Les crèches clandestines : comment les reconnaître et les éviter ?

Faire garder son enfant n’est pas une chose aisée. Quel que soit le mode de garde désiré ou disponible, il est parfois difficile de trouver une place ou un professionnel. Dans ces cas-là, nous n’avons pas trop le choix et ne pouvons pas faire les difficiles ! Inscrit sur liste d’attente partout, à la moindre place libérée, on saute sur l’occasion, même si le lieu n’est pas parfait ou n’est pas celui que l’on souhaitait. Depuis quelques années, des lieux de garde non déclarés auprès des services officiels se sont ouverts pour profiter de ce manque de places. Comment les reconnaître ? Et comment les éviter ?
Image d'illustration



Les crèches collectives ou parentales sont soumises à des réglementations strictes en termes d’infrastructure, d’encadrement, de sécurité et de fonctionnement. Garantes des normes de sécurité et du professionnalisme du personnel, ces réglementations permettent aux familles de confier leurs enfants en toute confiance. Qu’il s’agisse de la nourriture, de la formation des personnes s’occupant des enfants ou encore des les activités et des jeux, il est très important de faire appel à une structure légale, réglementée et surveillée.

Comment reconnaître les crèches clandestines ?

-    De quel type d’infrastructure la personne se dit-elle responsable ? Cette information vous permettra de vérifier si le cadre est respecté : nombre d’enfants (par exemple, une micro-crèche ne doit pas accueillir plus de 10 enfants), nombre d’encadrants, formation du personnel, etc.
-    Vérifiez auprès des structures municipales ou des Affaires sociales de votre département si ce lieu est reconnu et inscrit.
-    Regardez attentivement les pièces de la structure : le mobilier est-il adapté aux enfants au niveau des tailles, des matériaux et de l’ergonomie ? Y a-t-il suffisamment de jouets ? Qu’en est-il de la propreté et du respect de l’hygiène ? Comment se déroulent les repas ? etc.
-    La personne responsable vous demande-t-elle de régler les mensualités comptant ? Est-il possible de déclarer officiellement et honnêtement ce mode de garde auprès de la CAF ?

Pourquoi les éviter ?

Face au manque, parfois très important, de places dans les structures réglementées, il peut être difficile de ne pas céder aux propositions de gardes de professionnels peu scrupuleux. Toutefois, les réglementations ne sont pas là pour ennuyer les professionnels, mais bien pour que les enfants soient en toute sécurité. Dans les structures non déclarées, les employés ne le sont pas non plus. En cas de problème ou de blessure d’un enfant, il n’y a pas de protection ou de recours possible!

Pour éviter ces lieux, pensez à d’autres modes de garde. Des solutions existent : jeune fille au pair, nourrice partagée entre plusieurs familles, etc. Même si dans certaines villes, faire garder les enfants n’est pas facile, les crèches clandestines ne sont jamais une bonne solution.

Publié le 08-05-2013 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #organisation

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

1er avril : prestations familiales et sociales, qu’est ce qui change ?

Ce n’est pas une blague : au 1er avril, les montants des prestations sociales et familiales...
Lire la suite

Mode de garde : des capacités disparates sur le territoire national

L’Observatoire annuel de la petite enfance met en évidence une grande disparité dans la capacité d’accueil...
Lire la suite