Les causes de l'infertilité

Lors de votre période d'ovulation, si vous avez des rapports sexuels sans contraception, vous avez 15 à 20% de chances de tomber enceinte spontanément. Une grossesse ne vient pas aussi facilement ! Si vous voulez tomber enceinte, la persévérance est de rigueur. Et si votre grossesse tarde à arriver, vous pouvez consulter votre médecin.
Quelles sont les causes de l'infertilité ?
Quelles sont les causes de l'infertilité ?

Quand consulter ?

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un couple est infécond au bout de deux ans de rapports non protégés sans conception.

Dans la pratique, il n'est pas conseillé de consulter avant un an.

Les premiers tests

- Les tests d'ovulation
Votre ovulation est surveillée par un relevé de température. Si l'on détecte un trouble (irrégularité, voire absence d'ovulation), un bilan hormonal sera réalisé en début de cycle complété éventuellement pas une échographie des ovaires.

- Le test de Hünher
Ce test va permettre de récupérer votre glaire cervicale avant votre période d'ovulation, de 4 à 8 heures après un rapport sexuel. Ce test permettra de connaitre la qualité de votre glaire ainsi que le nombre et la vitalité des spermatozoïdes de votre conjoint.

Les diagnostics

Votre premier rendez-vous médical vous permettra de faire le point sur votre mode de vie, vos antécédents médicaux et votre vie sexuelle. Ce rendez-vous doit être pris par les conjoints. Après un interrogatoire, votre médecin vous soumettra à un examen général suivi d'un examen des organes génitaux, qui permettront de dégager de premières "pistes" :

 Les causes féminines (environ 33% des cas)

  • Anomalies de l'ovulation

On utilise des méthodes classiques comme les courbes de température ou les dosages hormonaux pour vérifier l'irrégularité ou l'absence d'ovulation.

  • Anomalies de l'appareil génital

Des examens plus poussés tels que cœlioscopies, échographies ou IRM permettent de déceler des anomalies comme des trompes abîmées ou bouchées, un utérus malformé ou souffrant de séquelles diverses (opérations, infections), une endométriose, une mauvaise qualité de la glaire cervicale...

  •  D'autres causes

- infections gynécologiques,
- ovaires polykystiques,
- anomalies génétiques,
- âge,
- poids,
- consommation de tabac, d'alcool ou de drogues...

Les causes masculines (environ 21% des cas)

  • Les azoospermies

Ce sont des anomalies plus ou moins graves de la sécrétion de spermatozoïdes et de l'éjaculation.

Elles peuvent se caractériser par une absence de sécrétion (azoospermie sécrétoire) ce qui rend la fécondation impossible, ou gênée en cas d'azoospermie excrétoire, où les spermatozoïdes sont bien fabriqués mais restent coincés dans les testicules et ne sont donc pas présents lors de l'éjaculation.

  • L'asthénospermie

Ce trouble se caractérise par un manque de mobilité des spermatozoïdes.

  •  L'oligospermie

C'est une insuffisance de spermatozoïdes dans le liquide séminal (moins de 30 millions par millilitre) due à des causes multiples telles que des infections, maladies...

D'autres causes

  • causes génétiques
  • infections récidivantes favorisées par un défaut d'anticorps ou par des comportements à risques (alcool, drogues), 
  • antécédents de chirurgie de la prostate,
  • testicules non descendues...

On vous prescrira dans tous les cas un examen du sperme appelé spermogramme afin de déterminer la cause de l'infertilité.

Pour en savoir plus

Publié le 15-05-2013 à 09:47 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Grandir : un examen chiropratique

Grandir : un examen chiropratique

L'accompagnement d'une croissance saine et harmonieuse. On considère qu'entre 6 et 16 ans, 70 % des enfants...
Lire la suite

Santé : à vos marques, prêts, bougez !

Santé : à vos marques, prêts, bougez !

Les 5-17 ans ne bougent pas suffisamment, alertent les cardiologues français. A la clé : sédentarité,...
Lire la suite

Accidents domestiques : les brûlures, un risques pour les tout petits

33% des patients hospitalisés pour des brûlures en France sont âgés de moins de 4 ans. Prudence !
Lire la suite