlée lors d'un accouchement est à peu prés la même que celle dépensée lors d'un marathon !

Publié le 27-10-2015 à 10:05 | Mis à jour le 18-05-2018 à 22:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

L’accouchement dans l’eau, toujours controversé

Il a ses fans et ses détracteurs… L’accouchement dans l’eau est-il sécuritaire ou non ? Une nouvelle...
Lire la suite

Votre santé après l’accouchement

Votre santé après l'accouchement

Vous avez porté votre bébé pendant 9 mois, et vécu cette merveilleuse aventure avec bonheur et...
Lire la suite

Grande prématurité : des parents refusent l’acharnement thérapeutique

La difficile décision de ce couple de Saintes (Charente-Maritime) relance le débat sur le maintien en vie.
Lire la suite