Le nom et le prénom de l'enfant

Moment décisif et délicat, le choix du prénom de votre enfant. Est-ce que vous pouvez vraiment l'appeler vraiment comme vous voulez ? Et depuis peu, vous pouvez aussi choisir le nom... Mais lequel ? Le tour de ce que dit la loi.
Le nom et le prénom de l'enfant
Le nom et le prénom de l'enfant

 

Choisir un prénom

Prénom de son enfance ou du grand-père adoré, le prénom de son enfant est généralement fort en symbole. Et il a aussi une importance capitale : votre petit le portera toute sa vie. Cette décision nécessite donc réflexion.

Pour le choix, d'après l'article 57 du code civil, vous avez une entière liberté ! Attention toutefois : si le prénom peut porter préjudice à l'enfant, l'officier d'état civil chargé d'inscrire l'identité de votre enfant sur le registre peut en informer le procureur de la République. Ce dernier saisit ensuite le juge aux affaires familiales (JAF). Vous êtes alors obligé de changer de prénom. Mais pas d'inquiétude : courant il y a quelques années, cela devient de plus en plus rare aujourd'hui. En effet, la loi s'est beaucoup assouplie.

Enfin, si vous choisissez un deuxième voire un troisième prénom, sachez qu'il peut être utilisé comme prénom usuel.

Le nom du père ou de la mère ?

S'il y a 10 ans on ne se posait pas vraiment la question (c'était le nom du père qui était désigné), aujourd'hui, depuis la loi du 1er janvier 2005, vous avez le choix. En plus du prénom, il faudra donc que vous décidiez si votre enfant prendra :

  • le nom du père ;
  • votre nom ;
  • ou les deux !

Mais pour avoir véritablement le choix du nom de famille, il faut que le lien de filiation ait été établi à l'égard de chacun des deux parents au moment de la déclaration de naissance.

Tous les enfants qui naîtront par la suite porteront le ou les noms choisis : pensez-y donc à tête reposée ! Cette décision est définitive !

En pratique, si vous voulez mettre vos deux noms de famille, il faut effectuer une déclaration conjointe de choix de nom. Elle doit être faite par écrit et remise à l'officier d'état civil lors de la déclaration de naissance. Sans cela, l'enfant prendra d'office le nom de celui pour lequel la filiation a été établie en premier lieu, ou le nom du père si elle a été faite en même temps... Là encore, aucune possibilité de revenir en arrière ! Prenez donc vos dispositions !

Publié le 08-07-2013 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enpratique

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Congé maternité : dans le monde, encore des disparités

C’est un petit événement : les États-unis pourraient faire un pas en faveur des futures et jeunes...
Lire la suite

Précarité et grossesse : une situation d’urgence !

Ce 17 octobre, c’est la Journée internationale du refus de la misère, initiée par Mouvement ATD Quart...
Lire la suite

S’organiser : une journée contre l’alcool pendant la grossesse

S'organiser : une journée contre l'alcool pendant la grossesse

Jeudi 9 septembre 2010 a lieu la journée nationale du SAF (Syndrome d'Alcoolisation Fœtale). Des...
Lire la suite