Les mères gardent en tête l’ADN de leur fils

Les mères de garçons conservent de l’ADN de leur fils dans leur cerveau : c’est le résultat surprenant d’une étude menée par un centre de recherche contre le cancer américain.
Image d'illustration



Pour découvrir ce phénomène, une équipe de chercheurs a examiné le cerveau de 59 femmes décédées, de 32 à 101 ans. Il apparaît que 63 % d’entre elles, mamans de garçons au cours de leur vie, portaient de l’ADN masculin dans différentes régions de leur cerveau. Un échange qui ne disparaît pas avec le temps puisqu’il a pu être détecté chez une femme de… 94 ans !

Le placenta n’est pas imperméable

Ce phénomène est un exemple de microchimérisme, décrit par plusieurs études depuis déjà une douzaine d’années : il s’agit de la présence de cellules génétiquement distinctes dans un même corps et peut donc être une des conséquences de la grossesse. En effet, la paroi du placenta, perméable, laisse entrer des cellules de la mère et sortir des cellules du fœtus. Toutefois, cette expérience est la première à montrer que le cerveau de la mère pouvait être concerné ! Reste maintenant à savoir quelles sont les conséquences d’un tel échange…

Publié le 09-10-2012 à 09:25 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Septicémie périnatale : vigilance renforcée

Septicémie périnatale : vigilance renforcée

La septicémie, cette infection foudroyante et généralisée du sang, est la première cause de mortalité...
Lire la suite

Mort subite du nourrisson : une campagne pour en finir avec le tabou

Depuis 15 ans, aucune campagne de prévention et d’information d’envergure nationale n’a été menée en France...
Lire la suite

L’intolérance au gluten en progression

L'intolérance au gluten en progression

La maladie coeliaque, conséquence de l'intolérance au gluten, touche 4 fois plus de monde aujourd'hui que...
Lire la suite