Maltraitance : la HAS alerte les médecins

Selon la Haute Autorité de la Santé (HAS), pédiatres et médecins généralistes n'alertent pas suffisamment les pouvoirs publics en cas de suspicion de maltraitance...
Maltraitance : la HAS alerte les médecins
Maltraitance : la HAS alerte les médecins

Peur de se tromper, de mettre en branle la machine judiciaire "pour rien", crainte de faire exploser une famille...


Les professionnels de santé hésitent encore trop à alerter les pouvoirs publics en cas de suspicion de maltraitance sur l'un de leurs petits patients, selon la HAS ! En effet : seuls 2 à 5% des signalements émanent de médecins...

Outre les raisons énumérées ci-dessus, les médecins pointent également un manque de formation au repérage des signes de mauvais traitements, mais aussi une fréquente absence de retours suite à leurs alertes ! Un véritable problème puisque comme le rappelle la HAS, "protéger l'enfant est un acte médical et une obligation légale". Que faire ?

Tout d'abord, informer les professionnels de santé ! Certaines situations à risques sont aisément repérables. Selon des spécialistes, prématurité et problèmes survenus dès la naissance et ayant compliquée la création d'un lien précoce parents-enfants peuvent entraîner une forme de rejet de l'enfant, se traduisant par de la maltraitance. Mais d'autres facteurs, comme les addictions parentales, la situation socio-économique, les antécédents familiaux ou encore la dépression peuvent conduire à des situations d'urgence.

Les médecins n'ont pas besoin de pousser leur "enquête" trop loin : en cas de doutes, ils doivent pouvoir passer rapidement la main à la police et aux services sociaux. A savoir : la levée du secret médical dans de tels cas n'est pas punissable, les professionnels de santé sont donc à l'abri des poursuites !

En revanche, en cas de non-signalement avéré de maltraitance, le médecin encoure jusqu'à 5 ans d'emprisonnement, 75 000 euros d'amende et une inculpation pour non-assistance à personne en danger... Bref, plus de raisons d'hésiter ! Parce qu'il vaut parfois mieux se tromper...

Source : legeneraliste.fr

Publié le 18-11-2014 à 10:00 | Mis à jour le 23-05-2018 à 11:03 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Les réponses du gynécologue - semaine du 11/04/2010

Les réponses du gynécologue - semaine du 11/04/2010

Les réponses du gynécologue - semaine du 11/04/2010
Lire la suite

Santé : un vaccin plus fiable contre les diarrhées de l’enfant

Santé : un vaccin plus fiable contre les diarrhées de l’enfant

Le vaccin contre le rotavirus, à l’origine des gastro-entérites virales, est déjà connu ; mais sa...
Lire la suite

Textiles anti-UV : peut-on leur faire confiance ?

Textiles anti-UV : peut-on leur faire confiance ?

C'est le début des vacances, synonyme pour certains de séjours à la plage ! Depuis quelques années,...
Lire la suite