Le mois de naissance aurait-il une influence sur la santé future du bébé ?

Image d'illustration

D'après une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Columbia à New York, le mois de naissance aurait un impact sur la santé future d’un nourrisson. À en croire cette découverte, pour être en bonne santé, mieux vaut naître en printemps qu’en automne. Mais comment le simple fait de naître en août plutôt qu’en décembre peut-il avoir un effet sur la santé ?

55 maladies associées aux mois de naissance

Le journal of American Medical Informatics Association publie une étude très originale qui est des plus surprenantes. Le travail est réalisé à partir d’une énorme base de données, soit sur 1,7 million de personnes prises en charge dans deux centres hospitaliers de New York sur une période cumulée de 14 ans. Les chercheurs ont, ainsi, recensé 55 maladies dont l’apparition significative dépendait considérablement du mois de naissance. À noter que dès 1983, des scientifiques avaient déjà relevé un lien entre l’asthme et le mois de naissance. Ils ont confirmé que les personnes nées pendant les saisons où les acariens se développent dans les habitations auraient plus de risque de développer de l’asthme alors que les personnes nées en mars sont plus susceptibles de maladies cardiovasculaires pour fibrillation auriculaire.

À chaque saison son lot de maladies

Certaines maladies sont liées au mois de naissance en raison des variations saisonnières. En effet, le corps humain est très influencé par les facteurs environnementaux tels que les agressions microbiennes et allergènes ou le climat. D’ailleurs, on ne se nourrit pas de la même manière en hiver qu'en été. Les activités diffèrent également tout comme l’humeur. En hiver, par exemple, l’organisme produit moins de vitamine D, car il s’expose moins au soleil. Les personnes qui voient le jour pendant cette période connaîtraient des déficits certains par rapport à celles qui naissent durant l’été. Toujours selon cette étude, naître à une certaine période de l’année peut augmenter le risque de troubles de l’humeur plus tard dans la vie. L’explication ? La saison de naissance entraîne des conséquences durables sur les niveaux de certains neurotransmetteurs. Une étude à suivre de près pour les futurs parents.

Publié le 25-06-2015 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Comment bien protéger son enfant sur la plage ?

Soleil : les parents ne protègent pas assez les enfants

Les parents ont de mauvaises habitudes et ne protègent pas assez leurs enfants des dangers du soleil. C'est...
Lire la suite

Tabac, alcool, drogues et grossesse : dites stop !

Tabac, alcool, drogues et grossesse : dites stop !

Drogue, tabac, alcool : des substances particulièrement nocives pendant la grossesse. Et si c'était le...
Lire la suite

Dépakine pendant la grossesse, vers un nouveau scandale sanitaire ?

Consommé pendant la grossesse, l'anti-épileptique Depakine ainsi que ses génériques seraient responsables...
Lire la suite