Le point sur... Les perturbateurs endocriniens

Au cœur de l'actualité depuis des mois, les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés de très nombreux troubles et pathologies, et seraient particulièrement nocifs pour les femmes enceintes. On fait le point.
Le point sur… Les perturbateurs endocriniens
Le point sur… Les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens, c'est quoi ?

Les perturbateurs endocriniens sont un ensemble de polluants présents dans l'alimentation, les cosmétiques, l'eau, l'air... Ils ont la particularité d'entrer en interférence avec le système endocrinien humain, qui gère le fonctionnement de nos hormones. A la clé : des réponses hormonales anormales, conduisant à l'apparition d'anomalies et de maladies. 

Certains perturbateurs endocriniens se trouvent dans la nature (le soja, par exemple, contient du phyto-œstrogène, un composé qui imite le fonctionnement de l'hormone féminine), mais la plupart sont issus de l'industrie pétrochimique. On les retrouve dans les plastiques (comme le bien connu Bisphenol A ou les phtalates), les objets traités pour résister au feu (meubles, jouets), les cosmétiques (les parabens sont des perturbateurs endocriniens), les pesticides dont on retrouve une part importante dans notre nourriture, la cigarette...

Les soucis provoqués par les perturbateurs endocriniens sont multiples : leur implication a été reconnue dans l'apparition et la recrudescence de multiples affections comme le cancer du sein, le diabète, l'obésité, la puberté précoce et toutes sortes de malformations génitales, notamment chez les garçons. Hypospadias (problème d'emplacement anormal de l'urètre), micro pénis, développement des glandes mammaires à l'adolescence sont des problèmes de plus en plus fréquents.

Grossesse : se protéger des perturbateurs endocriniens

Nous sommes tous atteints par ces polluants ; de nombreuses études menées sur des adultes ont révélé la présence de traces de perturbateurs endocriniens dans nos urines... Pour les femmes enceintes, qui ne sont pas épargnées par le phénomène, le problème est encore plus préoccupant : le fœtus est en effet particulièrement sensible et réceptif aux polluants, surtout en début de grossesse, quand les organes les plus importants sont en pleine formation. Le système nerveux, par exemple, pâtit de l'influence de perturbateurs endocriniens comme les phtalates : plusieurs années après leur naissance, les enfants qui ont été soumis à une forte exposition à ces substances (si leur mère a travaillé dans une industrie les utilisant, par exemple) présentent un score de QI moins élevé que les autres et sont plus susceptibles de développer un trouble du spectre autistique.

Quelques règles sont donc à respecter pour protéger votre bébé et minimiser votre exposition à ces polluants. A respecter dès la période de conception si vous le pouvez.

  • Cosmétiques et produits d'hygiène : ce sont de très grands pourvoyeurs de perturbateurs endocriniens. Conservateurs, parfums de synthèse, filtres chimiques anti-UV : ils sont partout. En la matière, préférez le bio qui banni les additifs chimiques, nanoparticules et autres composants issus du pétrole. Attention néanmoins : les huiles essentielles sont déconseillées pour les femmes enceintes car fortement allergisantes. A noter également : les fabricants bio remplacent fréquemment les conservateurs synthétiques par de l'alcool. Prudence en cas de peau sensible et réactive !
  • Nourriture : là encore, le bio a tout bon ! Mais si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas vous approvisionner en alimentation biologique, sachez que les fruits et les légumes sont largement aspergés de pesticides durant leur culture. Mieux vaut donc les consommer épluchés ou pelés (le trempage ne suffit pas toujours). Globalement, évitez les produits manufacturés, et si vous en consommez quand même, comparez les étiquettes : moins votre produit contient d'ingrédients, mieux c'est ! Enfin, privilégiez le verre ou le métal pour la conservation des aliments. On évite les plastiques, sauf s'ils sont garantis sans BPA.
  • Environnement : évidemment, on ne va pas s'empêcher de respirer ! Mais quelques règles simples vous permettent de vous préserver et de préserver bébé : arrêter de fumer et fuir les lieux enfumés, vous abstenir de bricoler et de monter des meubles pendant votre grossesse (déléguez !), car colle, vernis et peinture contiennent de nombreux perturbateurs endocriniens. Une fois montés, laissez les meubles s'aérer longuement avant utilisation. Idem pour les textiles neufs que vous laverez après achat à la température la plus haute possible.

Difficile d'éviter totalement les perturbateurs endocriniens qui ont envahi notre quotidien ; toutefois, le problème de santé publique qu'ils représentent a poussé les autorités, les professionnels et les fabricants à agir. De plus en plus de composants sont interdits, comme le Bisphénol A, et remplacés par des alternatives saines. Le bio se démocratise et devient de plus en plus accessible. Et si c'était le moment de vous y mettre ?                                                                              

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Grossesse : la pollution affecte le taux de vitamine D chez bébé

Grossesse : la pollution affecte le taux de vitamine D chez bébé

L'exposition aux polluants environnementaux pendant la grossesse, particulièrement durant le 3e trimestre,...
Lire la suite

Charleroi: la vidéo d'un bébé prématuré sur le point de mourir fait le buzz

Persuadés que les infirmières ont laissé mourir leur enfant, les parents d'un prématuré né à l'hôpital de...
Lire la suite

Santé : Paris remplace ses biberons.

Ca y est ! La ville de Paris commence à renouveler tous les biberons en plastique composés de...
Lire la suite